Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’autorité palestinienne met les pieds dans le « paf »** israélien

Terresainte.net
23 juin 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
L’autorité palestinienne met les pieds dans le « paf »** israélien

Une chaîne télévisée lancée par l'Autorité palestinienne à destinations des citoyens arabes d’Israël. Falestine 48 a commencé de diffuser ses programmes le premier vendredi de Ramadan depuis Nazareth, déclenchant la colère du Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou, également ministre des Communications et des Médias.


(Jérusalem/nh) – Une chaîne télévisée lancée par l’Autorité palestinienne à destination des citoyens arabes israéliens. Falesteen 48 a commencé de diffuser ses programmes le premier vendredi de Ramadan depuis Nazareth.

Falasteen 48, soit le nom de la Palestine en arabe et l’année de la création de l’État d’Israël, celle aussi de la Nakba, « la grande Catastrophe », marquant le début des déplacements du peuple palestinien. Une chaine palestinienne sous l’égide de la Palestine Broadcasting Corporation financée par l’Autorité palestinienne et dont les programmes sont conçus spécifiquement pour les Palestiniens citoyens et résident de l’État d’Israël.

Alors que depuis l’été dernier, les tensions entre citoyens israéliens juifs et arabes se sont accrues, l’arrivée de cette chaine dans le paysage audiovisuel israélien fait grand bruit.

« Nous avons enfin un espace et une chaîne qui parle notre langue, explique Afaf Shini, animatrice à Palestine 48. Mon émission accueillera des leaders d’opinion journalistes, acteurs, chanteurs, etc., qui parleront de tout sauf de politique. » Pas de studios fixes pour la chaine qui filment partout en Israël à l’aide d’unités d’émission mobiles.

Une chaîne qui se décrit comme familiale et ouverte sur l’information, la société, la culture, l’art etc. mettant l’accent sur les événements de la société palestinienne en territoire israélien.

Ces postulats n’ont manifestement pas rassuré le Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou. Egalement ministre des Communications et des Médias, Bibi a fait savoir son mécontentement en ordonnant à son ministère d’examiner tous les outils administratifs et pénaux à sa disposition pour interrompre l’émission des programmes. Pourtant, Palestine 48 n’a pas eu l’outrecuidance de demander un canal israélien, elle diffuse via le satellite égyptien Nile-Sat, le satellite palestinien Pal-Sat, et internet.

Mais Netanyahu ne s’y trompe pas. Le cœur de cible de la nouvelle chaine est la population arabe israélienne, laquelle tend déjà à s’identifier comme palestinienne. Elle constitue 20% de la population de l’Etat hébreu, soit 1, 6 millions de personnes qui jusqu’ici regardaient plutôt les chaînes satellitaires du monde arabe et plus rarement la télévision israélienne dont la programmation vise le public juif. (Quand bien même deux chaines israéliennes émettent en arabe).

Palestine 48 a déclaré que M. Netanyahou devrait « s’habituer à la télévision des masses arabes », faisant référence aux paroles du Premier Ministre lors de la compagne électorale qui s’inquiétait de les voir « se mobiliser en masse » pour voter.

Le ministre de la communication de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Hassan, a déclaré de son côté que M. Netanyahou voudrait fermer la station parce qu’Israël ne souhaitait pas des média susceptibles de dénoncer la négligence dont souffrent les Palestiniens citoyens de l’État. Ajoutant, que pourtant la station n’avait pas un but politique mais souhaitait être un outil de liberté d’expression.

« Les déclarations de Netanyahou nuisent à 20% des citoyens du pays » a déclaré Sanaa Hammoud membre du comité de Palestine 48, qui a travaillé comme productrice pour CNN et Aljazeera et journaliste pour Al-Arabiya. « Je pense que le Gouvernement israélien devrait au contraire encourager les avancées de la télévision palestinienne. Elle comble un vide créé il y a plus de sept décennies par les gouvernements israéliens. Elle offre en effet une plateforme en vue d’un débat interne et un lieu de dialogue » a-t-elle ajouté.

Selon Palestine 48, la chaîne n’enfreint aucune façon la loi Israélienne. « Loi fondamentale, la liberté d’occupation professionnelle nous permet de travailler en Israël avec tout organisme international, y compris l’Autorité palestinienne. Tant qu’il n’y a pas d’incitation à la rébellion, de diffamation ou d’atteinte à la sécurité de l’État il n‎‎’y a pas d’infraction, et nous n’avons l’intention de faire aucune de ces choses », estiment les dirigeants.

Jaafar Farah, directeur de Musawa Centre pour les droits des citoyens Arabes en Israël, a vivement critiqué les mesures prises par Netanyahou.  » Après avoir fermé des chaînes locales, brisé la radiodiffusion publique, et harcelé canal 10 et certains journaux quotidiennement, Bibi tente à présent d’empêcher la naissance de la télévision arabe. »

« Après son discours sur les « quantités énormes » (traduction littérale de l’hébreu) de l’électorat palestinien, il a fermé le théâtre de Al-Midan, et essayera de fermer les organisations de droit de l’homme pour détourner le débat public de ses échecs dans la sphère politique et économique », souligne Farah.

Selon Hammoud, projet géré par les citoyens palestiniens d’Israël, Palestine 48 offre une occasion rare, « chose qui n’a pas été réalisée avec l’ère d’Oslo, les citoyens palestiniens d’Israël faisant partie de deux cultures, deux mentalités, ne se contenteront plus seulement d’être une partie du problème, mais pourront être une partie active de la solution. »

** Paf = Paysage Audiovisuel Français… on savait… mais la titraille….

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici