Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une application israélienne pour retrouver les villages palestiniens

Terresainte.net
15 mai 2014
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Une application israélienne pour retrouver les villages palestiniens
capture d'écran de l'application inakba

Chaque année le 15 mai, les Palestiniens commémorent le jour de la Nakba, la catastrophe. Au lendemain de la déclaration d’Indépendance de l’Etat hébreu – le 15 mai 1948 – les Palestiniens réalisaient qu’ils avaient perdu leurs terres, leurs droits, leurs rêves. Cette année 2014, alors qu’Israël fêtait le 66e anniversaire de sa création, le 5 mai, une ONG israélienne lançait iNakba, une application mobile permettant de collecter et de partager des informations sur les anciens villages palestiniens disparus lors de la Nakba.


(Jérusalem/MMLV) – Le 5 mai 2014, l’État d’Israël fêtait le 66e anniversaire de sa création selon le calendrier hébraïque. C’est le jour qu’a choisi Zochrot (« se souvenir » en hébreu), une ONG israélienne basée à Tel-Aviv pour lancer une application mobile permettant de retrouver sur une carte les villages palestiniens détruits en 1948.

Gratuite et disponible en trois langues (hébreu, arabe, anglais), iNakba, se présente sous la forme d’une carte interactive permettant de localiser les anciens villages arabes. À chacun correspond un dossier contenant des informations sur le « nettoyage ethnique et la judaïsation », ainsi que des photos, des vidéos et des témoignages d’anciens habitants. Les internautes sont invités à alimenter ces informations s’ils se trouvent en possession d’archives.

« De nombreux Palestiniens ont du mal à localiser leur ville d’origine et leur village car des villes ou des colonies juives ont été construites à leur place », explique Reenen Jeries, une arabe israélienne qui fait partie de Zochrot. Elle ajoute que grâce à cette application, les Palestiniens de la diaspora qui ne peuvent se rendre sur le territoire israélien pourront « suivre des yeux » les informations de leur ancien village. « Les réfugiés qui vivent au Liban, par exemple, peuvent suivre leur village et chaque fois qu’une personne télécharge une photo ou fait un commentaire, ils voient une mise à jour ».

La Nakba (catastrophe en arabe) est commémorée le 15 mai par les Palestiniens. Elle correspond au moment où plus de 750 000 d’entre eux ont été chassés de leurs terres, et où des centaines de villages allaient être rayés de la carte en 1948, avec la création de l’Etat d’Israël. Pour le moment, l’application ne recense que 418 villages, mais les responsables espèrent bientôt, grâce à la participation des internautes, pouvoir afficher les 500 villages qui ont été dépeuplés et détruits à ce moment-là.

Depuis 2002, Zochrot est l’une des rares organisations israéliennes à militer pour la reconnaissance de la Nakba dans le pays. Depuis 2011, une loi votée par le parlement israélien (la knesset) interdit que l’on commémore la Nakba en Israël.  

Ce qui ne semble pas effrayer Zochrot : « Notre but est de faire connaître la Nakba aux Juifs israéliens : elle a déraciné des centaines de milliers de Palestiniens », a déclaré Liat Rosenberg, la directrice de Zochrot.  Alors que les narratifs du conflit semblent aussi contradictoires qu’irréconciliables.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici