Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

En passant par l’esplanade (2e partie)

Textes : Marie-Armelle Christien
30 septembre 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Les pèlerins visitant l’esplanade le font en commémorant les visites de Jésus au temple. Mais il n’est pas interdit d’observer et découvrir les monuments qui la jalonnent et leurs traditions parfois surprenantes.


Le Dôme de la Chaîne, Qubat es-Silsila

Situé à l’est du Dôme du Rocher, cet édifice ressemble à une version miniature du premier.
Certains historiens suggèrent qu’il a justement servi de prototype à la construction définitive du Dôme.
Construit par le calife omeyyade Abd al-Malik en 691, ce monument n’a été que très peu altéré par les restaurations successives.
La structure consiste en un dôme de bois soutenu par six colonnes formant un hexagone. La colonnade extérieure est composée de onze colonnes. Un des côtés contient un mihrab, soit la niche qui indique la direction de La Mecque.
L’intérieur du dôme est recouvert de splendides mosaïques.
Selon la tradition musulmane le dôme recouvrait un accès au trésor de l’esplanade et marque l’emplacement où une chaîne séparera les damnés des justes le jour du Jugement Dernier.
Dans la tradition juive, c’est Salomon qui suspendit la chaîne, laquelle avait une caractéristique : si deux hommes l’approchaient pour résoudre un litige, seul l’homme honnête et droit pouvait l’attraper ; l’homme injuste la voyait au contraire s’éloigner de lui.

Détails des décorations

Restauré dans les années 1970, Qubat es-Silsila, le dôme de la chaîne, a de nouveau fait l’objet de soins en 2011 et 2012.
Des mosaïques sont venues orner la partie extérieure tandis qu’à l’intérieur les mosaïques existantes ont une nouvelle fois été consolidées et nettoyées à la faveur du travail qui s’opérait en simultané à l’intérieur du Dôme du Rocher.

Le Dôme du prophète

On l’appelle aussi le dôme du messager, ou le dôme de Gabriel. Dans la tradition islamique, c’est ici qu’a prié le Prophète avec les messagers de Dieu et les anges avant son Ascension.
Le dôme aurait été construit au cours de la période islamique primitive (637-1099 AD). Il a été remanié à plusieurs reprises pendant la période ottomane.
Une première restauration aurait été conduite en 1538, une autre en 1620, et une autre sous le règne du sultan Soliman II. Des ajouts ont été effectués en 1845.
Une partie des fonds donnés à la mosquée Al-Aqsa a servi à maintenir l’éclairage d’une lampe à huile du dôme.

Sa structure est octogonale. Huit colonnes de marbre rouge, noir et blanc supporte des arches.
Incrusté dans le sol, un mirhab.
Le lieu de prière est délimité par un mur bas ouvert au nord. Cette ouverture permet aux fidèles d’entrer pour y prier, en direction de la Mecque.

Le Dôme de l’Ascension du prophète, Qubbat al-Mi’raj

A vingt mètres au nord-ouest du Dôme du Rocher s’élève le Dôme de l’Ascension, Qubbat al-Mi’raj en arabe.
Le dôme originel a été bâti afin de commémorer l’ascension de Mahomet, soit au cours de l’ère omeyyade (651 à 750 ap. J.-C.), soit au cours de l’ère abbasside (750 à 1517 ap.J.-C.). Impossible à déterminer. Avant d’apparaître sous la plume d’Ibn-al Faqih, historien et géographe perse qui en fit pour la première fois mention en 903 de l’ère chrétienne, le bâtiment n’existait dans aucun récit.
L’inscription sur le fronton du Dôme actuel indique que le bâtiment d’origine fut intégralement détruit.
Il a été reconstruit en 1201, durant l’ère ayyoubide par le gouverneur de Jérusalem Izz-ad-Din az Zanjili.
La structure générale s’inspire largement du style pré-ayyoubbide, autrement dit des croisés. Le dôme pourrait alors avoir été construits sur les restes des fonts baptismaux croisés.
Le bâtiment ressemble même étrangement à l’actuelle chapelle de l’Ascension, construite par les Croisés au XIIe siècle, au Mont des Oliviers.
Il s’agit pour les deux bâtiments, à quelques détails près, d’un octogone surmonté d’un dôme de pierre. Sur chaque face sont gravés des arcs romans soutenus par des colonnes. Sur le point culminant du dôme, un Dôme de l’Ascension miniature, a été ajouté. Depuis, des plaques de marbre ont été ajoutées entre chaque colonne pour le fermer.

