Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Ordre du Saint-Sépulcre: ni philanthropie, ni honneur

Christophe Lafontaine
22 novembre 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Ordre du Saint-Sépulcre: ni philanthropie, ni honneur
La Consulta 2018 en session de travail à Rome ©Page Facebook du Grand Magistère

Le 16 novembre, le Pape a donné une véritable feuille de route aux participants à l’assemblée quinquennale de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Rappelant la priorité de fonder leurs actions dans la prière.


La primauté du spirituel sur le matériel. Voilà en résumé le mot d’ordre du Pape devant les participants à la Consulta de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, réunis du 13 au 16 novembre à Rome. « L’objectif principal de votre Ordre, a-t-il dit à l’issue des travaux de cette assemblée générale, réside dans la croissance spirituelle de ses membres. »

La réunion internationale de cette institution laïque, de droit pontifical, au service des habitants de Terre Sainte, toutes communautés et confessions confondues, a lieu tous les cinq ans pour discuter des grandes questions de la mission et de la vie de l’Ordre. Un document opérationnel devrait être rédigé et il devrait être question également de nouveaux statuts en vue d’adapter l’action de l’Ordre à ses enjeux contemporains.

La Consulta 2018 a réuni autour du Grand Maître, le cardinal Edwin O’Brien, et du Pro-Grand Prieur, Mgr Pierbattista Pizzaballa (administrateur apostolique du Patriarcat latin), les membres du Grand Magistère et les Lieutenants de l’Ordre. Ces derniers étant à la tête des délégations nationales ou régionales de l’institution.

Le Pape a tenu à rendre hommage, devant ses auditeurs, aux initiatives des membres de l’Ordre dans les domaines éducatifs et sanitaires, également pastoraux et culturels. Initiatives, a-t-il souligné, qui amènent « à la connaissance des valeurs chrétiennes, à la promotion du dialogue interreligieux, au respect mutuel et à la compréhension réciproque. » Une participation concrète, selon le pape argentin, en vue de la réalisation de la paix au Proche-Orient.

Au dernier jour des travaux de l’Assemblée générale consacrée à la figure et au rôle du « Lieutenant », le pape François a voulu rappeler à ceux qui sont à cette responsabilité que leur « devoir » est avant tout « d’offrir l’exemple d’une vie spirituelle intense et d’une adhésion concrète au Seigneur. » Et d’ajouter en conséquence qu’ils pourront ainsi « rendre un service valide d’autorité à tous ceux qui [leur] sont soumis. » Un thème central s’il en est, comme l’avait annoncé le Grand-Maître lors d’une conférence de presse pour présenter en amont la Consulta.

Croissance spirituelle

Pour le souverain pontife, l’appel est très clair : l’objectif premier et non négociable dans la vie de l’Ordre « réside dans la croissance spirituelle de ses membres. » Sans quoi les projets de l’Ordre perdraient leur sens profond. Des propos qui font clairement écho aux déclarations du Gouverneur général de l’institution, l’Ambassadeur Visconti di Modrone, qui au moment de sa nomination en juin 2017 avait appelé les membres de l’Ordre à vivre ensemble ce qu’il avait nommé « la cohérence évangélique ». Le diplomate les avait alors exhortés à « privilégier l’engagement intérieur, spirituel, afin d’enraciner en profondeur [le] combat pour le dialogue et la justice sociale en Terre Sainte. »

Dans la même lignée, le Pape a invité les représentants de l’Ordre équestre à développer « des programmes de formation religieuse adéquats adressés à chaque Chevalier et à chaque Dame (ndlr : titres des membres masculins et féminins de l’Ordre). » Et ce au moyen de la prière, de la lectio divina ou encore de l’approfondissement de la doctrine de l’Eglise.

Ce long développement d’ordre spirituel, une fois donné, a permis au Pape d’appeler les membres de l’Ordre à « mettre au centre et comme but final de [leurs] œuvres, l’amour évangélique pour le prochain. » Après une injonction claire : « N’oubliez pas que vous n’êtes pas un organisme philanthropique… ». Autrement dit, le Pape a mis en garde contre toute action qui ne serait axée que sur le social et le matériel.
Pour asseoir cette vie spirituelle, le Pape veut voir dans l’admission d’évêques, de prêtres et de diacres dans l’Ordre, une occasion de « service pastoral » qui « ne représente absolument pas un titre honorifique. » Au contraire, il souhaite voir des hommes d’Eglise « assister tous ceux (…) qui ont un rôle de responsabilité, en fournissant des occasions de prière communautaire et liturgique à tous les niveaux, des opportunités continuelles de spiritualité et de catéchèses pour la formation permanente et pour la croissance de tous les membres de l’Ordre. »

Fort de ces conseils, le Pape a encouragé les membres de l’Ordre à poursuivre sur le terrain leurs initiatives, aux côtés du Patriarcat latin de Jérusalem auquel il est adossé et dont le diocèse recouvre Israël, les Territoires palestiniens, la Jordanie et Chypre, ne manquant pas de se réjouir qu’en cinq ans, l’Ordre avait vu ses effectifs augmenter et avait également grandi « par son expansion géographique avec la création de nouvelles articulations périphériques, dans l’assistance matérielle qu’il a offerte à l’Eglise en Terre Sainte et par le nombre des pèlerinages accomplis par [ses] membres. »

Face à ce panorama positif, le Pape a toutefois insisté sur la difficulté du contexte régional au Proche-Orient, marqué par la crise des réfugiés qui a amené l’Eglise, depuis ces cinq dernières années, à donner une sérieuse réponse humanitaire. Le constat du Pape résonnait particulièrement en ce 16 novembre, ‘Journée internationale de la tolérance’ dédiée aux migrants et réfugiés bâtie autour du thème « Ensemble : respect, sécurité et dignité pour tous. »

Le Pape a enfin déploré « la situation dramatique des chrétiens qui sont persécutés et tués en nombre toujours croissant », reprochant au monde son indifférence. Le 7 juillet, il avait exprimé ses craintes de voir « effacée » la présence des chrétiens dans l’ensemble du Moyen-Orient, « défigurant le visage même de la région », lors d’une réunion à Bari (Italie) avec tous les patriarches des Eglises du Moyen-Orient. A la fin de l’audience accordée à l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre, le pape François a donné comme recommandation d’accompagner le soutien matériel aux populations durement éprouvées par une prière incessante à la Vierge, vénérée par l’Ordre sous le titre de « Notre-Dame de Palestine. » 

Sur le même sujet

L’Ordre du Saint-Sépulcre à la veille de la Consulta – 9 novembre 2018

Ordre du Saint-Sépulcre : profil de nouvelles orientations – 4 mai 2018

Les défis du nouveau gouverneur de l’Ordre du Saint-Sépulcre – 3 juillet 2017

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici