Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une députée arabe israélienne interdite de réélection à la Knesset

Terresainte.net
21 décembre 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Une députée arabe israélienne interdite de réélection à la Knesset
Hanneen Zoabi (Photo: Miriam Alster/FLASh90)

La Commission centrale électorale a tranché. Haneen Zoabi député arabe israélienne qui s’embarqua sur la flottille de Gaza en 2010 ne pourra pas se représenter. Sous la pression de la droite et l’extrême droite, elle sera inéligible à la Knesset aux élections de janvier. La Cour Suprême doit se prononcer sur la décision de la Commission électorale dans les prochains jours.


(Jérusalem/C.D.) – La Commission centrale électorale a tranché. Haneen Zoabi député arabe israélienne qui s’embarqua sur la flottille de Gaza en 2010 ne pourra pas se représenter. Sous la pression de la droite et l’extrême droite, elle sera inéligible à la Knesset aux élections de janvier. La Cour Suprême doit se prononcer sur la décision de la Commission électorale dans les prochains jours.

Haneen Zoabi, c’est cette député arabe israélienne qui tenta de forcer le blocus de Gaza en 2010. Avec 700 activistes pro-palestiniens, elle s’était embarquée sur la flottille de Gaza. Ils voulaient faire entrer du matériel humanitaire à Gaza depuis la Turquie. 9 personnes avaient trouvé la mort au cours de l’interception du navire par l’armée israélienne. Dont 7 turcs, déclenchant une crise diplomatique entre Israël et la Turquie.

Evincée parce qu’elle a participé à la flottille. Pour la Commission c’est clair : c’était une tentative de déstabiliser et disqualifier Israël. Cette Commission passe en revue les candidats potentiels aux élections. Elle peut en refuser. C’est ce qu’elle a fait pour la député de parti arabe israélien Balad (« le pays » en arabe). Or cette Commission est composée en majorité de politiques. Certains en Israël s’interrogent donc sur sa raison d’être.

On peut admirer ou condamner gestes militants de la députée. Reste que son courage et sa ténacité frappent les esprits. Femme, musulmane « non pratiquante », seule contre tous ou presque, elle tenta de rendre compte à la Knesset de son action au large de Gaza. La vidéo est sur youtube. Le modérateur exclue l’un après l’autre les députés qui couvrent sa voix. Puis il se tourne vers elle pour lui dire que son temps de parole passe. Il ne lui reste qu’une minute 30. Elle a à peine commencé. Mais a eu le temps de dire « Ce siège [de Gaza] est illégal, inhumain et illégitime. » Le sujet est sensible.

Ses détracteurs à la Knesset l’accusent de faire le jeu du Hamas. Le chef de son parti déclare : « Notre problème n’est pas que nous sommes des terroristes. Mais plutôt que nous sommes pour la démocratie dans un environnement qui n’est pas démocratique. Nous sommes fatigué de nous excuser de réclamer la pleine égalité pour tous les citoyens israéliens. » De fait, Balad milite pour un état laïc et contre un état « juif » duquel les citoyens arabes se sentent exclus.  Là est toute la tension avec la droite nationaliste.

Depuis 2010, elle est la cible de campagnes d’exclusion. Ses privilèges de parlementaires ont été révoqués par ses co parlementaires. Son passeport diplomatique lui a été retiré et elle ne peut plus bénéficier de l’assistance dont disposent les députés en cas de procès.

Yehuda Weinstein, le conseiller judicaire du gouvernement estime que les charges sont insuffisantes pour disqualifier Haneen Zoabi. La Commission électorale a quand même décidé son éviction des prochaines élections par 19 voix pour, 9 contre et une abstention. Elle a par contre rejeté la motion visant à exclure le parti Balad et un autre parti arabe israélien. Dans les prochains jours, elle doit se prononcer sur trois partis religieux juifs.

Le parti Balad a annoncé qu’il boycotterait les élections en cas d’exclusion de sa députée originaire de Nazareth. 11 élus (sur 120 au total) siègent à la Knesset pour les partis arabes israéliens. Alors que 20,6% de la population est arabe (chiffre officiel israélien). Le retrait de Balad n’améliorerait pas les statistiques.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici