Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une nouvelle façon de regarder Marie, au coeur de Nazareth

Giampiero Sandionigi
4 décembre 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Au coeur de la ville de Nazareth - presqu'en face de l’entrée de la basilique supérieure de l'Annonciation - se trouve la maison internationale de Marie. Elle a été inaugurée en janvier 2012 dans un bâtiment datant du XVIIIe siècle après une longue gestation du projet. Ce centre fait le pari de l'évangélisation en prenant Marie comme point de départ.


Sur la rue Casa Nova à Nazareth, à proximité de l’entrée de la basilique supérieure de l’Annonciation se trouvait une école dirigée par les Sœurs de Saint-Joseph de l’apparition. Ce vieux bâtiment datant du XVIIIe siècle, accueille dorénavant la maison internationale de Marie. Elle a été inaugurée en janvier 2012 après une longue gestation du projet.

Ce centre est un projet de l’association française Marie de Nazareth qui souhaitait créer une nouvelle opportunité pour l’évangélisation : parler de Jésus en prenant Marie comme point de départ. Onze centres similaires devraient ouvrir leurs portes prochainement dans le monde. Il semblait pertinent de commencer par Nazareth, ville où le fils de Dieu a reçu la vie  d’une jeune vierge juive.

« C’est un projet oeucuménique ouvert à toutes les églises », a déclaré Luc Lagrabrielle, qui est en charge du centre avec sa femme Marie-Christine. « Cet endroit a vu le jour grâce à la bénédiction et au soutien, bien que non financier, de tous les chefs d’Eglise de Terre-Sainte (catholique, orthodoxe et luthérienne) ». Les fondateurs de la maison de Marie ne voulaient pas en faire uniquement un musée, mais surtout un lieu de prière. La communauté qui vit sur place est en charge de la gestion et de l’accueil des pèlerins.

Cette communauté, c’est celle du Chemin neuf, un groupe ecclésiastique français fondé en 1973 par le Père jésuite Laurent Fabre. Aujourd’hui, la communauté du Chemin Neuf compte 2000 membres dans vingt-huit pays différents : ce sont des prêtres, des croyants, quelques laïcs ainsi qu’un très grand nombre de volontaires.

Luc est l’un des membres de la communauté, il explique : « Ici, au centre de Nazareth, il y a une dizaine de membres. Nous nous occupons essentiellement des pèlerins. Aucun d’entre nous n’est prêtre et pour la messe, nous nous rendons à la Basilique. Notre chapelle sert uniquement à la prière et à quelques groupes de pèlerins qui y célèbrent eux-mêmes la messe. Nous tenons à offrir un moyen d’étudier de manière approfondie le mystère de l’Incarnation. Dans l’avenir, nous souhaitons également organiser des retraites spirituelles. Nous devrions tous réfléchir d’avantage au fait que c’est ici que Jésus à vécu durant presque trente ans ».

Les portes du centre sont naturellement ouvertes à tous: chrétiens, juifs ou musulmans de Terre-Sainte. Luc Lagabrielle ajoute : « Jusqu’ici, nous avons eu beaucoup de visiteurs juifs. Les musulmans semblent moins curieux, mais nous recevons des classes des écoles chrétiennes qui comptent plusieurs élèves musulmans ».

Le centre ne suit cependant pas un modèle classique de spiritualité. Les locaux s’étendent sur 4000 mètres carrés, répartis sur plusieurs niveaux. Il y a notamment une terrasse qui offre une vue panoramique sur la Basilique ; une grande cafétéria où les groupes peuvent déjeuner à condition d’avoir réservé à l’avance et une boutique de souvenirs. Dans la chapelle lumineuse de l’ancien bâtiment, les visiteurs peuvent visionner trois vidéos consacrées à la vierge Marie : Marie la femme juive, Marie dans le Coran, et la figure de Marie dans les églises orientales.

Le point culminant du centre est le spectacle multimédia, traduit dans dix langues différentes. Il raconte l’histoire des deux testaments en mettant en avant le rôle joué par Marie dans le mystère de Jésus Christ. Pour capter l’attention des spectateurs, le spectacle est divisé en quatre parties, chacune d’entre elles ayant lieu dans des salles différentes.

Pour les groupes de pèlerins qui souhaitent visiter le centre, il est conseillé de réserver à l’avance (les détails sont sur le site web du centre). L’entrée se fait sur donation.

 


 

Nazareth va s’illuminer à nouveau

 

En Terre Sainte des fouilles ont lieu chaque fois qu’un ancien bâtiment est rénové, et cela peut donner lieu à d’intéressantes découvertes. C’est ce qui s’est passé à Nazareth. Lorsque le sol a été creusé en vue d’installations souterraines à la maison de Marie, des fragments de murs datant de la période mamelouk (XIIIe siècle) ainsi que des portions de murs du Ier siècle,  ont été trouvés. Ces derniers appartenaient certainement à un bâtiment juif car ils étaient formés de pierres plates que seuls les juifs utilisaient afin d’obéir aux lois religieuses. C’est une bâtisse que Jésus lui-même peut avoir connue et peut-être même visitée durant les trente années où il a vécu à Nazareth.

Dans la cour, une citerne souterraine ainsi qu’un cellier ont été découverts. Ils étaient destinés à stocker l’eau et la nourriture, et présentent également un grand intérêt pour les chercheurs.

Les archéologues émettent l’hypothèse que cet endroit ait pu servir de cachette souterraine et que la famille qui résidait ici ait creusée pour échapper aux soldats romains lors de la première révolte juive.

Cette découverte est très importante pour les historiens : jusqu’à une époque récente, plusieurs abris similaires avaient été retrouvés à Jérusalem et en Judée, on supposait qu’ils dataient d’une révolte plus tardive, celle menée par Bar Kokhba entre 132 et 135. La découverte de Nazareth ouvre de nouvelles perspectives : les juifs se seraient équipés pour résister aux occupants de la première révolte, même au sein des villages de Galilée. (g.s)