Le Dôme des âmes, Qubbat al-Arwah

Construit en 1037 de l’Hégire soit en 1628 après J.-C.,
il est situé au nord-ouest du Dôme du Rocher et à 10 mètres environ de l’arcade nord-ouest. En forme d’octogone ouvert constitué de huit colonnes cylindriques en marbre à soubassement de pierre et chapiteaux en marbre de différentes provenances. Ils soutiennent huit petits arcs brisés surbaissés, surmontés d’un important entablement à petite corniche moulurée sur lequel repose une coupole légèrement conique. Selon la tradition musulmane, sous cette coupole, les fidèles peuvent prier en élevant les mains vers le ciel pour implorer une bénédiction. Certains juifs y voient aujourd’hui la pierre de fondation du monde, d’autres le lieu où était entreposée l’arche d’Alliance. Selon Asher Kaufman, ce serait l’emplacement du Saint des saints, une hypothèse assez peu suivie. Reste que dans l’imaginaire des partisans de la reconstruction du 3e Temple, le lieu revêt une grande importance. Probablement parce qu’il n’a pas été pavé, le dôme recouvrant le rocher d’origine.

Détails du dôme

L’Ascension dont il s’agit est évidemment celle de Mahomet.
Il se serait élevé jusqu’au ciel lors du “Voyage nocturne” connu sous le nom arabe d’Isra et Mi’raj. Allah mena le prophète de la mosquée Al-Haram située à la Mecque, à la mosquée Al-Aqsa, “la lointaine”, localisée par les géographes comme étant à Jérusalem. Au terme du voyage, il s’éleva au ciel.
C’est ici que naît la controverse. Pour certains, le Dôme de l’Ascension est le lieu de cet événement (pendant ce temps, Allah lui-même serait monté au ciel à partir du Dôme du Rocher). Ce qui semble logique : à quoi bon construire un dôme de “l’Ascension” après avoir construit le dôme du Rocher, sinon ? Depuis au moins le neuvième siècle pourtant, d’autres localisent l’Ascension
sur l’emplacement du Dôme.
A tort ou à raison.

 

Lire aussi >> En passant par l’esplanade (1re partie)

Dernière mise à jour: 26/01/2024 11:26

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651
Septembre Octobre 2017

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651

Dans l'Etat hébreu, des juifs choisissent d'étudier le christianisme pour quoi ? Connaissez-vous Sepphoris? Une crèche au pied du mur ? TSM pour vous découvrir le pays.

Vincent Gelot nous revient avec un livre
Émilie Rey

Vincent Gelot nous revient avec un livre

TSM vous faisait découvrir en 2014 l’épopée de Vincent Gelot. Souvenez-vous, Vincent, sa 4L, ses 60 000 km dans + de 20 pays à la rencontre des chrétiens d’Orient.

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire
Frédéric Manns, ofm

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire

La publication des découvertes sur le site de Magdala fait avancer la connaissance de Jésus dans son contexte historique, sa personnalité de juif et les débuts de sa prédication

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”
Propos recueillis par Amaury Perrachon

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”

Noam Maeir est doctorant au Département des Religions Comparées de l’Université hébraïque et l’un des responsables du Forum for Study of Christianity relié au CSC. Pour Terre Sainte Magazine, il explique ses raisons d’étudier christianisme et islam, en tant que juif.

Marie-Armelle Beaulieu

La mesure quotidienne du temps

Au commencement était le financement
Texte et photos Amaury Perrachon

Au commencement était le financement

L’imposante Université hébraïque possède depuis l’an 2000 un Centre pour les études du christianisme directement lié au Département de religions comparées, lui même plus ancien. Guy Stroumsa a été le fondateur et premier directeur de ce centre. Pour Terre Sainte Magazine, il raconte la genèse de ce projet d’étude des idées chrétiennes dans une université publique israélienne.

Marie-Armelle Beaulieu

“Mon maître et votre Dieu”