Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Palestine : des codes postaux en attendant un Etat

Christophe Lafontaine
9 février 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Palestine : des codes postaux en attendant un Etat
Palestinien vu en train de travailler dans un bureau de poste de la ville de Ramallah en Cisjordanie, en 2011. © Nati Shohat / FLASH90

Les Palestiniens vont commencer à utiliser leurs propres codes postaux. Pour faciliter la réception du courrier dans les territoires palestiniens qui n'ont pas le statut de pays. Au nom de leur souveraineté.


Dimanche 7 février, le ministère palestinien des télécommunications et des technologies de l’information a demandé à l’Union postale universelle (UPU) d’informer ses états membres de l’entrée en vigueur des codes postaux palestiniens depuis le 1er janvier 2021.

Ce projet vise concrètement à attribuer aux bâtiments ou autres installations des chiffres et des lettres uniques indiquant leur zone géographique. Ce qui aidera à établir un système d’adressage palestinien pour simplifier et améliorer le tri postal, les services logistiques de livraison du courrier et des colis aux Palestiniens. Mais aussi pour faciliter la fourniture de divers services (urgences, ambulances, protection civile et policière, applis mobiles divers et variées « considérées comme un pilier du concept de ‘villes intelligentes’, à tous ceux qui auront un code postal). C’est ce qu’a fait savoir le ministre palestinien des communications, Ishaq Sidr, dimanche dernier lors de la conférence de presse qu’il a tenue à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne.

Wafa, l’agence de presse officielle de l’Autorité Palestinienne, a déclaré qu’environ un demi-million de bâtiments en Cisjordanie – essentiellement dans les gouvernorats du nord – avaient déjà reçu des codes postaux. Selon l’agence de presse, l’introduction de codes postaux est en train d’être étendue aux gouvernorats du sud de la Cisjordanie et devrait bientôt l’être dans la bande de Gaza.

Empêcher le blocage de colis en provenance de l’étranger ?

« Dès avril, les envois postaux qui ne portent pas un code postal palestinien ne seront pas traités (…), il s’agit de faire valoir le droit palestinien », a déclaré – rapporte l’AFP – Ishaq Sidr. Une opération qui rime avec la volonté de montrer un geste de souveraineté de la part de l’Autorité palestinienne, qui aspire à l’émergence d’un Etat reconnu par la communauté internationale.

Pour le ministre des collectivités locales, Majdi al-Saleh, comme l’indique l’agence Wafa : « le problème n’est pas seulement un code postal, il s’agit de construire un Etat moderne de Palestine. » Car jusqu’à présent le courrier international envoyé vers ou depuis les Territoires palestiniens doit passer soit par la Jordanie, soit par Israël.

Sous ce prisme, le ministre palestinien des Communications estime que les codes postaux palestiniens contribueront à mettre un terme à la saisie des envois en provenance de l’étranger. Selon lui, quelque six tonnes de colis restent détenues en Jordanie depuis 2018, avançant que le gouvernement israélien a « entravé » l’accès à des lettres et colis. Souvent pour motifs de sécurité ou raisons administratives.

Des propos confirmés par le chef des relations internationales à la poste palestinienne, Imad Al-Tumayz, à l’Agence France-Presse pour qui l’utilisation des codes postaux « empêchera Israël de saisir les envois qui viennent en Palestine. » « En 2020, nous avons recensé, a-t-il ajouté, plus de 7 000 violations du matériel postal du côté israélien, que ce soit par l’ouverture de colis, leur saisie ou la convocation de leurs propriétaires pour enquête. »

Des postiers sceptiques

« La question des codes postaux est plus symbolique que pratique », a confié à l’AFP un employé de la poste palestinienne qui a voulu rester anonyme. « Un codage postal ne pourra véritablement être mis en place que lorsque l’Autorité palestinienne contrôlera des ports ou des aéroports », a-t-il dit. Pour l’heure, la Cisjordanie, ne possède pas d’aéroport civil en fonction. Et Gaza ne dispose pas d’un port commercial sur la Méditerranée.

Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici