Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Manger, boire, vivre et prier!

Archiprêtre Alexandre Winogradsky *
2 novembre 2011
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Manger, boire, vivre et prier!
Chez Lina,il n'y a plus "ni juif, ni grec, ni arabes" ©M.-A.B./CTS

Tenté au désert le Christ reprit à son compte la parole du deutéronome «L’homme ne vit pas seulement de pain» mais il a aussi ordonné à ses disciples «Donnez-leur à manger». Et si nous prenions l’humanité pour dénominateur commun ?

Jérusalem où montent des visiteurs du monde entier ! On y rencontre toutes les couleurs des nations les plus diverses de la planète. En 2011, il y a une sorte de marée slave (env. 3 500 visiteurs par jour) venue de la Fédération de Russie ou maintenant d’Ukraine ; on remarque un fort pourcentage d’Africains, d’Indiens, de Brésiliens et… un flot grossissant de Chinois qui dépassent maintenant nos traditionnels touristes japonais…

L’État d’Israël a plus de 500 langues maternelles parmi les Juifs. Le monde arabe est réparti en chrétiens et musulmans.

Tout ce petit monde a un point commun : à certains moments, chacun ressent un “petit creux”. Tout a commencé par le jeu de la séduction gourmande. La tradition chrétienne a conclu à un partage de “pomme”, le Talmud, suggère une “figue” (Talmud Berachot 41b sur Genèse 2, 16 – 3,13). Bref, il faut manger. Au sortir du Paradis, il a bien fallu gagner sa croûte. Les repas existent parce que notre temps est mesuré.

Abel et Caïn se différencient par leurs “offrandes”. Dieu préféra les viandes grasses d’Abel aux produits du sol offerts par Caïn. Il s’ensuivit un “sacrifice” homicide et fraternel qui préfigura le Sacrifice christique. Caïn le meurtrier marqué d’un signe de protection, avait proposé une option végétarienne toujours de mise dans les traditions judéo-chrétiennes.

L’Orient privilégie les légumes, le riz, le houmous (purée de pois chiche). On mâche des herbes, cultive la menthe et les graines. Les soupes sont appréciées. Caïn nous a légué des mets qui ne furent pas agréés par Dieu, mais que l’homme utilise car ils sont simples et de bon goût. La frugalité est coutumière et ne supprime pas l’embonpoint des mal-nourris.

Voici près de quarante ans, j’assistais souvent à un repas où huit personnes, sans langue commune, se délectaient de partager un seul œuf et quelques avocats, melons, mangues ou pastèques. La viande et le poisson étaient rares.

Les liturgies byzantines rappellent cette frugalité faite de blé, de vin, d’huile. Au cours des Matines et des Vêpres, le célébrant bénit cinq pains marqués du sceau chrétien I (esous) Xristos) NIKA (victorieux) (cf. Marc 6,38). C’est fou ce que l’on mange de pain au cours d’un office ! Il y a aussi du vin et de l’huile aujourd’hui guère partagés. Mais la terre du Salut est à la fois riche et parcimonieuse. L’hébreu “lékhèm” (pain) est proche de l’arabe-araméen “lakhma” (viande). Ainsi la guerre (hébreu : “milkhama”) est le temps où l’on ne sait plus partager le pain et la nourriture.

Jérusalem, terre d’opulence ou de famine ? “Les pauvres mangeront et seront rassasiés” affirme le psaume (22,7) à la fin de chaque repas. Réduit à se nourrir de quelques caroubes, le fils prodigue revint chez son père qui fait tuer le veau gras car “il était mort et le voici vivant” (Luc 15,24).

La famine est dans toutes les mémoires sur cette terre d’élection. La manne et quelques cailles providentielles dans le désert sont inscrites dans les corps ; comme les famines de guerre lorsqu’à Jérusalem, les mères tuaient leurs nouveau-nés pour qu’ils ne souffrent pas (Lamentations 4,10). Une expérience quasi palpable dans ce pays de rescapés juifs ou arméniens, grecs, arabes et autres.

Tout a changé dans la foulée de 1967. La consommation s’engouffra dans une société qui sait encore se satisfaire de peu. L’Israélien moyen ressent aujourd’hui une joie enfantine à courir le houmous dans la Vieille Ville. Où trouver le meilleur houmous ? “Lina” proche de la 8e Station reste un lieu unique de convivialité et de rencontre entre jeunes juifs et arabes.

Il reste une quête quasi universelle de “cuisiner” ! C’est la dernière tocade. Le vendredi après-midi, avant les commentaires rabbiniques à la télévision, toutes les traditions culinaires du pays défilent à l’écran. Poulet ashkénaze, riz pilaf boukhare, sans compter que, dans le monde juif, les règles alimentaires supposent une séparation stricte entre viandes et laitages.

On est aussi entré dans l’ère des chips qui cohabitent avec l’art sophistiqué de la recherche gustative. Je vois pourtant des enfants de tous bords qui vont se coucher le soir avec deux yaourts dans le ventre.

Le juif commence le repas par un “invitatoire/zimmoun”. Les “grâces après le repas” sont très anciennes et sont à l’origine des premières Eucharisties chrétiennes. L’invitatoire dit “Béni soit notre Dieu/ “sheakhalnu miShelo = a) car nous avons mangé par Lui… L’hébreu permet une autre interprétation : b) “Dont nous avons mangé de Lui-même”.

À Jérusalem, tout nourrit ; le ciel, la terre, les ruines, les vivants et les morts et la saveur d’un banquet qui rassasie aussi ceux qui ont faim et soif de justice (Matthieu 5,6). 


(* Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem)

Abonnements

Découvrir les tarifs et s’abonner.

Cliquez ici