Terresainte.net | Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Syrie, cinq ans sans nouvelles du père Dall’Oglio

Terrasanta.net
29 juillet 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le 29 juillet 2013, le jésuite engagé pour la paix a été kidnappé à Raqqa. Dans la mémoire de son enseignement, toujours actuel, l'attention est portée à toutes les victimes syriennes. D’après un reportage sur la Rai 1, la première chaîne de télévision publique généraliste italienne.


La communauté de Deir Mar Musa, l’ancien monastère chrétien sur la « rive » du désert que Paolo Dall’Oglio avait contribué à faire revivre, est toujours vivante et continue sa mission de prière, d’accueil et de rencontre. Il en va de même pour la petite communauté du Kurdistan irakien née de l’expérience syrienne. Cinq ans après le jour où Raqqa a été réduite au silence, les graines semées par le jésuite romain « amoureux » de l’islam portent encore leurs fruits dans les terres dévastées par le conflit. Son héritage spirituel est vivant et il poursuit le dialogue qu’il a lui-même appelé « religieux », et pas seulement « interreligieux ». Le père Federico Lombardi, frère jésuite comme Dall’Oglio et ancien porte-parole des deux derniers papes, a rappelé ces signes d’espoir lors d’une réunion organisée par des journalistes qui, avec leurs familles, veulent garder l’attention sur son destin et la souffrance de millions de Syriens.

Dimanche 29 juillet sonne le cinquième anniversaire de la disparition du père Dall’Oglio. Disparu dans le sens littéral du terme :

de lui, il n’y a plus de nouvelles et nous avons perdu sa trace.

Abouna Paolo a passé plus de 30 ans en Syrie avant d’être expulsé par le gouvernement à l’été 2012. Mais il n’a jamais vraiment quitté le pays, continuant de se consacrer à la cause de la paix, de l’Europe ou en Turquie près de la frontière. A deux reprises, il est revenu dans les zones non contrôlées par les forces de Damas.

Il connaissait les risques qu’il encourait. Notamment en juillet 2013, quand il voulut se rendre à Raqqa, une ville sur l’Euphrate dont Daesh voulait s’emparer, afin d’intercéder pour la libération d’un activiste démocratique, Firas al-Haj Saleh. Il se rendit au « repaire du loup » pour aider ce père de 30 ans, chef local du mouvement populaire travaillant pour les réfugiés, qui avait été enlevé par les miliciens du soi-disant califat islamique.

Pendant trois ans, Raqqa fut le bastion des djihadistes. Depuis quelques mois, la ville a été libérée même si elle a été en grande partie détruite. Avec le soutien des Américains, les dites forces démocratiques syriennes, composées d’Arabes et, surtout, de Kurdes, ont vaincu les miliciens de l’Etat islamique. Maintenant, après avoir changé le cadre politique, il y a quelques lueurs d’espoir pour commencer à chercher la vérité, après que, pendant cinq ans, des rumeurs et fausses pistes ont alterné et n’ont conduit à rien.

Le Rai consacre ces prochains jours quelques analyses approfondies sur la disparition des religieux italiens

En particulier, le Special Tg1 (téléjournal), diffusé dimanche 29 juillet (23h30), édité par Amedeo Ricucci, qui a recueilli les paroles d’amis, les derniers à avoir vu le père Dall’Oglio, et qui identifie une figure de Daesh, un émir chef d’une tribu locale, pouvant avoir des informations concrètes sur le sort du prêtre parce qu’il était présent à l’endroit où l’abouna se rendait le jour de l’enlèvement.

« Intercéder ne signifie pas simplement « prier pour quelqu’un »- a expliqué le cardinal Martini – mais étymologiquement, cela signifie « faire un pas au milieu », faire un pas pour être au milieu d’une situation. L’intercession signifie alors se mettre entre les deux parties en conflit ». En se plaçant au milieu, le père Dall’Oglio a compris sa vie comme la mission du dialogue, qu’il a vécu sur une double voie, de « colère et de lumière » (comme le dit son dernier livre). La colère de ceux qui n’acceptent pas le monde tel qu’il est et la lumière qui vient de la foi dans le projet auquel on croit. Pour cette raison, Dall’Oglio a été décrit comme « un mystique avec l’urgence de l’action sociale », un moine luttant contre l’extrémisme et pour rétablir la justice en Terre Sainte.

Dans les mois qui ont précédé sa disparition, il a continué à œuvrer pour la paix, à la recherche de nouvelles initiatives pour prévenir les massacres et pour rétablir constamment le tissu national. « Les Syriens ont une culture de réconciliation et de paix dans la grande majorité », avait-t-il expliqué en 2013, « mais la dérive de la violence qui s’est accumulée ces temps-ci et qui est colorée islamiquement ou seulement comme une haine intercommunautaire risquant de ne pas être gérables ». Il a vu partir de Raqqa son espoir de faire face aux conflits d’une manière différente, plurielle, démocratique, basée sur le dialogue, sans quoi il n’a vu que la torture, les déportations, les assassinats, les enlèvements. Les avertissements de cette époque se sont avérés complètement fondés : il avait prévu que la « bombe humaine » de millions de personnes en fuite aurait mis l’Europe en crise. Par conséquent, il a mis en garde contre l’hystérie et la xénophobie, qui se sont alors rapidement présentées.

Un autre jésuite, Camillo Ripamonti, qui dirige le Centro Astalli de Rome pour l’accueil des demandeurs d’asile, souligne la pertinence de ces mots, en pensant aux millions de Syriens qui ont fui à l’étranger ou se sont déplacés dans le pays. Dall’Oglio a cité un proverbe arabe : une main seule n’applaudit pas. « Si nous laissons nos voisins tranquilles », a déclaré le père Ripamonti, citant Dall’Oglio, « nous finirons par être engloutis par leur destin et ce seront des applaudissements terrifiants ». Une référence au racisme qui se propage et à l’indifférence à l’égard du conflit en Syrie, qui oublie les victimes ou les transforme en parasites.

Pour Abouna Paulo, la peur est la mère de tous les fondamentalismes, dans un «cercle herméneutique infernal», comme il l’appelle, dans lequel «les peurs légitiment la répression, ce qui crée l’extrémisme, ce qui justifie les peurs». Aujourd’hui, la tragédie syrienne risque de finir dans l’ombre, même si des civils sont toujours tués aux portes de Damas ou de Daraa. Nous devons nous rappeler avec Paolo Dall’Oglio des évêques orthodoxes disparus et beaucoup d’autres victimes, pour comprendre l’urgence de son message, une dénonciation chrétienne et un témoignage découlant d’une vie d’amitié pour l’Islam et pour les Syriens de toute confession. (F.P.)

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don