Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une forteresse du Moyen- âge pour la nouvelle ville de Jérusalem

Cyrille David
30 mars 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Une situation inattendue

Le monastère de la Sainte-Croix et ses allures de forteresse offre un contraste saisissant avec son environnement. Il est au cœur de Jérusalem ouest, la ville moderne. Le musée d’Israël, la Knesset et Rehavya, un quartier juif récent, sont construits sur les hauteurs et surplombent la vallée de la Croix. Campé au creux de la vallée, il est longé par une voie rapide.

Depuis la fondation de l’État d’Israël en 1948, l’environnement de cette place-forte du Moyen-Âge s’est transformé. On peut l’imaginer au temps des Croisades. Elle était isolée à l’extérieur des remparts de la ville, à 2,5 km à l’ouest. Les vignobles de la vallée de la Croix, propriété des rois de Jérusalem, l’encerclaient.

Attention la tête

Pour entrer aujourd’hui dans le monastère, il faut passer une percée ouverte au pied du mur d’enceinte, et se courber comme à la Nativité de Bethléem.

Mémoire géorgienne

En 2004, le poète Roustavéli représenté sur une fresque avait été défiguré et les inscriptions en géorgien avaient été abîmées. Cette atteinte au patrimoine national géorgien avait déclenché une crise géorgio-israélo-grecque.

L’hôtellerie et le monastère construits par les géorgiens

Pour autant, cette forteresse n’est pas un bâtiment croisé. En revanche, elle fut le dernier bastion d’une Église chrétienne qui bâtit hôtelleries et monastères à Jérusalem à partir du Ve siècle. Cette église parvint à se maintenir dans la ville sainte jusqu’à la fin du XVIIe siècle, époque où elle disparaît. C’est à elle que l’on doit l’aspect actuel du monastère de la Croix. Il s’agit de l’Église de Géorgie, orthodoxe, autocéphale depuis 484. À partir de l’an 1040, le roi Bagrat finança les travaux entrepris par le moine géorgien Prokhoré qui restaura (ou éleva selon les sources) le monastère. Les successeurs de Bagrat continueront de soutenir l’Église géorgienne à Jérusalem, spécialement à la Sainte-Croix. Ainsi, la reine Thamar (1184-1213), qui fut l’un des plus éminents souverains géorgiens, y envoya son poète favori Shota Roustavéli. Du Xe au XIIe siècle la Géorgie connut un âge d’or qui rejaillit sur Jérusalem.

Une puissance disparue

Si aujourd’hui le Saint-Sépulcre est partagé entre plusieurs Églises chrétiennes, celles-ci étaient encore plus nombreuses au Moyen-Âge. Parmi elles, celle des Géorgiens tient une place de choix. Nation convertie au christianisme dès 326 grâce à l’apostolat d’une belle prisonnière – sainte Ninon – la Géorgie eut même le contrôle de Jérusalem pendant une brève année, l’an 1300, lorsque les mongols alliés à des caucasiens chassèrent les mamelouks de la ville sainte.

La légende de la Sainte-Croix

Le monastère “a une importance considérable aux yeux des chrétiens orientaux parce qu’une légende plusieurs fois séculaire désigne ce lieu comme celui où fut coupé l’arbre qui devint la croix du Sauveur”, rapporte le père Janin, Assomptionniste dans un article “Les Géorgiens à Jérusalem”. Des traditions racontent ainsi que Constantin aurait donné ce lieu à Mirian, premier roi géorgien chrétien. Une petite chapelle commémore le lieu où aurait poussé l’arbre de la croix. Une fresque peinte par les grecs au début du XXe siècle représente une version de la légende de la croix. Lot aurait planté trois arbres : un orme, un pin et un cèdre, qui n’auraient plus formé qu’un seul tronc en s’élevant. On accède à cette chapelle à partir de l’église, située au cœur du monastère.

400 cellules pour un moine

“Le monastère de la Sainte-Croix est un des plus importants de la ville sainte et un lieu de culte orthodoxe privilégié au cœur de la nouvelle ville”, déclare en anglais un écriteau à l’entrée de l’église. Aujourd’hui – et depuis 1685 – le monastère appartient au Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem, qui l’a utilisé un temps comme séminaire de théologie (1855-1908) selon des sources géorgiennes. Alors que le monastère comptait environ 400 cellules au XVIe siècle (d’après un pèlerin), il est aujourd’hui habité par un seul moine grec, ainsi que quelques laïcs, grecs. Autre symptôme de la perte d’influence de ce monastère millénaire mais excentré, des offices ne sont plus célébrés que pour les grandes fêtes. C’est ce que nous apprend le gardien, un musulman habitant Silwan, à Jérusalem est.

Sous les feux de l’actualité

Est-ce à cause de sa localisation ? Ou bien est-ce parce qu’il témoigne d’une histoire que certains aimeraient voir disparaître ? La présence de ce monastère au cœur de la ville nouvelle de Jérusalem doit être vécue comme une provocation par certains extrémistes juifs. Au mois de décembre dernier, il a fait l’objet d’un price tag (le prix à payer). Des graffitis “Joyeux Hanoukka – price tag” et autres blasphèmes à l’encontre de Jésus étaient apparus sur les murs.

