Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’Eglise chaldéenne réunie en Synode extraordinaire à Bagdad

Terresainte.net
11 février 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
L’Eglise chaldéenne réunie en Synode extraordinaire à Bagdad
Les chaldéens appellent à l'unité derrière leurs couleurs

Samedi 7 février, l’Eglise chaldéenne était réunie en Synode à Bagdad. Convoqué par son Patriarche Mgr. Sako, celui-ci devait régler plusieurs questions épineuses, notamment celle de l’exode des prêtres irakiens. Plusieurs mesures ont été annoncées.


(Jérusalem/n.k.) C’est peu dire qu’il était attendu. Samedi 7 février, à Bagdad, s’est tenu un synode extraordinaire réunissant les responsables de l’Eglise chaldéenne catholique. Convoqué par son Patriarche, Mgr. Louis Raphaël Ier Sako, celui-ci a tenu à mettre à l’ordre du jour différentes questions plus ou moins épineuses. Cette importante réunion a lieu au lendemain de l’ordination de deux nouveaux évêques chaldéens, Emmanuel Shalita pour le Canada, et Basileus Yaldo comme auxiliaire de Mgr. Sako.

Le premier objectif du Synode était d’apporter une solution à un problème que traverse depuis plusieurs mois l’Eglise chaldéenne. Majoritairement présente en Irak et en Syrie – territoires aujourd’hui ravagés par le prétendu Etat islamique-, la communauté chaldéenne est confrontée au dilemme de l’exil. Face aux persécutions de masse opérées par les islamistes, les chrétiens sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter leur pays natal, également berceau de leur Eglise.La question se pose avec d’autant plus d’acuité pour les pasteurs de ces communautés. Pour les chaldéens, le problème est grave, et secoue depuis quelques mois l’unité de leur Eglise. L’année dernière, le Patriarche avait adopté un décret disciplinaire sanctionnant les prêtres qui choisiraient l’exil.

Et ces dernières années, pas moins de quatorze prêtres ont été suspendus pour avoir rejoint les Etats-Unis, abandonnant l’Irak. « Douze étaient partis depuis plusieurs années, la plupart pendant le Patriarcat de mon prédécesseur, mais deux sont partis plus récemment » confirme Mgr. Sako. Celui-ci ne mâche pas ses mots : « Ils ont dit qu’ils étaient menacés. Mais ce n’est pas vrai. Il n’y a pas de menaces contre ces prêtres en particuliers. Et s’ils risquent une mort certaine en rentrant en Irak, pourquoi sommes-nous encore en vie, nous qui y vivons ? Leur départ encourage leurs fidèles à partir ». Le Synode extraordinaire a donc tenté de ramener l’unité dans cette Eglise qui, face à la persécution, a plus que jamais de cohésion.

« Les Pères du Synode ont considéré ce qui s’est passé au diocèse à l’ouest des États-Unis. Ils ont exprimé leur profond regret pour la non-collaboration et l’absence de réponse de son évêque et de certains des prêtres, à l’égard des exigences des canons ecclésiastiques et des appels du Patriarcat, afin de promouvoir l’unité et la communion » précise le communiqué.  En guise de conclusion, les responsables chaldéens ont appelé « les fidèles du diocèse américain à s’en tenir aux principes fondamentaux de leur foi, et à être fidèles à leur Église chaldéenne, ainsi qu’à donner la priorité à la sagesse et à l’amour ».

L’assemblée synodale a souhaité réitérer ses appels pressants aux autorités irakiennes pour que des mesures soient prises contre Daesh. Ces mesures : éradiquer l’Etat islamique et libérer les territoires occupés mais aussi allouer des fonds pour aider les familles à revenir dans leur maison.

Vieux projet porté par Mgr. Sako, une « Ligue chaldéenne » sera créée, sous forme d’organisation civile et autonome, gérée par des laïcs. Cette ligue sera en charge des affaires politiques, culturelles et sociales liées aux communautés chaldéennes. Ce sera également un outil de lobbying auprès des différents acteurs internationaux.

Enfin, l’assemblée synodale a annoncé l’instauration d’une journée commémorative pour les chaldéens massacrés au cours de l’histoire.  L’annonce n’est pas choisie au hasard, puisque l’année 2015 marque le centenaire du génocide des arméniens, et d’un très grand nombre d’assyro-chaldéens. Désormais, le vendredi suivant le dimanche de Pâques sera nommé « vendredi des martyrs et des confesseurs de la foi », et permettra de commémorer les chaldéens persécutés pour leur foi.

Actuellement, on estime à près de 130 000 le nombre de chrétiens chassés de Mossoul et de la plaine de Ninive. Ceux-ci sont aujourd’hui réunis dans des conditions précaires au Kurdistan irakien.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici