Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Inauguration de la section archéologique du Terra Sancta Museum

Beatrice Guarrera
30 juin 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

De plus en plus, le Terra Sancta Museum prend forme à Jérusalem. Le 27 juin dernier s'ouvrait la section archéologique, fruit des fouilles et du travail des franciscains.


Comment était la vie quotidienne au temps de Jésus? Le Terra Sancta Museum à Jérusalem essaie de répondre avec les nouvelles collections archéologiques récemment ouvertes au public. Le Musée des franciscains de la Custodie de Terre Sainte a inauguré sa deuxième section, après la section multimédia de 2016. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le 27 juin au siège du couvent de la Flagellation sur la Via Dolorosa dans la vieille ville en présence d’autorités civiles, d’invités et de visiteurs.

Ainsi, les visiteurs peuvent parcourir six nouvelles salles qui abritent des objets liées à la vie quotidienne de l’époque de Jésus et de la période ultérieure du monachisme. Dans cette même section archéologique ouvrira dans l’avenir d’autres salles dans lesquelles seront présentés les sites bibliques qui font l’objet de fouilles par les archéologues franciscains de la Custodie de Terre Sainte et dans lesquels seront exposées des collections spécialisées par thème.

« Ce musée est conçu non seulement pour les pèlerins qui souhaitent redécouvrir leurs racines chrétiennes, mais aussi pour la population israélienne et palestinienne, ainsi que pour les croyants juifs, chrétiens et musulmans, à qui nous pouvons montrer une histoire commune – a déclaré le Custode de Terre Sainte, frère Francesco Patton, à l’inauguration -. Grâce à ce musée, nous visons à construire un pont de paix, même s’il est fragile. C’est notre vocation de chrétiens au pays de l’Incarnation et de notre Rédemption ».

Sara Cibin, responsable du projet Terra Sancta Museum, a présenté toutes les interventions, entrecoupées de morceaux de musique, interprétées par des étudiants de l’Institut Magnificat, l’école de musique de la Custodie. Le docteur Győző Vörös, un archéologue hongrois qui collabore avec le Studium Biblicum Franciscanum, a ensuite dressé le portrait de Frère Virgilio Corbo, un chercheur franciscain bien connu, qui a travaillé sur de nombreuses campagnes de fouilles, dont proviennent la plupart des pièces exposées.

Le parcours de l’exposition permet, pour la première fois, d’accéder à une citerne de l’époque byzantine, à une seconde citerne plus ancienne accolée aux pièces d’une maison de Croisés, et à une cour splendide et son environnement datant de l’époque mamelouke. Le projet de restauration architecturale des anciens espaces dans lesquels se déroule l’itinéraire a été réalisé par le studio GTRF Tortelli Frassoni Architetti Associati. Gabriele Allevi, conservateur scientifique du musée avec le frère Eugenio Alliata, a également contribué à l’exposition.

Ce dernier, directeur du Terra Sancta Museum, a expliqué lors de l’inauguration la particularité des collections exposées et a ajouté : « Les frères ont toujours pris soin de la Terre Sainte d’un point de vue spirituel et matériel. Ils ne sont pas seulement les gardiens des pierres, mais aussi de l’esprit de ces lieux ». C’est dans ce sens que se poursuit la réalisation du projet du Terra Sancta Museum, fortement voulue par les franciscains pour préserver la mémoire chrétienne où s’est déroulée la vie terrestre de Jésus. Grâce à l’aide de nombreux donateurs et de l’ONG de la Custodie, l’ATS pro Terra Sancta, le travail continue dans la perspective de l’ouverture d’une troisième section du musée. Un comité scientifique composé de membres éminents y travaille pour une éventuelle inauguration en 2020.