Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Je marchais douanant

Marie-Armelle Beaulieu
30 juillet 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Vous n’avez pas compris le titre ? C’est normal. L’auteure de ce néologisme est palestinienne. Elle s’appelle Farah et réside en Cisjordanie. Comme une trentaine d’autres jeunes Palestiniens, âgés de 18 à 25 ans, elle a participé à un concours organisé par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de Jérusalem. À vrai dire Farah n’a pas créé un mot, lequel dans son texte est orthographié “douanent”. Sous sa plume “douanent” est utilisé pour doucement. Le texte de Farah, malgré ses erreurs de vocabulaire et de syntaxe, fait partie des quatre textes que le jury a sélectionnés. Les deux finalistes partiront deux semaines en France pour un stage de langue. Un jury auquel j’ai eu la chance de participer. Je me suis battue pour défendre ce “Je marchais douanant”. Les participants devaient s’inspirer d’une des 14 photos qui leur avait été proposées pour écrire un texte d’une à deux pages. Et dans le texte de Farah intitulé Le chaos de la mémoire, il y a des phrases et une intention qui méritaient d’être défendues.
Quelle expérience de lire les textes de ces jeunes Palestinien(ne)s ! Quelle épreuve aussi ! Comment de si jeunes gens peuvent-ils déjà exprimer tant de douleurs ? Comment un texte peut-il commencer par : “C’est la guerre. Vous connaissez n’est-ce pas ?” comme une évidence. Comment en s’inspirant de photos de femmes asiatiques, africaines, européennes, tous ces textes nous ramènent-ils aux conditions de vie dans les camps de réfugiés, à la condition de la femme réduite en esclavage, à la guerre, encore et toujours ? À croire ces textes, toutes les femmes palestiniennes sont veuves, elles ont toutes perdu un enfant, elles ont toutes un fils en prison, elles ont toutes été mariées trop tôt, sans désir et sans amour. Il a fallu au jury dépasser la désespérance.
Et puis, il y a eu la rencontre avec des écritures. Pas seulement l’admiration que de jeunes Palestiniens soient capables d’écrire en langue française, non mais qu’ils aient en français un style. Comme Amir. Dans les prochains mois vous entendrez parler d’Amir dans Terre Sainte Magazine. Il a 22 ans, il vit à Gaza et écrit de façon saisissante notre langue. En un paragraphe, il vous prend, vous emporte, vous fait tournoyer et soudain vous lâche rompus et joyeux. J’ai pleuré en lisant Amir. Pleuré de joie, pleuré aussi parce que ce jeune homme écrit comme je ne saurai jamais le faire. De Gaza que peut-il sortir de bon ? Il s’appelle Amir, il a 22 ans et c’est un poète qui écrit en prose.

Dernière mise à jour: 30/12/2023 22:47

Marie-Armelle Beaulieu

Le combat des “Femmes du Mur“

Marie-Armelle Beaulieu

Une pensée pour nos lecteurs

texte : Pietro Kaswalder - Photos Rosario Pierri

Arad et Mamshit, villes du désert

Avec le numéro de l’été, nous partons à la découverte de deux antiques cités dans le désert du Néguev. Elles sont classées par l’Unesco au Patrimoine mondial “sur la route de l’encens”.

Cyrille David

Une “route des vins” pour le désert du Néguev

Sous le soleil du désert, sur les terrains de l’exploitation familiale “Carmey Avdat”, des vignes sont cultivées depuis une quinzaine d’années avec l’aide du gouvernement israélien. Essentiellement du Merlot et du Cabernet-Sauvignon. Ce faisant, elles renouent avec une culture déjà pratiquée sur place il y a 2 000 ans.

Serena Picariello

La Jérusalem chrétienne veut se raconter

Raconter les racines du christianisme et des lieux qui en portent la mémoire, ainsi se définit l’ambitieux projet que s’est fixé la Custodie de Terre Sainte et pour la réalisation duquel elle entend aménager trois nouveaux musées dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Cyrille David

18 ados musulmans à la découverte de Jérusalem

Toute une classe d’adolescents musulmans est venue visiter Jérusalem pour la première fois de leur vie. Une visite qui devait avoir lieu en langue française et qu’on avait demandé à Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre Sainte Magazine de guider. Retour sur une visite pas ordinaire.

Louise Couturaud

Abou Gosh : Un bien joli tas de pierres

Sur la route en direction de l’aéroport de Tel Aviv, le monastère bénédictin d’Abou Gosh, situé sur un des lieux présumés de l’Emmaüs évangélique est, selon les critères européens, l’une des plus belles églises de Terre Sainte (avec la basilique Sainte-Anne). Comment ce joyau de l’art roman est-il devenu propriété de la France ? C’est le troisième des quatre Domaines nationaux que Terre Sainte Magazine vous invite à découvrir.

Eliora Mischler

La femme à la barre du navire

La complémentarité de l’homme et de la femme, c’est la raison d’être du couple. Pour Corinne B, juive ultra-orthodoxe, une femme ne s’épanouit pas en imitant son conjoint. Puisqu’elle n’a pas la même mission que lui, D.ieu n’a pas les mêmes exigences envers elle.

Eliora Mischler

Le shabbat oriente ma semaine

Hannah Berg n’entendait pas que la gent masculine lui dicte sa loi, du moins avant d’être mère. Une vision religieuse et réaliste du monde juif, entre tradition et modernité, assez représentative somme toute du courant moderne orthodoxe auquel elle appartient.