Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La pluie annonciatrice de paix ? – TSM 618

Marie-Armelle Beaulieu
2 avril 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Il pleut dans tout le pays, il neige même par endroits. Après sept années de déficits pluviométriques sévères c’est une joie. On note des records.


Ainsi, selon les services de météorologie, il y a eu 29 jours de pluie en janvier et février est bien parti. Le lac de Tibériade, dont la superficie est de 167 km2, a vu son niveau s’élever de 55 cm en janvier et de 16 cm sur la seule journée du 18 février. Il lui manque toujours près de 4 mètres (3,82 mètres à ce jour) pour revenir à son niveau « normal ». Le Seigneur a donc entendu les prières qui s’élevaient pour lui demander de la pluie. Sympa. Je me suis donc tournée vers lui et lui ai glissé à l’oreille : « Bon vu que ça, c’est fait, tu ne pourrais pas, s’il te plaît mon Dieu, envisager de répondre aux prières pour la paix ? » Je tombais alors sur une interprétation kabbalistique des pluies actuelles : Dieu a organisé le monde à partir du chaos, le toho bohu, et après avoir commencé par mettre de la lumière, il sépara « les eaux qui sont au-dessous du firmament et les eaux qui sont au-dessus. » C’est alors qu’il y eut un matin et un soir. Après quoi il sépara aussi les eaux de la terre. Dieu appela la terre ferme « terre », et il appela la masse des eaux « mer » ». Cela commençait à ressembler à quelque chose et c’est alors que la terre put commencer à porter du fruit.
Le texte continuait en s’appuyant sur le Deutéronome pour faire un lien entre l’exigence morale dont doit faire preuve Israël et la chute des eaux du ciel. « Si donc vous obéissez aux commandements que je vous fais aujourd’hui d’aimer le Seigneur votre Dieu, et de Le servir de tout votre cœur et de toute votre âme. Il donnera à votre terre les premières et les dernières pluies… » Dt 11, 13-15. Ainsi donc, quand un juif voit la pluie tomber, il la tient pour une bénédiction et le signe que Dieu veille sur sa terre. Un musulman aussi d’ailleurs. Lui aussi y voit un signe de bénédiction et de résurrection pour la terre (voir dans le Coran la sourate 2, Al baqahra, la Vache).
Ainsi la pluie est, pour les croyants, comme une nouvelle création, une sortie de la confusion et de la désolation, le signe aussi que les croyants se tournent vers le Seigneur. Encourageant à la veille du Carême. Mon texte kabbalistique poursuivait sur la venue prochaine du Messie. Le Messie je ne sais pas mais la paix ? Alors j’ai regardé la pluie tomber et en espérant déjà l’arc-en-ciel, signe de l’Alliance, je me suis mise à chanter : Dou-dlou-dou-dou-dou-dou… I’m singing in the rain, just singing in the rain, what a glorious feelin’, I’m happy again ! Je chante sous la pluie, juste je chante sous la pluie, quelle sensation géniale, je suis à nouveau heureuse !

Dernière mise à jour: 02/01/2024 11:02

Un TGV financé par la Chine entre Tel Aviv et Eilat ?
Terresainte.net

Un TGV financé par la Chine entre Tel Aviv et Eilat ?

Le gouvernement israélien aurait mis à l’ordre du jour du prochain conseil des Ministres l’approbation de la construction d’une ligne de train à grande vitesse entre Tel Aviv et Eilat. À 300 kilomètres/heure, les voyageurs arriveraient à destination en deux heures. Au lieu des 4 à 5 heures actuellement par la route.

Marie-Armelle Beaulieu

Toujours plus de Terre Sainte

Marie-Armelle Beaulieu

Le jardin de la Résurrection

Aboud, cœur chrétien de la Samarie
Rosario Pierri ofm

Aboud, cœur chrétien de la Samarie

Non loin de Jérusalem, le village d’Aboud a des origines anciennes et des vestiges byzantins, croisés et musulmans. Les souvenirs chrétiens sont encore gardés par les familles du village, rassemblées autour de la paroisse, qui dirige une école fréquentée aussi par de nombreux enfants musulmans.

Vivre à Aboud aujourd’hui
Marie-Armelle Beaulieu

Vivre à Aboud aujourd’hui

Où va l’argent de la collecte pour les Lieux Saints ?
Rédaction du Franciscan Media Cente

Où va l’argent de la collecte pour les Lieux Saints ?

Vendredi saint, cette année le 6 avril 2012, dans les paroisses du monde à la demande de tous les papes depuis 1342, est organisée1 une quête « pour les Lieux Saints ». Elle est faite en soutien aux œuvres des Franciscains de Terre Sainte qui, depuis bientôt 800 ans, ont été institués Gardiens des Lieux Saints.

Le pacte d’Omar ou l’Église protégée par l’Islam
Archiprêtre Alexandre Winogradsky Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem

Le pacte d’Omar ou l’Église protégée par l’Islam

À l’occasion de la visite au Saint-Sépulcre, les guides disent comment le Patriarche Sophrone fit allégeance au Calife Omar en lui donnant les clés de la ville et obtint ainsi que le Saint Sépulcre fût épargné et la population chrétienne avec lui. Un texte d’Omar confirma cette protection

Juifs laïques et religieux un équilibre précaire
Sofia Sainz de Aja

Juifs laïques et religieux un équilibre précaire

Au mois de décembre 2011, les journaux du monde entier ont fait état de manifestations en Israël. Des ultra orthodoxes juifs habillés en déportés et portant l’étoile jaune dénonçant « l’oppression du public laïc et des médias ». À l’inverse, une manifestation rassemblait 10 000 personnes en soutien à Na’ama, 8 ans, sur laquelle un ultra orthodoxe avait craché au prétexte qu’elle n’était pas vêtue «modestement». La bataille laïques/religieux s’est révélée au-delà des frontières d’Israël. Est-ce un phénomène nouveau ? Où trouve-t-il son origine ? Éléments de réponse.