Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Des chambres cachées dans une des pyramides de Gizeh ?

Terresainte.net
22 octobre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Des chambres cachées dans une des pyramides de Gizeh ?
Pyramides de Gizeh © Ricardo Liberato

Un groupe de scientifiques affirme avoir découvert deux cavités inconnues au sein de la Grande Pyramide de Gizeh, la plus grande pyramide jamais construite en Egypte.


(Jérusalem/n.h) – Ces endroits vides pourraient être des sépultures cachées, des chambres à part entière, ou simplement un vide entre des pierres. Les résultats sont à prendre avec précaution. Les scientifiques chargés de superviser le travail de l’équipe ont déclaré qu’ils ne sont pas convaincus que ces vides soient des « chambres secrètes ».

Un projet de numérisation des Pyramides est en cours à Gizeh. Il est mené par un groupe de scientifiques de différentes universités, instituts et entreprises qui scannent les pyramides d’Égypte en utilisant diverses technologies.

D’après le communiqué, un vide se trouverait sur la face nord de la pyramide et un autre à son angle nord-est. Pour les repérer, les scientifiques ont utilisé la « muographie », une technique mesurant la densité de muons ou de particules subatomiques, la principale composante des rayons cosmiques qui touchent la Terre.

« Les particules de muons atteignent en permanence la Terre avec une vitesse proche de la vitesse de la lumière à un flux d’environ 10.000 par m² par minute. Ils proviennent des interactions des rayons cosmiques créés dans l’univers avec les atomes de la haute atmosphère», a déclaré l’équipe qui scanne les Pyramides dans son communiqué de presse. Les chercheurs ont ajouté que ces particules peuvent « traverser des centaines de mètres de pierre avant d’être absorbées. » En mesurant les changements dans les particules de muons comme ils vont plus loin dans la pyramide, l’équipe peut trouver des zones cachées. «Le défi de ces mesures consiste à construire des détecteurs extrêmement précis et à accumuler suffisamment de données – sur plusieurs jours ou mois – pour augmenter le contraste [sur l’imagerie], » a expliqué l’équipe dans sa déclaration.

Cependant, une équipe de scientifiques nommés par le ministère égyptien des antiquités pour superviser le travail s’est montrée prudente. Cette équipe est dirigée par l’ancien ministre des antiquités Zahi Hawass et comprend plusieurs égyptologues avec des décennies d’expérience dont Mark Lehner, qui a été conduit des travaux à Gizeh depuis environ 30 ans.

Ces derniers, dans leur propre communiqué de presse, publié à travers le Ministère égyptien des antiquités, ont souligné que davantage de travail doit être fait. Le communiqué parle d’«anomalies» plutôt que de «vides» ou «cavités». « Le noyau [de la pyramide] a des pierres grandes et petites, et cela peut révéler des creux partout », a déclaré Hawass. L’équipe de surveillance « a demandé plus de temps afin de connaître la taille et fonction » de ces trouvailles.

Cette prudence du ministère est dûe à la fausse découverte d’un égyptologue nommé Nicholas Reeves. Celui-ci avait prétendu avoir trouvé des preuves que la tombe de la reine Néfertiti était cachée derrière une porte secrète dans la tombe du roi Tut, créant un émoi médiatique. Après les résultats négatifs, et des critiques du premier scanne par les scientifiques, le ministère des antiquités avait dû faire marche arrière.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici