Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Nouveau diplôme universitaire en tourisme religieux au Liban

Christophe Lafontaine
13 septembre 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Nouveau diplôme universitaire en tourisme religieux au Liban
Notre Dame du Liban attend les visiteurs et leurs nouveaux guides ©www.ololb.org

A compter de la rentrée étudiante d’octobre 2018 au Liban, l’Université Saint Joseph à Beyrouth propose un diplôme inédit en tourisme religieux. Une formation appelée à stimuler un secteur à fort potentiel.


Au Liban, les premiers sites touristiques sont maronites. Le sanctuaire de Notre-Dame du Liban à Harissa enregistre 2 millions de visites par an (toutes croyances confondues). La deuxième place revient au monastère Saint-Maron à Annaya qui accueille 400 000 visiteurs par an. Le mausolée chiite de Saydet Khawla à Baalbek comptabiliserait chaque année 180 000 touristes quand la mosquée sunnite de Mohammad el-Amine à Beyrouth attire 120 000 personnes.

Malgré ces chiffres généreux, le segment religieux, composante essentielle du tourisme national, reste encore largement sous-exploité alors qu’il pourrait participer sensiblement au développement des économies locales et s’ouvrir largement plus à l’international. Les atouts ne manquent pourtant pas pour ce pays qui bénéficie d’un très riche patrimoine culturel et cultuel multiconfessionnel. Logé au carrefour de trois continents, cette terre sainte tient une place de choix dans la région qui a donné naissance aux trois religions monothéistes. Le pays abriterait 5 000 sites cultuels dans le pays (églises, monastères, oratoires, ermitages, mosquées, madrassas, maqâms (sanctuaires), synagogues et autres.

Assurément le pays jouit d’ « un trésor national » juge le professeur Salim Daccache, de l’Université Saint-Joseph (USJ) à Beyrouth, estimant qu’il pourrait « drainer des plus-values nécessaires pour redresser l’économie libanaise. » Le recteur de l’établissement d’enseignement supérieur catholique partageait ce constat en juin dernier lors de la cérémonie de lancement – placée sous le parrainage du ministre du tourisme libanais – d’un nouveau diplôme universitaire (DU) entièrement dédié au tourisme religieux et proposé à la rentrée universitaire d’octobre.

L’ambition de ce DU est de former au Liban des professionnels du tourisme religieux qui puissent être nourris de connaissances historiques, logistiques et managériales propres au tourisme religieux dans leur pays. Le semestre qui courra jusqu’à janvier 2019 propose notamment de travailler sur les concepts de tourisme religieux, de pèlerinage et de tourisme cultuel en plus de faire découvrir les 19 communautés qui vivent au Liban ainsi que leurs lieux de culte et de pèlerinage. Aussi s’agira-t-il d’étudier les potentiels économiques et géo-sociaux du patrimoine religieux libanais, d’apprendre à élaborer un plan de gestion de site cultuel, à concevoir un événement cultuel ou un circuit organisé, à développer une stratégie de communication et de marketing. Les étudiants seront également initiés à la topographie, aux nouveaux moyens audio-visuels et aux techniques innovantes de l’e-tourisme…

Des séminaires et des sorties sur le terrain sont aussi prévues. Le tout mettant en commun les compétences et l’expérience de l’USJ en matière de tourisme et d’études islamo-chrétiennes. Car, cette formation académique qui sera validée par le dit DU est le fruit d’un partenariat bien ficelé entre trois entités de l’université beyrouthine : la Faculté des sciences religieuses, la Faculté des lettres et des sciences humaines et le Département de géographie. Tous ceux qui sont intéressés par le patrimoine cultuel qu’ils soient étudiants de l’université, professionnels du tourisme, membres d’ordres religieux ou de communautés en charge de sanctuaire peuvent suivre la formation. A condition (sauf exception) d’être titulaire d’une licence (ou équivalent).

Placer « le Liban sur la carte du tourisme religieux international »

Pour Liliane Buccianti-Barakat, responsable du DU, le nouveau diplôme « s’inscrit dans la tendance internationale et l’engouement des visiteurs et des touristes, pour le patrimoine cultuel et les sites religieux. » Un diplôme qui permettra de palier le problème qu’au Liban ces sites captent surtout les locaux et restent peu lucratifs pour les agences de voyages, d’autant plus que leur entrée est dans la plupart des cas gratuite. Souvent aussi, les pèlerins effectuent leur visite de manière informelle sans tour organisé, échappant de ce fait à l’économie locale.

D’où la décision en mai 2017du Premier ministre libanais, Saad Hariri de lancer un projet national d’envergure baptisé « Tourisme culturel religieux au Liban ». Financé par l’Ambassade d’Italie, il ambitionne de placer « le Liban sur la carte du tourisme religieux international » en institutionnalisant ce segment touristique et en le développant à l’aide notamment d’une meilleure promotion à l’international. Aussi bien auprès de la diaspora libanaise que de la clientèle étrangère qui cherche en plus d’un voyage ordinaire, horizontal de lieu en lieu, « un voyage vertical de la terre vers les cieux, vers le Créateur, vers les valeurs divines », pour reprendre les mots du Premier ministre.

Ce programme national a permis de très vite publier plusieurs cartes recensant les 250 sites religieux les plus importants au Liban, ainsi qu’un livre grand format et un site web, www.sacredlebanon.com. Des études sur l’ouverture de nouvelles lignes aériennes sont également dans les tiroirs. Dans le même ordre d’idée, les ministres de l’Information et du Tourisme au Liban, ont lancé avant l’été la première application électronique – gratuite – pour le tourisme religieux au Liban : « Holy Lebanon ». Outre un calendrier des fêtes religieuses, l’application renseigne les lieux de culte chrétiens et musulmans, les différentes cérémonies, les plats préparés à telle ou telle occasion, les hébergements.

Quelques jours après la sortie de cette application, la presse libanaise se faisait l’écho de la décision Vatican de remettre le pays du Cèdre sur la liste des pays de pèlerinage catholique en 2019. Ce qui n’avait pas été fait depuis 12 ans. Au bas mot, c’est un bon coup de publicité.

Sur le même sujet:

Découvrez le site: www.sacredlebanon.com

Liban: la seconde vie du monastère Saint-Maroun – 3/08/2018

Le Saint-Siège veut refaire du Liban un pays de pèlerinage – 16/07/2018

Inauguration d’un sanctuaire dédié à sainte Rafqa au Liban – 9/07/2018

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don