Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’Église assyrienne répond positivement à l’invitation chaldéenne pour l’unité

Terrasanta.net
11 octobre 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
L’Église assyrienne répond positivement à l’invitation chaldéenne pour l’unité
Mar Dinkha IV, chef de l'Église assyrienne d'Orient.

Mar Dinkha IV, chef de l'Église assyrienne d’Orient, a répondu positivement à une proposition du patriarche Raphael Ier Sako, chef de l’Église catholique chaldéenne, pour marcher vers l’unité. Bien qu’il n'ait pas donné de détails concrets sur le moment où l’unité pourrait être atteinte, Mar Dinkha a déclaré qu’il espérait que cela se ferait au cours de leur prochaine rencontre, la semaine prochaine.


(Milan/ e.p.) – Mar Dinkha IV, chef de l’Église assyrienne d’Orient, a répondu positivement à une proposition du patriarche Raphael Ier Sako, chef de l’Église catholique chaldéenne pour marcher vers l’unité.

Exprimant sa gratitude pour cette ouverture dont le patriarche Sako avait témoigné dans des vœux d’anniversaire envoyés le 15 septembre, le chef de l’Église assyrienne d’Orient a répondu que son Église était «très heureuse de ce message, considérant la bonne volonté de renouer le dialogue avec nous en vue de l’unité ».

Il a ajouté : «Nous aussi sommes d’accord et vous soutenons dans cet objectif d’être proches les uns des autres comme des frères dans le Christ et les fils et les filles d’une même nation ».

« Tel était le but de l’Église assyrienne d’Orient dans le passé et de nos jours, et tel sera-t-il dans l’avenir », a-t-il ajouté. « Que ce soit pour nous une action commune avec vous et avec les autres Églises sœurs, dans la foi et l’Amour Divin, qui est sincère et pur ».

Bien qu’il n’ait pas donné de détails concrets sur le moment où l’unité pourrait être atteinte, Mar Dinkha a déclaré qu’il espérait que cela se ferait lors de leur prochaine rencontre. Ils se pencheront sur « les difficultés rencontrées par les fils et filles de notre Église et notre nation du Moyen-Orient et dans le monde entier, et nous mettrons en place un comité mixte pour des discussions en vue d’une action commune ».

Dans sa lettre, le patriarche Sako a suggéré que les deux Églises orientales devraient « entamer un dialogue pour l’unité, qui serait le désir de Jésus ». L’union complète avec l’Église catholique chaldéenne amènerait aussi l’Église assyrienne à l’union avec le Saint-Siège, ajoute-t-il.

« Aujourd’hui, ce dialogue est urgent, face aux grands défis qui menacent notre survie », a écrit le Patriarche Sako, en se référant à l’instabilité qu’affronte la minorité chrétienne d’Irak. « Sans unité, il n’y a pas d’avenir pour nous », a-t-il dit.

L’Église assyrienne d’Orient, officiellement « Sainte Catholique Apostolique Église assyrienne d’Orient », est une église syriaque historiquement centrée en Mésopotamie et dont la naissance remonte à 431. Contrairement à d’autres Églises qui prennent leurs racines dans l’Antiquité, l’Église assyrienne d’Orient moderne n’est pas en pleine communion avec les autres Églises, qu’elles soient orthodoxes, orthodoxes orientales ou catholiques. Son siège se trouve actuellement dans l’Illinois aux États-Unis.

L’Eglise catholique chaldéenne, dont le siège est à Bagdad, a été créée au XVIe siècle, lorsque certains évêques assyriens ont demandé le rétablissement de la pleine communion avec le Pontife Romain. Elle partage des racines historiques avec l’Église assyrienne, mais aussi les mêmes sacrements. Les deux Églises partagent une foi, une langue, une liturgie et une tradition ecclésiale communes, mais il n’y a aucun accord formel entre elles.

Dans sa lettre de réponse, publiée sur le site de l’Église 3 octobre, Mar Dinkha rapporte que son église et lui ont présenté leurs salutations « remplis d’amour véritable, en espérant que vous soyez en bonne santé et protégé, dans la paix, des vagues et des tempêtes politiques du Moyen-Orient, avec les fils et les filles de votre Église. »

Il a terminé en priant pour le patriarche et tous les Irakiens en particulier, et pour tous les chrétiens du Moyen-Orient en général. « Le Bon Berger, Jésus-Christ, vous protège dans un troupeau chrétien pour sa sainte Église catholique apostolique», écrit-il. « La grâce et la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous pour toujours ».

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici