Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

50 millions pour mettre fin à la grève des écoles chrétiennes en Israël ?

Terresainte.net
18 septembre 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
50 millions pour mettre fin à la grève des écoles chrétiennes en Israël ?
Avec la question financière, c'est aussi l'égalité dans la citoyenneté qui est réclamée par les grévistes et leurs soutiens ©Flash90

Les quarante sept écoles chrétiennes, en grève illimitée depuis le début de l'année scolaire, ont rejeté l'accord proposé jeudi 17 septembre par le Gouvernement  israélien et ont reconduit la grève. La feuille de route du gouvernement pour résoudre le conflit n’a pas été approuvée par les parents qui sont largement consultés et tenus informés sur les réseaux sociaux.


(Jérusalem/n.h) – Les quarante sept écoles chrétiennes, en grève illimitée depuis le début de l’année scolaire, ont rejeté l’accord proposé jeudi 17 septembre par le Gouvernement  israélien et ont reconduit la grève.

Le conflit qui les oppose le comité des Ecoles chrétiennes en Israël à leur ministère de tutelle, conduit par Naftali Benett , s’énonce simplement. Ces écoles réclament un subventionnement équivalent à celui des écoles juives de même statut à savoir « non officiel mais reconnu ». Tandis que ces dernières perçoivent jusqu’à plus de 100%, les écoles chrétiennes ont vu, depuis 5 ans environ, leurs subventions réduites de 70%. Les négociations pour résoudre la crise se sont heurtées à un mur.

En effet, le gouvernement a proposé 50 millions de shekels pour mettre fin à la grève, soit 25% de la somme revendiquée par ces écoles (200 millions). Les mots-dièse (hashtag) en arabe et hébreu sur les réseaux sociaux relayaient des messages de soutient: « Nous avons une longue haleine, n’acceptez pas le peu qu’on vous propose » ou « justice et non aumône ». Les 33 000 étudiants, 3000 professeurs, et les citoyens arabes Israéliens de Galilée suivent la crise de près.

Boutros Mansour, le directeur général de l’école baptiste de Nazareth a transmis hier via un enregistrement vocal la feuille de route proposée par le gouvernent. Celle-ci était une ébauche. Elle a été étudiée puis soumise à un vote.

L’accord proposé par le ministère se déclinait comme suit :

– 50 millions de shekels en un seul versement pour un an

– 7,5 millions de shekels annuellement pour le développement et l’amélioration des écoles

– création d’un comité paritaire entre le ministère des Finances et le Secrétariat général des Écoles chrétiennes en vue de négociations sur une période de trois mois afin de soumettre les recommandations finales.

– compensation des jours de grève

La réponse écrite de nombreux parents ne tarda pas à venir exprimant leur refus catégorique de la proposition et une ferme volonté de poursuivre la grève jusqu’à l’obtention de tous leurs droits et la fin de la discriminations entre citoyens israéliens arabes et juifs. Les sondages sur de nombreux groupes Facebook montrent qu’une grande majorité est en faveur de la poursuite de la grève. Nombreux étaient les commentaires qui qualifiaient la proposition de « miettes ».  

Ces écoles sont connues pour leur réussite et leur contribution au sein de la société arabe en Israël et au-delà, dans les domaines de la technologie, de la médecine et du droit. La plupart ont été fondées avant la création de l’Etat d’Israël et pallient les carences du Ministère de l’Education comme les échecs du Gouvernement au sein de l’éducation arabe en Israël.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici