Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Comprends donc que je t’aime

David Grenier, ofm
23 mars 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

L’ange du Seigneur annonça à Marie qu’elle serait la mère du Sauveur. Et elle accepta le projet de Dieu sur elle. Son “oui” devint célèbre et continue à être cité en exemple, un exemple à suivre pour tous ceux qui souhaitent devenir, comme elle, d’humbles serviteurs et servantes du Seigneur.

Cependant, ce jour-là, à Nazareth, un autre “oui” sera émis, tout aussi beau et encore plus puissant, dont l’écho se répercutera jusqu’à Gethsémani, dans ces mots prononcés dans un moment d’angoisse : “Père, si tu veux écarter de moi cette coupe… Pourtant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se réalise” (Lc 22, 42).

Ce “oui” de Notre Seigneur, y compris à sa Passion, avait déjà pris naissance avec lui dans son Incarnation. Voyant plus tard la mort et la douleur approcher, Jésus affirmera : “Que dirai-je ? Père, sauve-moi de cette heure ? Mais c’est précisément pour cette heure que je suis venu” (Jn 12, 27).

Les deux “oui” de Nazareth, prononcés d’un même souffle en faveur de l’humanité, possèdent donc une différence majeure, distinguant la mère de son Fils : Marie mit sa confiance en Dieu sans trop savoir ce qui l’attendait. Jésus, pour sa part, connaissait bien ce qui était pour lui arriver. Il accepta pourtant de s’insérer dans le projet du Père pour lui.

La Passion, les tortures, le fouet et les épines, les clous et la croix… Il les connaissait et pourtant, il voulut s’incarner. Puis, il attendit à Gethsémani que viennent le saisir ses bourreaux. C’est qu’il trouvait que, malgré tout, cela en valait le coût. Et ce qui en valait le coût, quand on y pense bien, eh bien, c’est nous.

Pour l’exprimer en d’autres mots, voici ce que ce “oui” peut signifier :

Je t’aime.

Tu t’es éloigné de moi ? Attends. Je m’approche. Je me fais chair de ta chair, car

Je t’aime.

Tu n’as pas su me voir dans le prochain ? Je me fais l’un des tiens.

Tu as ri de moi ? Je me fais un visage pour que tu y perçoives ma douleur. Regarde-moi. Vois que

Je t’aime.

Je t’ai fait peur ? Je me fais enfant. Les autres te font peur ? Je te fais mon enfant.

Accepte de te faire petit, que les autres soient plus grands. Reconnaissant ta faiblesse, tu comprendras alors que je suis plus grand qu’eux, et que tu n’as rien à craindre, car

Je t’aime.

Tu n’as pas été à la hauteur ? Qu’importe. Je descends. Je vais m’abaisser jusqu’à terre, jusqu’à ton humanité, jusqu’à ta plus grande pauvreté. J’irai jusqu’à embrasser la poussière – n’est-ce pas ce que tu es ? Je te tiendrai collé à mes plaies pour faire avec toi ce chemin au bout duquel mon Esprit t’insufflera la Vie, car

Je t’aime.

Tu m’as trahi, renié, délaissé ? Je me jette à tes pieds, comme je l’ai fait pour mes disciples. Tout ce que tu as à faire, c’est de me laisser faire. Je laverai ta faute, j’essuierai ton péché. Tu auras alors part avec moi. Comprends donc que

Je t’aime.

Tu t’es montré infidèle ? Je viens te montrer la fidélité qui tient bon jusqu’à la croix. Même si mon Père m’abandonnait, moi, je ne t’abandonnerai pas, car

Je t’aime.

Tu ressens de la haine ? Je devrai t’aimer encore plus. N’ai-je pas dit qu’il fallait aimer ses ennemis ? J’envelopperai les contours de ton cœur, dans l’espoir de m’y frayer un chemin, que je puisse y faire ma demeure. N’aie pas peur : j’ai habité des endroits encore plus délabrés. J’y viendrai, car

Je t’aime.

Tu appartiens à la nuit ? Tes œuvres sont noirceur ? Tu résides aux ténèbres ? Alors j’y descendrai. Les ténèbres pour moi ne sont pas ténèbres et la nuit comme le jour illumine. Je t’y éclairerai. Marche donc à ma lumière : elle guidera tes pas. Dorénavant, la voie sera ouverte pour venir jusqu’à moi…

Tu n’as qu’à prendre quelques instants pour me dire “salut”. J’y comprendrai ton souhait et je te le donnerai. Je serai ton salut, ta paix et ta joie. Je réchaufferai ton cœur, trop souvent en hiver. Je serai présent, mais ne m’imposerai pas ; je t’aime trop pour cela. J’attendrai que tu me dises : “Viens, reste avec moi”.
C’est alors qu’avec bonheur, je me révèlerai à toi. Dans tes regards, dans les sourires, dans le vent qui vient caresser ta tête… J’ai créé tout cela.

Que puis-je faire de plus pour te prouver que Je t’aime tant que je veux t’aimer pour l’éternité.

Marie-Armelle Beaulieu

Seyfo le génocide oublié

Les syriaques l’appellent Seyfo, un mot araméen qui signifie épée. C’est leur catastrophe à eux. Celle qui a vu 70 % des araméens de Turquie tués dans la suite du génocide arménien. Terre Sainte Magazine a rencontré des syriaques de Jérusalem pour revenir sur ces événements et leurs conséquences pour la communauté locale.

Hélène Morlet

À l’hôpital Saint-Louis, le goût du Messie

Quand un hôpital spécialisé en soins palliatifs soigne aussi les blessures du conflit, à sa manière… Plongée à Saint-Louis, cet hôpital catholique et casher, où l’humanité grandit au moment où la vie s’efface.

Mélinée Le Priol

Israël face au génocide arménien

Contrairement à de nombreux pays, dont la France, Israël n’a jamais reconnu le génocide arménien. Certains soupçonnent les juifs de vouloir ainsi garder le monopole de “leur” génocide.

Mélinée Le Priol

Arméniens: la renaissance d’une communauté à Jérusalem

Même si les arméniens étaient présents en Terre Sainte bien avant le génocide, cette tragédie a eu un impact majeur sur l’évolution de cette communauté à Jérusalem depuis un siècle.

Mélinée Le Priol

Comment la Terre Sainte a accueilli les rescapés arméniens

La majorité des arméniens de Terre Sainte sont les descendants de rescapés du génocide. La Palestine comptait moins de 1 500 arméniens avant 1915, et dix fois plus en 1925. Le couvent Saint-Jacques, à Jérusalem, a grandement contribué à l’accueil des réfugiés.

George Hintlian

Comment Jérusalem fit échec à la Grande Catastrophe

Grande figure de la communauté arménienne de Jérusalem, George Hintlian, éclaire pour Terre Sainte Magazine les conditions qui permirent à Jérusalem de devenir un lieu refuge, bien qu’en 1915 elle fit encore partie de l’Empire ottoman. Et comment la communauté prit.

Frans Bouwen, m.afr

Prier pour l’unité à Jérusalem

C’est vrai qu’à Jérusalem, il y a une grande diversité de confessions chrétiennes. Certains veulent y voir le scandale de la désunion. Mais les habitants de la ville savent que le sillon de notre unité, est ancien et profond. La semaine pour l’unité chaque année permet au plus grand nombre de voir la partie émergée de l’iceberg.

Propos recueillis par Nicolas Kimmel

Ofer Zalzberg: « Jérusalem est à la fois unie et divisée »

Ofer Zalzberg est analyste principal pour le programme Moyen-Orient du Crisis Group, dont la mission est de prévenir et résoudre les conflits. Il travaille notamment sur la question de Jérusalem et s'interroge quant à l'avenir politique et géographique de la ville sainte.

Marie Marine Le Vaillant

Les mille et un trésors de l’apothicairerie franciscaine

Le rôle des franciscains dans la médecine de Jérusalem est devenu capital à la fin du XVII siècle, lorsqu'ils ont créé la plus grande pharmacie de la ville.