Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Saint Georges, protecteur de la Palestine

Cyrille David
30 juillet 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Un évêché de l’église primitive

Lod fut élevé au rang d’évêché sous le règne  de Constantin, au IVe siècle. C’est l’une des plus anciennes communautés chrétiennes.

Lod, patrie de saint Georges

L’exécution de saint Georges, né à Lydda (Lod) dans une famille grecque chrétienne, aurait eu lieu à Nicomédie (actuelle Turquie) autour de l’an 300. “Son serviteur transporta ensuite sa précieuse relique dans sa patrie, Lydda, en Palestine” raconte le moine Macaire dans sa Vie des saints de l’Église orthodoxe. Dans le respect de la tradition des premiers chrétiens envers les martyrs, une église byzantine fut bâtie sur sa tombe à Lod.

Un lieu de pèlerinage

Au mois de novembre, les chrétiens de Terre sainte fêtent le transfert à Lod de la dépouille du saint. De nombreux pèlerins défilent aussi à Saint-Georges : russes, grecs et… géorgiens. Saint Georges est en effet le saint patron de leur pays. Et au-delà de l’orthodoxie, des pèlerins anglais passent à Saint-Georges, puisque l’Angleterre est placée sous sa protection. Pour cette raison, cette ville fut chère au croisé Richard Cœur de Lion. Il la fit rebâtir, après sa destruction par Saladin.

Le saint protecteur de la Palestine

Comment reconnaître une maison chrétienne en Palestine ? Il y a de grandes chances qu’une représentation de saint Georges terrassant le dragon orne sa façade. Le saint protège la maison et ses habitants. Passant devant une église, un monastère ou une représentation de saint Georges chez lui, des chrétiens, y compris les jeunes, font souvent le geste de toucher la statue du saint et de se signer.

Dans la crypte, un cénotaphe… vide donc

Quelques reliques du saint sont conservées dans l’église. Le cénotaphe, monument qui ne contient pas de corps, fut restauré en 1871.

Un moine pour 800 âmes

Saint-Georges de Lod, compte 800 chrétiens (pour une population de 70 000 habitants) contre 2 000 pour la ville voisine de Ramleh (73 000 habitants). Les chrétiens sont une minorité dans la ville de Lod. Environ 50 000 à 70 000 arabes fuirent ou furent expulsés en juillet 1948 de Lod, Ramleh et des villages voisins. Ces déplacés représentent 10 % des populations expulsées en 1948.

Dragon ou lézard ?

De son arrivée à la cour de l’empereur jusqu’à sa mort, on attribue de nombreux miracles à saint Georges. Mais le plus connu – et le plus représenté – des événements extraordinaires que relate son hagiographie, c’est son combat contre le dragon. “Les habitants – païens – du village sacrifiaient le premier-né de leurs enfants à un animal, un dragon ou probablement un gros lézard, type varan ; pour le nourrir, mais aussi pour plaire aux dieux. Un jour, le tour fut celui de la fille d’un notable. Or, saint Georges, un soldat des armées romaines de retour d’une campagne militaire, passa par là. Les habitants lui demandèrent de tuer la bête. Ce qu’il fit. Tous les habitants du village se convertirent.” raconte, l’affable moine orthodoxe, curé de la paroisse.

Plusieurs noms pour une ville

Diosopolis sous l’empire romain, elle devint Georgiopolis à l’ère byzantine en raison du sanctuaire dédié à saint Georges. En 530 le diacre Théodose fait mention du tombeau de saint Georges à Lydda. C’est le témoignage littéraire le plus ancien dont nous disposons sur la présence du tombeau de saint Georges. Lydda c’est le nom arabe de la ville avant 1948, renommée Lod par l’État d’Israël.

L’église actuelle contre le reste du terrain

Les autorités turques exigèrent des grecs, pour qu’ils puissent faire les réparations dont l’église avait besoin, qu’ils cèdent le reste du terrain. Sur cet emplacement fut construite une mosquée. Ainsi, l’église actuelle a une nef et un seul transept. L’église est amputée du second transept qui n’a pas fait partie des restaurations effectuées par les grecs en 1870 et qui est du côté de la mosquée. La mosquée occupe le lieu de la basilique byzantine.

Au croisement des routes nord-sud et est-ouest

Dans une liste de cités cananéennes conquises par le pharaon Thoutmôsis III, il est fait mention pour la première fois de la ville de Lod. Découverte à Karnak, la liste daterait du XVe siècle av. J.-C. Ville au carrefour des routes depuis la haute antiquité, Lod occupe encore aujourd’hui une position stratégique sur les axes nord-sud et est-ouest et, pour sa localisation bien située entre Tel Aviv et Jérusalem, elle a déterminé le choix de l’aéroport international d’Israël.

Abou Gosh contre Saint-Georges

“En vertu d’un compromis fait entre le gouvernement français et le gouvernement ottoman, les Pères franciscains furent obligés de renoncer à leurs droits [sur Saint-Georges] en faveur des grecs et, en dédommagement, le gouvernement français obtint l’église d’Abou Gosh. Les grecs ont restauré depuis la portion de l’église qui restait debout et, dans la crypte, ils ont placé un petit monument de forme cubique, un cénotaphe, portant en grand relief l’image de saint Georges.”

P. Barnabé Meistermann, O.F.M., In Guide de Terre sainte, 1936

 

 

Dernière mise à jour: 30/12/2023 22:01

Marie-Armelle Beaulieu

Le combat des “Femmes du Mur“

Marie-Armelle Beaulieu

Une pensée pour nos lecteurs

texte : Pietro Kaswalder - Photos Rosario Pierri

Arad et Mamshit, villes du désert

Avec le numéro de l’été, nous partons à la découverte de deux antiques cités dans le désert du Néguev. Elles sont classées par l’Unesco au Patrimoine mondial “sur la route de l’encens”.

Cyrille David

Une “route des vins” pour le désert du Néguev

Sous le soleil du désert, sur les terrains de l’exploitation familiale “Carmey Avdat”, des vignes sont cultivées depuis une quinzaine d’années avec l’aide du gouvernement israélien. Essentiellement du Merlot et du Cabernet-Sauvignon. Ce faisant, elles renouent avec une culture déjà pratiquée sur place il y a 2 000 ans.

Serena Picariello

La Jérusalem chrétienne veut se raconter

Raconter les racines du christianisme et des lieux qui en portent la mémoire, ainsi se définit l’ambitieux projet que s’est fixé la Custodie de Terre Sainte et pour la réalisation duquel elle entend aménager trois nouveaux musées dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Cyrille David

18 ados musulmans à la découverte de Jérusalem

Toute une classe d’adolescents musulmans est venue visiter Jérusalem pour la première fois de leur vie. Une visite qui devait avoir lieu en langue française et qu’on avait demandé à Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre Sainte Magazine de guider. Retour sur une visite pas ordinaire.

Louise Couturaud

Abou Gosh : Un bien joli tas de pierres

Sur la route en direction de l’aéroport de Tel Aviv, le monastère bénédictin d’Abou Gosh, situé sur un des lieux présumés de l’Emmaüs évangélique est, selon les critères européens, l’une des plus belles églises de Terre Sainte (avec la basilique Sainte-Anne). Comment ce joyau de l’art roman est-il devenu propriété de la France ? C’est le troisième des quatre Domaines nationaux que Terre Sainte Magazine vous invite à découvrir.

Eliora Mischler

La femme à la barre du navire

La complémentarité de l’homme et de la femme, c’est la raison d’être du couple. Pour Corinne B, juive ultra-orthodoxe, une femme ne s’épanouit pas en imitant son conjoint. Puisqu’elle n’a pas la même mission que lui, D.ieu n’a pas les mêmes exigences envers elle.

Eliora Mischler

Le shabbat oriente ma semaine

Hannah Berg n’entendait pas que la gent masculine lui dicte sa loi, du moins avant d’être mère. Une vision religieuse et réaliste du monde juif, entre tradition et modernité, assez représentative somme toute du courant moderne orthodoxe auquel elle appartient.