Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Irak : environ 6000 réfugiés dans les conteneurs d’Ashti

Chiara Cruciati
13 décembre 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le camp de réfugiés d'Ashti - près de la ville d'Erbil - a été ouvert il y a tout juste un an pour accueillir des centaines de familles irakiennes chrétiennes et Yézidis, fuyant l'État Islamique (Daech) qui occupe leurs villages dans la plaine de Ninive. Aujourd'hui, on estime à environ 6.000 personnes la population accueillie par l'Église.


Le camp de réfugiés d’Ashti – près de la ville d’Erbil – a été ouvert il y a tout juste un an pour accueillir des centaines de familles irakiennes chrétiennes et Yézidis, fuyant l’État Islamique (Daech) qui a envahi leurs communautés dans la plaine de Ninive : Qaraqosh et les villages alentours, Sinjar et sa campagne, Bashiqa. Aujourd’hui, on estime à environ 6.000 personnes la population accueillie par l’Église. Ce sont les institutions religieuses chrétiennes qui gèrent, depuis le début de sa création, le camp, garantissant une vie un peu plus digne que celle de milliers d’autres réfugiés irakiens et syriens. Chaque famille a son propre conteneur – les salles de bains sont partagées – et tous sont équipés de fourneaux pour cuisiner, de l’eau courante et électricité. Un abîme comparé à leurs concitoyens sunnites déplacés au centre de l’Irak et contraints de se réfugier dans des villages pauvres sans aucun soutien du gouvernement irakien ou des organisations internationales qui n’ont pas été autorisées à entrer sur le territoire.

« Les communautés chrétiennes ont toujours été marginalisées politiquement et économiquement pendant les années de Saddam Hussein, mais cela n’avait jamais atteint une telle violence« . Raid Michael est le représentant de l’association italienne « Un pont pour » (Un ponte per) et il est aussi originaire de Qaraqosh. Il nous accompagne lors de la distribution de l’aide alimentaire aux familles, cette dernière est livrée tous les deux semaines. « Prenez Mossoul : certains sunnites, y compris des anciens membres du parti Baas et soldats de l’armée de Saddam, ont d’abord accueilli l’arrivée de Daech, convaincus qu’ils pourraient sortir de la discrimination imposée par le nouveau gouvernement chiite. Mais ils ont vite compris la dangerosité des islamistes. De nombreux ont fui. Peu de temps après ce fut le tour de Qaraqosh : c’est le 6 Août 2014 que la première bombe est tombée sur la ville« .

Les peshmergas qui défendaient Qaraqosh se sont retirés, mais pas avant de frapper à toutes les portes pour dire aux civils de fuir. Tous coururent, à pied ou en voiture, vers le Kurdistan irakien. « Il nous a fallu dix heures pour arriver à Erbil, pourtant située à 70 kilomètres, il y avait un tel flot de voitures. Pour les chrétiens et les Yézidis ce fut plus simple que pour les chiites et les sunnites : ils sont rentrés immédiatement, avec le soutien de l’Eglise. Pendant des semaines nous avons vécu dans une situation d’urgence dans le quartier chrétien d’Ankawa. Il y avait partout des déplacés, 100.000 personnes dans les jardins publics, les bâtiments en construction, le long des trottoirs etc. Puis les premiers camps ont été ouverts« .

Comme celui de Ashti. Nous entrons dans le bureau (également hébergé dans un conteneur) d’abouna Jalal Yako, prêtre irakien de Qaraqosh appartenant à la congrégation des pères Rogationistes. Il est le responsable et directeur de ce camp ouvert grâce à un financement de l’Église : « A l’automne dernier, pour l’hiver, l’Eglise a d’abord loué des appartements pour les personnes déplacées puis a réussi à obtenir des conteneurs. Nous sommes partis de zéro, nous ne connaissions même pas les noms des familles. Nous avons commencé par les enregistrements et lentement avons apporté les premiers services : les conteneurs, la distribution de nourriture, de gaz, la provision d’eau et d’électricité 24 heures par jour, l’organisation d’animations pour les enfants, des messes et des chapelets. L’Eglise a pris soin de tout : elle ne pouvait pas abandonner tant de familles chrétiennes qui n’ont aucune autre référence« .

Père Jalal nous emmène visiter le camp. Les conteneurs sont juxtaposés les uns aux autres. C’est l’heure du déjeuner et tous sont affairés aux cuisines. Certaines personnes préparent des falafel, des courgettes farcies, des soupes chaudes : aujourd’hui le panier de l’aide alimentaire a été distribué et les familles en profitent. Certaines femmes accrochent des vêtements sur les fils reliés aux conteneurs le long des étroits couloirs du champ ; les hommes construisent avec du bois des meubles et des lits, s’inventant un espace là où il n’y en a pas.

Les gens sourient, nous accueillent, mais la tension est palpable : « La dépendance vis-à-vis de l’aide étrangère est un coup dur pour ces familles. Elles sentent qu’elles ont perdu leur dignité – dit Abuna Jalal – et elles ne font plus confiance à personne. Les peshmergas nous ont trahis, abandonnant la défense de Qaraqosh et laissant le champ libre à Daech. Beaucoup de chrétiens ont peur de retourner dans leurs communautés parce que Daesh les a persécutés à cause de leur foi. Mais nous chrétiens irakiens voulons rester en Irak, nous voulons montrer notre foi et de notre identité ici, sur cette terre« .