Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

« Ma manière d’agir c’est la prière »

Emilie Rey
29 juin 2014
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
« Ma manière d’agir c’est la prière »
Nadim devant l'élise Sainte Catherine de Béthléem ©E.R

Nadim est né à Bethléem, il a 22 ans et est actuellement séminariste au Patriarcat Latin de Beit Jala. Il sera ordonné prêtre dans huit ans (nous le lui souhaitons) et, durant sa formation, il apprendra le Français, la seconde langue du Patriarcat.


Nadim est né à Bethléem, il a 22 ans et est actuellement séminariste au Patriarcat Latin de Beit Jala. Il sera ordonné prêtre dans huit ans (nous le lui souhaitons) et, durant sa formation, il apprendra le Français, la seconde langue du Patriarcat.

Nadim, quels sont tes hobbies ? Comment occupes-tu ton temps libre ?

Je m’investis dans les activités de la paroisse, avant j’étais impliqué dans d’autres mouvements et associations mais toujours en lien avec l’Église. Il n’y a pas de cinéma ici, quant au sport, je jouais au football et faisait de la musculation auparavant mais, par manque de temps, j’ai arrêté. Il y a bien quelques boites de nuit et des bars à Bethléem, mais cela ne m’intéresse pas. Je suis presque tout le temps au séminaire, je ne vais visiter ma famille qu’une fois par mois.

Justement, qui sont tes amis ici ? T’es-tu rapproché de personnes similaires ou différentes de toi ?

J’ai étudié à la Terra Sancta School de Bethléem, l’école franciscaine pour garçons de Bethléem, nombre de mes camarades étaient musulmans. Depuis que je suis entré au séminaire (août 2013), je fréquente plus de Chrétiens. C’est plus difficile d’interagir avec tout le monde, par manque de temps avant tout. Nous formons une riche communauté au séminaire, nous sommes plus d’une vingtaine de séminaristes.

Et toi, t’intéresses-tu à l’actualité du pays, et suis-tu les informations en général ? Si oui, y a-t-il un sujet qui te préoccupe plus que d’autres en ce moment ?

Je suis beaucoup l’actualité religieuse, le magazine des franciscains, le bulletin du Patriarcat. Je regarde aussi ce qui se passe en politique mais pas souvent, c’est toujours les mêmes refrains, ma manière d’agir c’est la prière, elle seule m’aidera à changer mon point de vue, à le faire grandir. J’apprends au séminaire à discerner ce qui est essentiel du factuel.

Parle-nous des membres de ta famille. Quelles sont tes relations avec eux ?

Cela a été très dur, nous ne sommes que deux garçons. Mes parents me voyaient marié et avec des enfants ! Je leur ai annoncé et ils n’ont pas compris mon choix, mais j’avais mes propres convictions et je suis entré au séminaire. Cela s’améliore chaque jour mais c’est encore un sujet délicat. Ma mère est enseignante et mon père vendeur. Mon frère étudie dans le secteur de la gestion et du management touristique, comme beaucoup de jeunes en Terre Sainte. Moi-même j’ai fini mon master en gestion à l’université de Béthléem avant de rentrer au séminaire.

As-tu une religion ? Si oui, quelle place prend-elle dans ta vie quotidienne ?

Je donne toute ma vie à Dieu, j’essaye de regarder ce qui m’entoure à la façon de Jésus, cela prend déjà pas mal de temps et de place !

Et maintenant, quels sont tes projets sur le plan personnel et professionnel ?

J’ai envie de continuer à m’investir dans la découverte des autres confessions chrétiennes. On nous pousse aussi à cela au séminaire.  On dit souvent que l’Église vient de Jérusalem, est née ici. C’est pour moi une grâce d’être séminariste de et sur cette Terre.

J’aimerais voyager également, avec le Patriarcat parfois les séminaristes sont envoyés à l’étranger, en France par exemple. Je suis déjà allé en Italie avec Pax Christi et en Grèce.

Pour finir et en quelques mots, que souhaites-tu à ce pays dans lequel tu habites ?

Mon souhait n’est pas tellement pour mon pays où la Terre Sainte. Ce que je souhaite c’est à chaque habitant qui y vit qu’il trouve qui il est, ce qu’il veut faire et apporter à cette terre. Je parle de responsabilité sociale, celle que chacun devrait avoir quant à son avenir individuel. Il faut que chacun découvre son talent, c’est une condition importante afin de se sentir bien, utile et membre d’une société.

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don