Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Tandis que la Syrie s’enfonce, de nombreux chrétiens s’enfuient

Terrasanta.net
20 juin 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Tandis que la Syrie s’enfonce, de nombreux chrétiens s’enfuient
Fidèles catholiques en prière dans une église de Damas. (Photo d'archive - C. Giorgi)

Alors que la situation en Syrie ne cesse de se dégrader, la vie de la minorité chrétienne est de plus en plus compromise. Ainsi, dans la ville de Quaayr dans le district de Homs, le nombre de chrétiens a été divisé par dix. Le Père Paul Dall'Oglio, fondateur de la communauté monastique de Deir Mar Musa, a quant à lui du quitter le pays.


(Milan / c.g.) – La vie de la minorité chrétienne devient de plus en plus difficile en Syrie avec la dégradation de la situation générale du pays. Selon le rapport de l’agence Fides, dans la ville de Quaayr du district de Homs, Abdel Salam Harba, à la tête de l’opposition armée du régime de Bachar al-Assad, aurait lancé la semaine dernière un ultimatum aux chrétiens locaux. Diffusé par les haut-parleurs des mosquées, l’ultimatum ordonne aux chrétiens de quitter la ville avant le vendredi 8 juin. La ville de Quaayr abrite environ 30 000 personnes. Avant la révolte, les chrétiens, pour la plupart melkites, étaient 10 000. Aujourd’hui il n’en reste pas plus de mille. Depuis fin avril 2011, Quaayr est le théâtre de violences et de meurtres: les rebelles se sont organisés en une force armée les combats contre l’armée régulière sont fréquents et font de nombreuses victimes parmi lesquelles des chrétiens tués pour motif confessionnel ou accusés d’être fidèles au régime.

Selon le quotidien libanais L’Orient-Le Jour, les représentants locaux de l’opposition ont nié, lundi 11 juin, ce qu’avait rapporté l’agence du Vatican. «Nous avons toujours vécu en harmonie avec nos frères et sœurs chrétiens – ont ils déclaré via Facebook. Et il n’est pas vrai que nous ayons demandé aux chrétiens de partir. Il s’agit d’une fausse nouvelle, répandue par le régime qui cherche à alimenter des haines sectaires. Les familles chrétiennes sont parties, comme de nombreuses familles musulmanes il y a environ deux mois, à cause des bombardements de la ville par l’armée syrienne. « 

L’agence Fides, cependant, est revenue sur la nouvelle deux jours après, confirmant la fiabilité de ses sources et déclarant que deux prêtres de Quaayr ont entendu  » de leurs propres oreilles » l’ultimatum proclamé par les haut-parleurs des mosquées. Le rapport de Fides fait part également du récent assassinat d’un chrétien local, Maurice Bitar, tué par un tireur d’élite alors qu’il allait acheter du pain. Les sources de Fides ont ajouté qu’il se répand dans la ville un climat d’intimidation contre les chrétiens restants, comme l’obligation de « céder le passage aux musulmans, comme du temps des califes ottomans. »

La nouvelle du départ du jésuite Paolo Dall’Oglio, fondateur de la communauté monastique de Deir Mar Musa, après trente ans de présence dans le pays, est une confirmation de la dégradation de la situation des chrétiens en Syrie. La décision de quitter le pays, d’après le mensuel des jésuites Popoli, a été prise par obéissance aux autorités ecclésiastiques du pays. Déjà menacé d’expulsion par le gouvernement syrien en novembre, le jésuite a pu rester dans le pays à condition de faire profil bas, évitant les déclarations publiques contraires au régime. Un engagement que Dall’Oglio a respecté pour ne pas avoir à interrompre son travail pour la paix et sa dénonciation de la violence perpétrée dans le pays. A noter en ce sens la lettre ouverte que le religieux a envoyée le 23 mai dernier à Kofi Annan, envoyé spécial de l’Onu en Syrie.

 

 

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici