Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’UNICEF compte le nombre d’enfants gazaouis tombés sous les bombes israéliennes

Terrasanta.net
23 juillet 2014
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
L’UNICEF compte le nombre d’enfants gazaouis tombés sous les bombes israéliennes
Le chagrin et le désespoir face à la mort d'un enfant palestinien tué par le bombardement avec 8 autres membres de sa famille, le 21 Juillet à Rafah. (Photo: Abed Rahim Khatib/Flash90)

Dans la bande de Gaza, déjà 121 enfants ont été tués entre le 8 juillet, début des bombardements israéliens, et le 20 juillet. 80 d’entre eux étaient âgés de moins de 12 ans. Rien qu’au cours de ces deux derniers jours, 28 enfants sont morts sous les bombes, dont 20 dans le seul village de Shujaiyeh, à la périphérie de la capitale.


(c.g.) – Les bombardements sur la bande de Gaza ont laissé derrière eux un nombre impressionnant de cadavres d’enfants : il y a quelques jours, par exemple, à Shajaiyeh, en périphérie de la ville de Gaza, quatre sœurs palestiniennes ont été tuées par l’artillerie israélienne alors qu’elles étaient en compagnie de leurs grands-parents. Au cours de ce bombardement du quartier de Shajaiyeh, au moins 60 personnes ont été tuées, parmi lesquelles de nombreux civils. Au début de l’opération militaire israélienne, le 9 juillet, les parents des jeunes filles les avaient emmenées dans cette banlieue en pensant les mettre ainsi en sécurité. Un autre exemple : celui de Zakaria Ahed Bakr, jeune garçon de 10 ans. Il a été tué dans la matinée du 16 juillet, alors qu’il était en train de jouer avec ses cousins, Mohamed et Ismail, sur une plage de la bande de Gaza. Ils étaient en période de vacances scolaires. Un petit groupe d’enfants d’un village de pêcheurs qui jouaient au bord de la mer. Des tirs israéliens les ont atteints et les ont écrasés, alors qu’ils tentaient de se sauver. D’après l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour les enfants, un tiers des victimes des bombardements israéliens sur la bande de Gaza étaient mineures. 121 enfants ont été tués entre le 8 juillet, début des bombardements israéliens, et le 20 juillet. 80 d’entre eux étaient âgés de moins de 12 ans. Rien qu’au cours de ces deux derniers jours, 28 enfants sont morts sous les bombes, dont 20 dans le seul village de Shujaiyeh, à la périphérie de la capitale.

D’après un communiqué de Maan Monica Awad, porte-parole palestinienne de l’UNICEF,  72 000 enfants auraient aujourd’hui besoin, en urgence, d’un fort soutien psychologique. Malheureusement, les cinq équipes de médecins psychologues de l’UNICEF présents à Gaza ne peuvent travailler dans les conditions adéquates à la situation d’urgence, compte tenu des difficultés de déplacement imposées par l’armée israélienne. Les enfants souffrent souvent de graves troubles psychologiques, vivent dans une peur permanentes, et sont atteints de violentes crises de larmes qui les conduisent à s’accrocher maladivement à leurs parents.

Depuis le début de l’opération militaire, plus de 900 enfants ont été blessés par les bombes et par les éclats d’obus et de grenades : brûlures graves, amputations des mains et des pieds, blessures nécessitant une longue période de traitement… ce qui pourrait sans aucun doute influer sur leur vie future. D’autre part, aujourd’hui, pour beaucoup d’entre eux l’espoir d’une vie normale a été complètement anéanti : au moins 2 200 maisons ont été détruites et 100 000 personnes ont été contraintes de fuir leurs logements, pour chercher refuge dans les 69 écoles gérées par l’UNRWA (l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens) considérées comme plus sûres par la population.

Aujourd’hui à Gaza, plus d’un million deux cents mille personnes sont actuellement privées d’eau potable, et les enfants sont les premières victimes de cette terrible crise.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici