Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La tradition de la vraie Croix

Cyrille David
30 mars 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

“Voici le bois de la Croix, où fut pendu le Christ, Sauveur du monde. Venez, adorons!“. Ce que les croyants font symboliquement le Vendredi saint en embrasant une croix, les pèlerins du Saint-Sépulcre le font mais en vénérant le bois de la vraie croix. Comment la vraie croix a-t-elle pu arriver jusqu’à nous ? Relation d’une tradition.


En témoigne le saint bois de la croix, pour nous encore visible”. La croix était déjà vénérée au IVe siècle puisque l’évêque de Jérusalem Cyrille en parle dans les années 340.
Une quarantaine d’années plus tard, on sait comment les pèlerins vénéraient la croix. “Un par un, tous se courbant, ils touchent la croix avec leur front puis avec leurs yeux, puis ils embrassent la croix et s’en vont.” Égérie précise : “On raconte que quelqu’un a arraché avec ses dents et volé un morceau de la croix sacrée. C’est pourquoi elle est gardée par des diacres de part et d’autre, au cas où quelqu’un s’aventurerait à recommencer.” La pèlerine Égérie séjourna à Jérusalem entre 381 et 384. Elle ne fait pas mention d’Hélène, mais elle explique que la croix était exposée et vénérée le 14 septembre, jour de la dédicace de l’église du Saint-Sépulcre.

Sous la plume de saint Ambroise

Le premier qui relie la découverte de la croix à sainte Hélène est saint Ambroise, en 395. Dans l’oraison funèbre de l’empereur romain Théodose, il fait le récit suivant : “Elle [Hélène, la mère de Constantin] commença par visiter les lieux saints. L’Esprit lui souffla de chercher le bois de la croix. Elle s’approcha du Golgotha et dit : “Voici le lieu du combat ; où est la victoire ? Je cherche l’étendard du salut et ne le vois pas.” Elle creuse donc le sol, en rejette au loin les décombres. Voici qu’elle trouve pêle-mêle trois gibets sur lesquels la ruine s’était abattue et que l’ennemi avait cachés. Mais le triomphe du Christ peut-il rester dans l’oubli ? Troublée, Hélène hésite. Elle hésite comme une femme. Mue par l’Esprit saint, elle se rappelle alors que deux larrons furent crucifiés avec le Seigneur. Elle cherche donc la croix du milieu. Mais, peut-être, dans la chute, ont-elles été confondues et interverties. Elle revient à la lecture de l’Évangile et voit que la croix du milieu portait l’inscription : “Jésus de Nazareth, Roi des Juifs”. Par là fut terminée la démonstration de la vérité et, grâce au titre, fut reconnue la croix du salut”. D’autres versions parlent d’un mort ressuscité au contact de la croix.
Le pèlerinage de la mère de Constantin eut lieu entre 326 et 328. Inspiratrice de la conversion de son fils et de l’Empire, elle aurait transformé de nombreux temples en églises. Un des temples avait été édifié sur le lieu de pèlerinage chrétien du Golgotha. Ce temple aurait fait partie des plans de reconstruction de Jérusalem. Après la révolte juive de Bar Kokhba (132-135), les Romains avaient rasé la ville. Par décision de l’empereur Hadrien, ils auraient ainsi transformé un lieu de mémoire chrétien dans l’intention de paganiser la ville rebelle. L’inventio crucix (“invention” pour découverte de la croix) alors que l’Empire romain devient chrétien, c’est le début de la tradition de la croix.

“L’évêque [de Jérusalem] distribue quelques fragments de la croix aux pèlerins, pour affermir leur foi (…). Ce qui est merveilleux, c’est que quoique d’une matière inerte, elle a néanmoins la propriété des corps vivants ; depuis son invention on en détache sans cesse des parcelles pour satisfaire une foule de demandes, sans qu’elle éprouve aucune altération.” Peu après l’invention de la croix – Saint Paulin de Nole écrivit cette lettre à peu près en 403 – des reliques commencent à être dispersées.
Au début du VIIe siècle, les Perses s’emparèrent d’une partie importante de l’Empire romain d’Orient. Ils prirent et pillèrent Jérusalem en 614, emportant avec eux la relique de la croix du Saint-Sépulcre. En 630, l’empereur byzantin Héraclius la rapporta lui-même à Jérusalem, à la suite d’une contre-attaque victorieuse contre les Perses en 622. Il reprit les territoires perdus jusqu’à défaire les Perses à Ninive en 627.

