Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Nomination du nouveau Nonce apostolique pour la Terre Sainte

Terrasanta.net
3 juin 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Nomination du nouveau Nonce apostolique pour la Terre Sainte
S. E. Mgr Adolfo Tito Yllana lors de son accueil à Sydney en 2015 © Alfred Boudib/Diocese de Parramatta

Mgr Yllana nommé ambassadeur du Saint-Siège en Terre Sainte. Comme son successeur, il portera le titre de Nonce Apostolique pour Israël et de Délégué apostolique pour Jérusalem et la Palestine.


(g.s.) – Le Saint-Siège a annoncé aujourd’hui, 3 juin, que le pape François a nommé Mgr Adolfo Tito Yllana (73 ans) nonce apostolique en Israël et à Chypre et délégué apostolique à Jérusalem et en Palestine. L’archevêque quitte ainsi Canberra (Australie) où il était jusqu’à présent nonce apostolique.

Monseigneur Yllana est né à Naga City, dans la région centrale des Philippines, le 6 février 1948. En 1972, il est ordonné prêtre pour le diocése de Cáceres. Il obtient un doctorat en droit civil et canonique et rejoint en 1984 la diplomatie pontificale. Après avoir servi dans les représentations diplomatiques du Saint-Siège au Ghana, au Sri Lanka, en Turquie, au Liban, en Hongrie et en Chine, il est nommé en 2001 nonce apostolique en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans les îles Salomon. Cinq ans plus tard, il est affecté au Pakistan en tant que nonce, et ce jusqu’en 2010, date à laquelle il est nommé nonce en République démocratique du Congo. Il quitte Kinshasa en 2015 pour aller représenter le Pape en Australie.

La nomination de Mgr Yllana réjouit l’Église de Terre Sainte, mais elle sera certainement une source de joie particulière pour ses nombreux compatriotes philippins venus chercher du travail et de meilleures conditions de vie dans le pays. On estime qu’il y a entre 25 000 et 30 000 travailleurs philippins en Israël en situation régulière. Il y a 15 000 autres migrants illégaux vivant dans des conditions précaires et sous la menace constante d’être traquées par les services d’immigration et expulsées du pays. Un sort particulièrement douloureux pour les mères qui travaillent et qui ont de jeunes enfants nés et élevés en Israël. Ces dernières années, diverses organisations de défense des droits des migrants et le Vicariat pour les catholiques de langue hébraïque du Patriarcat latin de Jérusalem se sont rangés à leurs côtés.

Sur le même sujet