Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’eau miraculeuse de Saint Jean du Désert

Myriam Ambroselli
17 mai 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Bien que l’endroit soit retiré au milieu des collines de Judée, Saint Jean du désert est très fréquenté. Le sanctuaire jouit d’un emplacement stratégique : à 40 kilomètres de l’aéroport, une demi-heure de Bethléem, dix minutes d’Abu Gosh. Et pourtant, le sanctuaire est absent de la plupart des itinéraires tels qu’ils sont proposés par les agences de pèlerinages catholiques. Les pèlerins catholiques se « contentent » souvent de visiter les deux autres sanctuaires franciscains d’Aïn Karem : l’église de la naissance de saint Jean-Baptiste et celle de la Visitation. « Ils visitent souvent Bethléem le matin et Aïn Karem l’après-midi, constate le frère Sergio Olmedo le gardien franciscain. Saint Jean du Désert pourrait tout à fait être rajouté aux itinéraires après la visite de la Visitation ce même jour », ajoute-t-il fort de son expérience de guide.

À défaut de pèlerins catholiques, 80 % des pèlerins qui y passent sont issus des Églises orientales, « les visites sont continues tout le jour durant et souvent il y a déjà des visiteurs qui attendent à la porte avant l’ouverture », précise le franciscain. Parmi ces 80 % de visiteurs orthodoxes, les Russes arrivent en tête : ils viennent ici avant de monter à Jérusalem pour un bain rituel et pour une rénovation de leurs promesses baptismales. En effet, près de la grotte dite de saint Jean-Baptiste coule une source naturelle, pure, glacée mais bénie, selon la tradition locale, par la présence en ce lieu il y a plus de 2000 ans du Précurseur. La tradition raconte comment ce lieu constituait un mikvé (bain rituel) naturel. Encore aujourd’hui, l’eau de la source est d’une pureté exceptionnelle. De nombreux Chrétiens Orthodoxes commencent leur pèlerinage par un rite pénitentiel à cette source, avant de se rendre au monastère russe de Gorny situé à côté de l’église de la Visitation.

Après les Russes, viennent les Éthiopiens, pour eux aussi l’eau est sainte. Elle aurait même des vertus curatives miraculeuses. Les Roumains et les Arméniens viennent ensuite en groupes nombreux et arrivent en troisième place. Enfin, viennent également des Israéliens laïques et d’autres promeneurs curieux, enchantés par la beauté du lieu et captivés par la grâce et le silence du sanctuaire. Des Arabes chrétiens viennent quelquefois, « surtout des familles, mais de manière plus sporadique » explique le père Sergio. « Nous avons aussi les scouts de Jérusalem qui nous visitent une fois par an pour nous aider à nettoyer le jardin ».

Le 24 juin marque chaque année le point culminant de la vie du sanctuaire avec le pèlerinage officiel de la Custodie à l’occasion de la fête de la naissance de saint Jean-Baptiste. Les premières vêpres ont lieu le 23 au soir. Environ 200 personnes viennent ensuite le lendemain pour marcher en procession jusqu’à la grotte de saint Jean située à côté de la source, assister à la messe et prier dans ce lieu. Une foule considérable pour un sanctuaire dont la chapelle ne peut théoriquement accueillir que 55 personnes. Enfin, un large banquet est offert à l’issue de la journée.

Au moment de se quitter, le père Sergio nous invite à boire un café et continue à nous parler avec passion de sa pastorale, des projets de restauration de l’hôtellerie, ainsi que de la beauté unique du lieu. « L’eau surtout, insiste-t-il est d’une pureté rare. » « Parlant de l’eau sainte, mon père, avez-vous vu des miracles ? » Le père acquiesce. Il raconte comment, il y a une dizaine d’années, alors qu’il venait d’arriver dans le sanctuaire, une famille éthiopienne amenait tous les jours leur fille qui se trouvait dans un état végétatif suite à un virus inconnu et totalement incurable. Un prêtre les accompagnait et priait sur la jeune fille des prières d’exorcisme en la plongeant dans l’eau glacée. « Nous les avons vus pendant toute une période, puis soudain la famille a disparu. Deux mois plus tard, une voiture s’est arrêtée devant la porte du couvent, et une jeune fille, de toute beauté, en est sorti, des fleurs à la main. Nous nous sommes tout de suite reconnus… » raconte le père Sergio, très ému. 

Abonnez-vous au magazine

Découvrir les tarifs et s’abonner.

Cliquez ici