Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

« Où est la conscience chrétienne? » Le cri d’un archevêque syriaque après le massacre

Terrasanta.net
6 novembre 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le pire massacre de chrétiens en Syrie depuis le début du conflit a eu lieu la semaine dernière dans la ville de Sadad, au nord de Damas. Selon le métropolite syriaque orthodoxe de Homs et de Hama, Mgr Boutros Selwanos Alnemeh, ce fut «le massacre de chrétiens le plus grave et le plus important en Syrie au cours des deux ans et demi ».


(Rome / e.p.) – Le pire massacre des chrétiens en Syrie depuis le début du conflit a eu lieu la semaine dernière dans la ville de Sadad, au nord de Damas.

Le métropolite syriaque orthodoxe de Homs et de Hama, Mgr Boutros Selwanos Alnemeh, a déclaré le 4 novembre dernier à l’Agence Fides que ce qui s’est passé a Sadad fut «le massacre de chrétiens le plus grave et le plus important en Syrie au cours des deux dernières années et demi » ; il a dénoncé le silence du monde face à l’atrocité.

La semaine dernière, des milices islamistes ont envahi la ville chrétienne de Sadad, qui fut ensuite reconquise par l’armée syrienne. « 45 civils innocents ont été martyrisés sans aucune raison, et parmi eux plusieurs femmes et enfants, beaucoup ont été jetés dans des fosses communes », a déclaré le métropolite Selwanos Boutros Alnemeh.

« D’autres civils ont été menacés et terrorisés, 30 ont été blessés et 10 sont toujours portés disparus. Pendant une semaine, 1.500 familles ont été prises en otages et utilisées comme boucliers humains, parmi lesquels des enfants, des personnes âgées, des jeunes, des hommes et des femmes ».

Il a ajouté que certains se sont enfuis à pied, en voyageant à 8 km de Sadad Al- Hafer pour trouver refuge. « Environ 2.500 familles ont fui Sadad, en prenant seulement leurs vêtements, en raison de la reprise des combats de groupes armés, et aujourd’hui ils sont réfugiés, dispersés entre Damas, Homs, Fayrouza, Zaydal, Maskane, et Al- Fhayle »..

L’archevêque a déclaré qu’il n’y avait actuellement plus ni électricité, ni eau, ni lignes téléphoniques dans la ville, et que «toutes les maisons de Sadad ont été volés et les biens pillés ».

«Les églises sont endommagées et profanées, dépossédées de leurs livres anciens et de précieuses fournitures », a-t-il poursuivi. «Les écoles, les bâtiments publics, les bâtiments municipaux ont été détruits, ainsi que le bureau de poste, l’hôpital et la clinique ».

« Ce qui s’est passé à Sadad est le plus grand massacre de chrétiens en Syrie, et le second au Moyen-Orient après celui qui a eu lieu en l’église Notre- Dame du Salut en Irak, en 2010 ».

L’archevêque a conclu : «Nous avons crié au secours vers le monde, mais personne ne nous a écoutés. Où est la conscience chrétienne ? Où est la conscience humaine ? Où sont mes frères ? Je pense à tous ceux qui souffrent aujourd’hui, dans le deuil et la misère : Nous demandons à tous de prier pour nous ».

« J’ai une boule dans la gorge et une brûlure dans le cœur à cause de tout ce qui s’est passé dans mon métropolinat, et pour ses pauvres gens qui souffrent », a poursuivi l’archevêque.

Les habitants sont retournés à Sadad le 28 octobre et ont commencé à réparer les dégâts. Des témoins disent qu’environ 50% de la ville a été détruite.

Sadad est une petite ville de 15.000 personnes, dont la plupart sont des chrétiens syriaques orthodoxes, à 160 km au nord de Damas. Il dispose de 14 églises et d’un monastère avec quatre prêtres.

Pendant ce temps, à Damas, la nonciature apostolique est venue sous une pluie de roquettes, dans la matinée du 5 novembre

Selon Radio Vatican, un obus de mortier a été tiré à la nonciature, près de l’aile où le nonce, Mgr Mario Zenari, son secrétaire, frère Giorgio, et les soeurs travaillant à la résidence ont leurs dortoirs.

Aucune blessure ou réclamation de responsabilité n’ont été rapportée. Le personnel de l’ambassade du Vatican n’ont pas l’intention de partir.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

Les plus lus
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici