Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

i24News la nouvelle chaîne d’info en direct d’Israël

Marie-Armelle Beaulieu
30 septembre 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Depuis le 19 juillet, le paysage audiovisuel s’est enrichi d’une nouvelle chaîne d’information en continu émettant depuis Jaffa-Tel Aviv. i24News ambitionne de rivaliser avec France 24 et Al Jazeera pour renouveler le point de vue sur le Moyen Orient.


Bonsoir et bienvenue ici au cœur de la vieille ville de Jaffa pour le lancement d’i24News”. Tels furent les premiers mots en français du présentateur le 19 juillet dernier quand pour la première fois est apparu le plateau de la nouvelle chaîne d’information en continu i24News.
Pari audacieux que de faire naître une nouvelle chaîne d’info dans un paysage qui semble être saturé (iTélé, BFM TV, LCI, France 24). Mais l’originalité de i24News vient de ce qu’elle émet d’Israël. À l’instar de France 24, elle a choisi de s’adresser à son public en trois langues : le français, l’anglais et… l’arabe. Vous n’apprendrez donc pas l’hébreu avec i24news, mais les arabisants auront l’occasion de découvrir un point de vue israélien de l’actualité et notamment de l’actualité au Proche-Orient.
La chaîne est née d’une boutade ou presque comme le rapporte l’hebdomadaire francophone israélien Le Petit Hebdo : “C’est Patrick Drahi, directeur de plusieurs opérateurs câblés dans le monde, qui a demandé à me rencontrer. Il m’a dit : “Arrête de perdre ton temps en France, viens faire quelque chose pour ton pays !”, explique Franck Melloul, ancien directeur de la stratégie de France 24 puis de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) et PDG d’I24 News. Son pays, c’est aussi la terre d’Israël où tous les juifs peuvent venir s’installer comme l’État hébreu les invite à le faire.
Si les studios de i24 News – prononcez à l’anglaise I (aïl) twenty four News – sont à Tel Aviv, la chaîne est juridiquement luxembourgeoise, pays des actionnaires, et tous ses fonds sont privés. Pourtant, c’est bien une vision d’Israël ou la vision qu’Israël porte sur le monde et spécialement le Proche Orient que la chaîne entend défendre. “J’ai toujours souhaité et pensé qu’Israël avait besoin d’un outil d’influence dans le monde”, poursuit Franck Melloul dans le même hebdomadaire. “Il faut réaliser, insiste le PDG dans Le Petit Hebdo, que de nos jours, plus les gens sont informés, plus ils sont cultivés, plus ils ont tendance à remettre en cause la légitimité d’Israël. I24 News sera la chaîne qui aura vocation à expliquer au monde pourquoi Israël a le droit d’exister et pourquoi si Israël n’existait pas, il faudrait l’inventer.”

Propagande

La chaîne est-elle un outil de propagande ? Quand l’hebdomadaire l’interroge Franck Melloul en juin avant le lancement et lui demande “Il s’agit donc d’un message pro-israélien ?” Sans ambages le PDG répond “Oui, bien sûr. Mais il ne s’agit pas d’un message de propagande. Je vais chercher à connecter Israël au monde, et parallèlement connecter le monde à la réalité de la société israélienne dans toutes ses diversités.” Et d’ajouter “Si j’ai choisi de faire cette chaîne en français, en anglais et en arabe, c’est parce que je considère qu’elle s’adresse d’abord à ceux qui nous détestent. Je ne cherche pas à faire une chaîne en hébreu. L’objectif est de faire passer un message, pour y parvenir il faut qu’il soit compris, donc nous devons parler la langue de ceux que nous voulons atteindre.”
On ne saurait faire le procès à des Israéliens de faire de l’info internationale de leur point de vue, pas plus qu’on ne reproche à France 24 un traitement à la française de l’information ni à Al Jazeera en anglais de montrer la face qu’elle veut du monde arabe (la version arabe de la chaîne étant, elle, nettement plus propagandiste). Reste aux téléspectateurs à croiser l’information pour se forger une opinion.
Un mois après son lancement la question du caractère propagandiste fait débat chez les téléspectateurs. Les uns lui reprochent de faire de la hasbara, la propagande israélienne, pure et dure en témoigne le choix du vocabulaire quand les territoires sont qualifiés de “disputés” plutôt que d’ “occupés”, quand on parle de Judée Samarie plutôt que de Cisjordanie etc. Les autres lui reprochent de n’en pas faire assez.

Dernière mise à jour: 30/12/2023 23:52

Archiprêtre Alexandre Winogradsky Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem

Le temps des retours

À peine le Ramadan s’achève-t-il que Jérusalem revêt de nouveau ses habits de fête. C’est au tour des juifs à vivre leurs fêtes les plus importantes de l’année. Mais les chrétiens sont-ils si étrangers à ce concert de prières ?

Sofia Sainz de Aja

Bienvenus! Mais ne vous installez pas !

Les quelque 2000 soudanais encore présents en Israël vivent un tournant décisif. Arrivés dans le pays en tant que réfugiés, il pourraient le quitter volontairement puisque le Soudan du Sud a proclamé son indépendance.

Le visage le plus familier d’Hébron
Sofia Sainz de Aja

Le visage le plus familier d’Hébron

Quand les groupes de pèlerins se rendaient à Hébron, après avoir accompli leur pèlerinage sur la Tombe des Patriarches et au Chêne de Mambré, ils allaient à la découverte de l’artisanat du verre soufflé. Visite.

Marie-Armelle Beaulieu

Pour une bonne nouvelle

texte : Pietro Kaswalder, Photos Rosario Pierri

Massada, l’ultime rempart des Zélotes

La mer Morte s’étend sur 80 km dans le prolongement de la dépression du Jourdain, entre le désert de Juda et la montagne de Moab. La rive occidentale, en grande partie formée d’escarpements et de côtes inaccessibles, est l’unique route praticable menant de Jéricho à la mer Rouge.

Marie-Armelle Beaulieu

Le caté grandeur nature

Quelques couples de parents français expatriés à Jérusalem ont désiré que leurs enfants soient éveillés à la foi. Quand le caté est enseigné dans les pas de Jésus.

Archiprêtre Alexandre Winogradsky, Patriarcat grec-orthodoxe de Jérusalem

Les saints de la Pentecôte orientale

La profusion des reliques que l’on peut trouver à Jérusalem a tendance aujourd’hui à gêner. Le père Alexandre, entre folklore et tradition, nous emmène au-delà des apparences à comprendre ce que la piété dit de la foi.