Conflit diplomatique

Il est difficile d’estimer l’importance de la Sainte-Croix pour les Géorgiens. En février 2012, le président de la République de Géorgie, Mikhaïl Saakashvili, annonçait l’objectif de son pays : qu’il repasse sous contrôle géorgien. Mais le monastère est propriété du Patriarcat Grec-Orthodoxe c’est avec eux qu’il faut négocier a rappelé l’ambassadeur d’Israël en Géorgie au mois de mai. “Nous aspirons à avoir un lieu spirituel et culturel dans le monastère, pour que les gens qui viennent ici de Géorgie puissent se sentir chez eux. C’est moins important pour nous d’être les propriétaires du site. Par exemple, si un moine ou un prêtre géorgien pouvait être là pour les accueillir, ça pourrait être une solution”, a temporisé le nouvel ambassadeur géorgien en Israël. De fait, nombreux sont les Géorgiens qui de passage à Jérusalem viennent visiter le monastère. Souhaitons-leur de trouver un lieu pour faire mémoire du passé géorgien de Jérusalem.

 

 

Dernière mise à jour: 30/12/2023 14:44

Pietro Kaswalder Photo : Rosario Pierri

Césarée : gloire de la Judée

Césarée maritime, capitale de la province de Judée au temps d’Hérode et carrefour commercial de l’empire romain. Voyage à la découverte d’un des centres les plus importants de la fertile plaine du Sharon, fleurissante déjà à l’époque des croisés, entre la mer et les hauteurs de Jérusalem.

Marie-Armelle Beaulieu

Nous nous sommes sentis encouragés avec amour et chaleur

À l’annonce de la renonciation du pape Benoît XVI au siège pétrinien le monde s’est ému. Mais dans le monde, l’Église catholique de Terre Sainte perd un pasteur d’une sollicitude de tous les instants. Terre Sainte Magazine a recueilli les témoignages de quelques évêques catholiques orientaux.

Marie-Armelle Beaulieu

Nourhan Ier Manougian : Affermir la Fraternité arménienne

C’est à Terre Sainte Magazine que le nouvellement élu 97e patriarche arménien apostolique de Jérusalem, Sa Béatitude Nourhan Ier Manougian, a réservé sa première interview. Il succède au patriarche Torkom, décédé en octobre, à 93 ans, d’une longue maladie entraînant une certaine vacance de la charge. Le nouveau patriarche entend donc affermir sa communauté.

Marie-Armelle Beaulieu

Sauvegarder la mémoire des lieux et garantir la présence des chrétiens

Le Vendredi saint dans les paroisses sera organisée la collecte dite “Pour les Lieux saints”. Cet argent est en partie reversé aux Franciscains de Terre Sainte pour soutenir leur mission de conservation des lieux où c’est accompli le Salut mais aussi la présence chrétienne en Terre Sainte. Entretien avec Fr. Ibrahim Faltas, Économe de la Custodie de Terre Sainte

Louise Couturaud

Sainte-Anne : une église française en Terre Sainte

Les pèlerins français n’en sont pas peu fiers. L’église Sainte-Anne passe pour être une de plus belles églises de Terre Sainte, à leurs yeux au moins… Mais la singularité de Sainte-Anne ne réside pas dans la perfection de son architecture mais dans le fait qu’au beau milieu de Jérusalem c’est un domaine national français.

Carlo Giorgi

Avec les victimes de la guerre

Avec les victimes de la guerre, les frères de la Custodie de Terre Sainte en Syrie vivent aux côtés de la population locale le drame d’un conflit qui a déjà fait 60 000 morts, 2 millions de personnes évacuées dans le pays et un demi-million de réfugiés. “Notre mission ? Soutenir les familles chrétiennes et offrir de l’aide aux plus faibles, alors que le pays est dans le chaos”, explique le supérieur régional frère Halim Noujaim.

Cyrille David

La tradition de la vraie Croix

“Voici le bois de la Croix, où fut pendu le Christ, Sauveur du monde. Venez, adorons!“. Ce que les croyants font symboliquement le Vendredi saint en embrasant une croix, les pèlerins du Saint-Sépulcre le font mais en vénérant le bois de la vraie croix. Comment la vraie croix a-t-elle pu arriver jusqu’à nous ? Relation d’une tradition.

Alexandre Winogradsky Patriarcat grec-orthodoxe de Jérusalem

2013 : l’Édit de Milan a 1700 ans

Il y a 1700 ans, l’empereur Constantin promulguait un édit de tolérance, connu sous le nom d’Édit de Milan. Ce faisant, il accordait la liberté de culte à toutes les religions et permettait aux chrétiens de ne plus devoir vénérer l’empereur comme un Dieu. Édit d’autant plus important pour la Terre Sainte qu’il rendit possible la construction du Saint-Sépulcre et de l’église de la Nativité à Bethléem.