Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une voix dans la nuit : l’histoire de Michel

Christian Media Center
30 juin 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

(Vidéo cliquez sur l'image) - Au cœur de la nuit, dans les rues étroites de la vieille ville d’Akko, le Saint Jean d' Acre des Croisés, résonne de la voix d'un jeune Arabe, Michel Ayoub.


Au cœur de la nuit, dans les rues étroites de la vieille ville d’Akko, le Saint Jean d’ Acre des Croisés, résonnent sur la jetée, les douces notes d’un tambourin et de la voix d’un jeune Arabe, Michel Ayoub.

Personnage d’une tradition millénaire aujourd’hui perdue, supplantée par les réveils électroniques et les smartphones, le MUSAHARATI, est une figure que l’on ne rencontre plus que rarement. Pendant les nuits de Ramadan, il parcourt les rues des quartiers musulmans avant aube pour réveiller les croyants afin qu’ils puissent prendre un repas avant que la lumière du jour ne se lève et avec elle, l’obligation du jeûne rituel.

MICHEL AYOUB
Musaharati d’Acre
Je suis un homme simple, comme les autres. Je suis âgé de 40 ans, je suis charpentier mais j’ai un autre talent … Dieu m’a donné une belle voix.

Parmi les rares personnes encore musaharati, il a une particularité qui le rend tout à fait unique : il est chrétien. Habillé de la tête aux pieds en costume traditionnel syriaque, Michel passe volontairement les nuits de ce mois de jeûne à chanter et à jouer.

MICHEL AYOUB
Musaharati d’Acre
Je me suis dis : « Je vis dans un pays où musulmans et chrétiens vivent ensemble, il n’y a pas de différences ou de problèmes entre nous… et Dieu m’a donné cette belle voix … alors pourquoi ne pas faire le musaharati ? »

Dans la ville d’Acre d’aujourd’hui, encore endormie dans le sommeil, parée de lumières et de couleurs en ce mois particulier, Michel fait revivre une tradition bientôt morte, ravivant les souvenirs d’un passé pas si lointain.

MICHEL AYOUB
Musaharati d’Acre
J’étais jeune quand j’entendais les musaharati réveiller les gens… Et puis cette tradition s’est brusquement arrêtée. J’ai donc décidé de la faire revivre, parce que je pense que c’est une tradition qui ne doit pas mourir.

MICHEL AYOUB
Musaharati d’Acre
J’ai alors commencé à chanter et les gens étaient contents de voir que cette tradition ne soit pas interrompue. Je suis heureux et les gens aussi. Dieu merci.

Il a véritablement un don, indépendamment de ce qu’il est, de sa religion, de sa race. Le don d’enchanter les nuits « sacrées » d’Akko.
« A celui qui dort encore … Réveille-toi, proclame ta fidélité à Dieu ! Lève-toi pour manger le repas de l’aube ! »

MICHEL AYOUB
Musaharati d’Acre
Voici mon message : s’aimer les uns les autres.
C’est une mission spirituelle, entre moi et Dieu… Lorsque vous réveillez simplement un de vos frères, c’est comme si vous aviez affaire directement à Dieu, parce que l’esprit de Dieu habite en chacun de nous

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici