Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Yacoub Shaheen la nouvelle étoile montante de Bethléem

Terresainte.net
7 janvier 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Yacoub Shaheen  la nouvelle étoile montante de Bethléem
Yacoub Shaheen porte le numéro 25 dans l'émission de télécrochet Arab Idol ©Arab Idol

Un jeune chrétien palestinien participe à la quatrième édition de l’émission Arab Idol. Il fait la fierté d’une population qui cherche toujours des occasions (rares) de se réjouir.


(Jérusalem/mab) – Un chanteur fait la fierté des Palestiniens chrétiens. Yacoub Shaheen participe à l’émission Arab idol. Cette émission lors de sa deuxième édition en 2013 avait déjà distingué un palestinien, Mohamed Assaf, qui l’avait emportée.

Assaf était originaire de Gaza, ce qui le distinguait parmi les Palestiniens pour les raisons que l’on imagine. Yacoub Shaheen lui est chrétien.

Yacoub est encore loin d’avoir emporté la 4e édition du célèbre télé-crochet regardé dans tout le monde arabe et au-delà. Il fait partie des 25 candidats, dont huit jeunes filles, qui ont été retenus lors des auditions qui ont eu lieu à Bahreïn, Koweït, Dubaï, en Algérie et au Maroc, comme au Caire et à Alexandrie, en Turquie, à Beyrouth au Liban, à Ramallah en Palestine ou encore à Irbil au Kurdistan irakien.

Il n’est pas non plus le seul palestinien. Partis à huit au départ, en ce début janvier, après les premières éliminations, sur les 13 candidats encore en lice, il y en a deux autres, tous deux citoyens de l’état hébreu : Nadin el Khatib et Ameer Dandan.

Yacoub construit sa notoriété nouvelle sur sa page facebook. Chaque semaine elle voit grossir le nombre de ses likes, 119 245 à ce jour. Elle est aussi de plus en plus partagée parmi les chrétiens, leurs réseaux et commentée par eux.

Le programme est diffusé deux soirs par semaine les vendredi et samedi. Et on l’écoute « religieusement ». La chanson arabe implique non seulement d’avoir de la voix, mais de posséder une technique vocale particulière. Le phrasé de certaines chansons peut faire se lever la foule tandis que le chanteur est sur scène et on n’hésite pas à applaudir les plus beaux passages. C’est un spectacle de regarder les spectateurs suspendus aux lèvres des chanteurs.

Son prénom et son nom de famille affichent la couleur. Tout le monde sait que Yacoub, Jacques, est chrétien. Mais l’amour du chant dans le monde arabe sait – comme la poésie – transcender les religions. C’est peut-être d’ailleurs un des ferments qui reste de son unité.

À Bethléem, les affiches, calicots et autres posters se multiplient sur les murs et façades des bâtiments. Sur la place de la Nativité, le sapin de Noël illumine un immense poster qui rappelle comment voter pour le numéro 25. Les deux autres villes chrétiennes de ce district de Palestine, Beit Jala et Beit Sahour, emboitent le pas de la ville sainte dont il est originaire. Parmi les jeunes et les moins jeunes, on espère déjà qu’il l’emportera.

Et c’est vrai qu’il a une très belle voix et que déjà beau jeune homme, le maquillage, les vêtements fournis par la production en font une graine de star. Un rêve du reste que chérit celui qui a déjà participé à des émissions du même genre et qui ne faisait pas mystère de son ambition à percer dans sa passion, le chant.

On prend plaisir à l’écouter, à le regarder et à écouter les commentaires élogieux des quatre juges. Alors soyez gentils, à mesure que l’émission va avancer et aussi longtemps que Yacoub va rester (jusqu’à la final Inshallah), ne cherchez pas à joindre vos amis en Palestine entre 20 heure (heure locale) et 21h30 : on a musique et Yacoub Shaheen.

La dernière performance de Yacoub, (vidéo facebook) où l’on mesure que la chanson arabe n’a rien à voir avec la variété française. Cliquez ici.

Une chanson un peu plus commerciale ici.

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don