Aux mains des latins

Jérusalem fut prise en 638 par les Arabes qui vainquirent les Byzantins et les Perses affaiblis par 15 ans de guerre. Ils laissèrent aux chrétiens de Jérusalem une liberté de culte, jusqu’au califat fatimide d’Al-Hâkim au Xe siècle. En 1009, sous la pression d’un islam moins libéral, les chrétiens auraient enterré leur portion de la croix, qui aurait été redécouverte par les Croisés. Ceux-ci l’emmenaient au devant de l’ennemi lors de leurs batailles. Prise par Saladin lors de la défaite de 1187, elle disparaît alors définitivement. Une légende raconte que le pape Urbain III (1185-1187) aurait succombé à la nouvelle.
Lorsque les Vénitiens détournent la quatrième croisade (1203) et que les Croisés mettent à sac Constantinople, ils s’emparent de la relique impériale. Datant de sainte Hélène, elle était gardée à la chapelle palatine du Phare. Saint Louis racheta ainsi une partie de la relique aux Vénitiens en 1238 et fit construire en 1242 la Sainte-Chapelle pour l’y enchâsser.
La tradition de la croix est très populaire au Moyen-Âge. L’évêque Voragine rapporte dans la Légende Dorée plusieurs développements de la tradition. Dans une version, Seth – le fils d’Adam – plante trois pousses de l’arbre de la Compassion dans la bouche de la dépouille de son père. Dans le bois de ces trois arbres ont été taillées les trois croix de Jésus et des larrons. Selon une autre version, Seth planta sur la tombe de son père une pousse de l’arbre de la Connaissance dont ses parents avait goûté le fruit. L’arbre de la tombe d’Adam aurait été coupé quelques siècles plus tard et utilisé pour un pont. Lors de sa visite à Salomon, la reine de Saba fut arrêtée à ce pont, tomba à genoux et révéra le bois. À Salomon, elle aurait dit que la pièce de bois de ce pont entraînerait une nouvelle alliance de Dieu avec les hommes. Inquiet pour son peuple, Salomon fit alors enterrer le bois. Mais après 14 générations, le bois refit surface et on le transforma en croix. Pietro della Francesca a réalisé une célèbre illustration de cette légende : un cycle de fresques à la basilique (franciscaine) Saint-François, à Arezzo en Toscane.
“Si tous les morceaux [de la croix] que l’on peut trouver étaient rassemblés, on pourrait charger un gros navire. Pourtant l’Évangile rapporte qu’un homme seul pouvait la porter.” Cette célèbre moquerie de Calvin (Traité des reliques) est démentie par Charles de Fleury (Mémoires sur les instruments de la Passion). Il a établi le catalogue de toutes les reliques connues et affirme qu’avec toutes les reliques de la croix, on ne pourrait pas reconstituer plus du tiers d’une croix de 3 ou 4 m de haut.
Le monastère du mont Athos en Grèce possède le plus gros morceau de relique : il fait 5 cm3. La relique de la Sainte-Chapelle à Paris, la moitié de ce volume. Examinés au microscope, quatre morceaux (de Santa Croce à Rome, de Notre-Dame à Paris, des cathédrales de Pise et Florence) sont en olivier.

Reste une question : où a-t-on coupé l’arbre qui a servi à faire la croix du Christ ?

Dernière mise à jour: 30/12/2023 14:36

Pietro Kaswalder Photo : Rosario Pierri

Césarée : gloire de la Judée

Césarée maritime, capitale de la province de Judée au temps d’Hérode et carrefour commercial de l’empire romain. Voyage à la découverte d’un des centres les plus importants de la fertile plaine du Sharon, fleurissante déjà à l’époque des croisés, entre la mer et les hauteurs de Jérusalem.

Marie-Armelle Beaulieu

Nous nous sommes sentis encouragés avec amour et chaleur

À l’annonce de la renonciation du pape Benoît XVI au siège pétrinien le monde s’est ému. Mais dans le monde, l’Église catholique de Terre Sainte perd un pasteur d’une sollicitude de tous les instants. Terre Sainte Magazine a recueilli les témoignages de quelques évêques catholiques orientaux.

Marie-Armelle Beaulieu

Nourhan Ier Manougian : Affermir la Fraternité arménienne

C’est à Terre Sainte Magazine que le nouvellement élu 97e patriarche arménien apostolique de Jérusalem, Sa Béatitude Nourhan Ier Manougian, a réservé sa première interview. Il succède au patriarche Torkom, décédé en octobre, à 93 ans, d’une longue maladie entraînant une certaine vacance de la charge. Le nouveau patriarche entend donc affermir sa communauté.

Marie-Armelle Beaulieu

Sauvegarder la mémoire des lieux et garantir la présence des chrétiens

Le Vendredi saint dans les paroisses sera organisée la collecte dite “Pour les Lieux saints”. Cet argent est en partie reversé aux Franciscains de Terre Sainte pour soutenir leur mission de conservation des lieux où c’est accompli le Salut mais aussi la présence chrétienne en Terre Sainte. Entretien avec Fr. Ibrahim Faltas, Économe de la Custodie de Terre Sainte

Louise Couturaud

Sainte-Anne : une église française en Terre Sainte

Les pèlerins français n’en sont pas peu fiers. L’église Sainte-Anne passe pour être une de plus belles églises de Terre Sainte, à leurs yeux au moins… Mais la singularité de Sainte-Anne ne réside pas dans la perfection de son architecture mais dans le fait qu’au beau milieu de Jérusalem c’est un domaine national français.

Carlo Giorgi

Avec les victimes de la guerre

Avec les victimes de la guerre, les frères de la Custodie de Terre Sainte en Syrie vivent aux côtés de la population locale le drame d’un conflit qui a déjà fait 60 000 morts, 2 millions de personnes évacuées dans le pays et un demi-million de réfugiés. “Notre mission ? Soutenir les familles chrétiennes et offrir de l’aide aux plus faibles, alors que le pays est dans le chaos”, explique le supérieur régional frère Halim Noujaim.

Alexandre Winogradsky Patriarcat grec-orthodoxe de Jérusalem

2013 : l’Édit de Milan a 1700 ans

Il y a 1700 ans, l’empereur Constantin promulguait un édit de tolérance, connu sous le nom d’Édit de Milan. Ce faisant, il accordait la liberté de culte à toutes les religions et permettait aux chrétiens de ne plus devoir vénérer l’empereur comme un Dieu. Édit d’autant plus important pour la Terre Sainte qu’il rendit possible la construction du Saint-Sépulcre et de l’église de la Nativité à Bethléem.