Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Mgr Pizzaballa a tracé le cap pour 2024

Marie-Armelle Beaulieu
16 janvier 2024
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Une fois n'est pas coutume, dans ce billet d'Humeur la parole est laissée au Cardinal Pizzaballa.


Je cherchais un rayon de lumière ce matin du 1er janvier et j’ai écouté l’homélie du jour du cardinal Pizzaballa. Extraits.
“Jésus a indiqué une voie qui, aujourd’hui encore, est le chemin principal pour ceux qui veulent construire des contextes de paix, même ici, aujourd’hui, dans le Moyen-Orient tourmenté et conflictuel : la rencontre.” Il poursuit : “La paix, la vraie, celle qui se construit sur un désir sincère de rencontre, d’accueil et de fraternité, passe donc nécessairement par un chemin de conversion. Il s’agit avant tout de changer sa façon de penser, de libérer son cœur de l’esprit de violence, de conquête et de vengeance. Nous avons tous besoin de conversion, pour purifier notre regard sur les événements de la vie, pour construire des contextes de beauté. Il n’y a pas de paix sans conversion. Nous ne pouvons pas vivre et parler de paix si notre cœur n’est pas tourné vers Dieu, si notre vie n’est pas vraiment habitée par sa présence, si nous ne ressentons pas le besoin de lui demander, jour après jour, son pardon. Si nous ne sommes pas capables de gestes de tendresse et de confiance.
[.] Je suis de plus en plus convaincu que, dans ce contexte complexe, la vocation et la mission principales de la petite communauté chrétienne sont précisément celles-ci : entretenir le désir de rencontre, cultiver la liberté à l’égard de tous, dépasser les frontières ethniques, religieuses et identitaires de toutes sortes qui, bien que de manière non-explicites sont profondément inscrites dans la conscience de ces peuples. Il ne s’agit pas d’effacer ses propres appartenances, qui sont certes bonnes et nécessaires, une base solide pour construire une vie commune. Mais pas seulement pour en faire des forteresses imprenables, des remparts inaccessibles, des garnisons à défendre.
Il y a beaucoup d’hommes et de femmes de toutes confessions qui sont encore capables de ce témoignage aujourd’hui, même ici, sur cette terre tourmentée. Mais nous avons aussi besoin du témoignage d’une communauté, qui sache vivre cette liberté, d’abord en interne, dans des contextes ouverts et partagés. Et notre petite communauté chrétienne pourrait faire cette différence. C’est mon rêve et c’est la folie que je voudrais partager avec toute cette petite et bien-aimée Église de Jérusalem.
Car, comme je l’ai dit ailleurs, la différence chrétienne ne réside pas dans notre force, nos possessions, notre éventuel prestige. La différence chrétienne réside dans nos choix de réconciliation, de dialogue, de service, de proximité, de paix. Pour nous, l’autre n’est pas un rival, c’est un frère. Pour nous, l’identité chrétienne n’est pas un rempart à défendre, mais une maison hospitalière et une porte ouverte sur le mystère de Dieu et de l’homme où tous sont les bienvenus. Avec le Christ, nous sommes pour tous.”♦

Dernière mise à jour: 16/01/2024 12:42

Rabbins pour les droits de l’homme: Stop à la violence!
Giulia Ceccutti

Rabbins pour les droits de l’homme: Stop à la violence!

Les Rabbins pour les droits de l’homme, actifs en Israël et en Palestine depuis 1988, ont une conviction théologique : l’humanité, créée à l’image de Dieu, mérite la vie, indépendamment des frontières et des nationalités. Une pierre angulaire qui les fait tenir même après les massacres du 7 octobre.

Cardinal Pizzaballa :  “Les pèlerins sont l’autre poumon de notre Église”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

Cardinal Pizzaballa : “Les pèlerins sont l’autre poumon de notre Église”

Depuis que Mgr Pierbattista Pizzaballa s’est vu confié le diocèse si particulier du patriarcat latin, il revient régulièrement sur la double vocation de Jérusalem comme Église locale et universelle. Nous lui avons demandé quelle place tenaient les pèlerins, quand lui-même déclare le pèlerinage comme constitutif de l’ADN de la ville sainte.

“Les pèlerinages sont une bénédiction pour créer du lien entre nous, juifs et Palestiniens”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

“Les pèlerinages sont une bénédiction pour créer du lien entre nous, juifs et Palestiniens”

Les événements qui se déroulent depuis le 7 octobre 2023 ont profondément affecté le tissu social entre juifs et non-juifs. Terre Sainte Magazine est allé à la rencontre de deux acteurs des pèlerinages. Palestiniens, ils sont en contact permanent avec des juifs et ont bien l’intention de continuer, sûrs aussi que c’est une chance pour la paix.

“Ceux que nous avons rencontrés habitent nos prières”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

“Ceux que nous avons rencontrés habitent nos prières”

C’est entendu, on vient en pèlerinage pour mettre ses pas dans les pas du Christ. Pourquoi donc des directeurs de pèlerinages diocésains, des curés de paroisse, des passionnés de Terre Sainte prennent-ils du temps pour faire rencontrer à leurs groupes des Israéliens ou des Palestiniens ? Et si la paix que nous appelons de nos vœux trouvait là ses premiers artisans ?

Abraham notre père commun
Claire Burkel (Enseignante à l’École Cathédrale-Paris)

Abraham notre père commun

Pour ouvrir cette nouvelle série de “Venez et Voyez”, révérence gardée au premier des héros bibliques, le patriarche Abraham. 14 chapitres narrent son histoire dans l’Ancien Testament, de Gn 11, 26 à 25, 11 ; mais il est mentionné dans les deux Testaments avec plus de 100 références. Un vrai patriarche !

La richesse de la Custodie ce sont ses écoles et  les chances d’avenir offertes
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

La richesse de la Custodie ce sont ses écoles et les chances d’avenir offertes

La date de Pâques arrive tôt dans l’année civile 2024, obligeant Terre Sainte Magazine à vous parler dès maintenant de la collecte du Vendredi saint. Pour le faire nous avons demandé un entretien avec le custode de Terre Sainte, le frère Francesco Patton, qui explique l’importance de cette démarche de solidarité avec l’Église de Terre Sainte et spécialement les œuvres de la Custodie.

Standing Together: “La guerre ne peut pas garantir notre sécurité. Il faut une alternative”
Cécile Lemoine

Standing Together: “La guerre ne peut pas garantir notre sécurité. Il faut une alternative”

Depuis le début de la guerre, l’organisation israélienne Debout ensemble tente de montrer, à travers diverses initiatives, que malgré la polarisation de la société, juifs et arabes militent toujours pour une société partagée.