Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Historique: un chrétien porté à la tête du Parlement syrien

Christophe Lafontaine
2 octobre 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Historique: un chrétien porté à la tête du Parlement syrien
Chambre du parlement syrien

Les députés syriens ont élu jeudi 28 septembre 2017 un nouveau chef du Parlement, Hammoudé Sabbagh membre du Baas, parti au pouvoir depuis un demi-siècle, il devient le premier chrétien à obtenir ce poste depuis 1946.


En Syrie, pour la deuxième fois dans l’histoire de l’Etat, un chrétien est élu chef du Parlement. Les élus de « l’Assemblée du peuple »  – le Parlement syrien – ont élu le jeudi 28 septembre 2017 un nouveau chef en la personne de Hammoudé Youssef Sabbagh, chrétien syriaque, relate l’Agence France Presse, citant des médias locaux. Dans ce pays à majorité musulmane mais où l’islam n’est pas religion d’Etat, cela n’était pas arrivé depuis plus de 70 ans quand Fares el-Khoury, d’origine protestante, avait été élu chef du Parlement durant le mandat français (1920-1946) à deux reprises en 1936 pour trois ans et en1943 jusqu’en 1944,  et, une troisième fois après l’indépendance de la Syrie (1946).

Hammoudé Sabbagh, le nouveau chef du Parlement syrien, âgé de 58 ans, est originaire de Hassaké (Province dans le nord-est du pays) dont il a été le Vice Gouverneur, précise l’agence Fides. Elu parlementaire pour la première fois en 2012, il est titulaire d’une licence en droit. A l’instar de la majorité des parlementaires syriens, il est membre du parti Baas, au pouvoir depuis un demi-siècle après l’avènement de Hafez al-Assad, père de l’actuel président Bachar al-Assad.

En Syrie, le Parlement, monocaméral, c’est-à-dire à une Chambre. Il est composé de 252 membres élus pour un mandat de quatre ans. La Syrie est un Etat dont le système politique est assimilable à celui du parti unique. 167 sièges sont garantis pour la coalition du Front national progressiste, au sein de laquelle le Parti Baas assume un rôle dirigeant. Des petits partis politiques autres que le Parti Baas existent, mais sont tous membres du Front national progressiste et subordonnés au Parti Baas. Puisque Hammoudé Sabbagh était le candidat du Baas, il a donc été élu à une écrasante majorité en ayant  obtenu 193 voix sur 252, selon l’agence de presse officielle SANA. A noter que c’est aussi la première fois depuis le début du règne du parti Baas (arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1963) qu’un chrétien accède à un tel poste.

Hammoudé Sabbagh succède à Hadiya Khalaf Abbas qui fut la première femme à être élue présidente du Parlement syrien le 6 juin 2016 depuis sa création en 1919. Elle a été relevée de ses fonctions le 20 juillet 2017 pour comportements non démocratiques. Son adjoint, Najdat Ismaïl Anzour, le célèbre réalisateur de télévision avait a été nommé président par intérim du Parlement.

La Syrie est composée de sunnites, alaouites, chiites, druzes et chrétiens. Issus de 11 communautés différentes, ces derniers représentent d’après les chiffres de l’Œuvre d’Orient 8% de la population (plus de 22 millions d’habitants).  Selon l’évêque chaldéen d’Alep, Mgr Antoine Audo, cité par l’AFP, la moitié des 1,5 million de chrétiens de Syrie auraient quitté le pays depuis début du conflit en mars 2011. Il ne resterait d’ailleurs que 30 000 chrétiens sur les 160 000 qui vivaient à Alep. N’étant pas partie prenante du conflit, comme le rappelle l’agence française, une majorité de chrétiens a néanmoins pris le parti du gouvernement par peur des islamistes radicaux dont ils ont été plusieurs fois la cible. Le régime de Damas s’étant fait tout au long du conflit le protecteur des minorités de Syrie.