Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Quand les familles endeuillées dépassent leur désir de revanche

Hélène Morlet
11 octobre 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Quand les familles endeuillées dépassent leur désir de revanche

Voici un livre sorti le 8 octobre en France. Il traite de la violence entre Israéliens et Palestiniens à laquelle pourtant il apporte sinon une solution du moins une autre issue, vers le haut. Terre Sainte Magazine vous fait découvrir le livre de témoignages recueillis par Anne Guion : Nos larmes ont la même couleur. Un témoignage urgent et nécessaire.


(Jérusalem) – C’est dans un contexte très tendu en Israël-Palestine que sort en France le livre Nos larmes ont la même couleur, aux éditions du Cherche-Midi. Alors que les attaques se multiplient depuis quelques jours, et que plusieurs morts sont à déplorer, ce livre met en lumière des familles endeuillées ayant dépassé leur désir de vengeance pour travailler à la paix. Ecrit par la journaliste française Anne Guion, il témoigne de l’expérience de deux mères dont chacune a un fils mort à cause du conflit. Leur particularité ? L’une, Robi Damelin, est israélienne, et l’autre, Bushra Awad, est palestinienne. Elles se sont rencontrées grâce à l’association Le Cercle des parents – Forum des familles (CP-FF) et sont devenues amies.

Créée par Yitzhak Frankenthal et Roni Hirshenson en 1994, l’association CP-FF éclot dans le contexte des Accords d’Oslo. La droite nationaliste et les colons dénoncent alors le processus de paix en utilisant alors les morts pour appuyer leurs propos. Les deux Israéliens décident donc de faire entendre la voix des familles endeuillées désirant la paix. Peu à peu, ils incluent des familles palestiniennes, d’abord à Gaza puis en Cisjordanie, et l’association devient finalement « binationale » en 2003, avec un bureau dans la banlieue de Tel Aviv et un autre à Beit Jala en Cisjordanie. Elle dénonce la réalité de l’occupation et ses effets dévastateurs pour l’avenir de la région.

S’appuyant sur des chiffres et des études pour montrer la réalité du conflit israélo-palestinien, le livre est avant tout le témoignage de deux femmes. A travers leurs yeux et leurs vies, on découvre l’angoisse de toutes les mères de la région, jusqu’au moment où le pire arrive et qu’on leur annonce la mort d’un de leurs enfants.  On les accompagne dans leur rencontre, dans leur chemin avec l’association, dans leurs rencontres avec de nouvelles familles endeuillées. On s’aperçoit des préjugés, des tensions et puis on assiste, avec certains, à la découverte de l’Autre et à l’apparition d’une empathie pour l’ennemi de toujours.

Anne Guion en est persuadée : « Au-delà du conflit, le mur le plus haut n’est pas celui qui sépare Israéliens et Palestiniens, mais celui qui se dresse entre ceux qui, dans les deux camps, sont tentés par le chaos – sans doute une majorité aujourd’hui, menés par des leaders qui gouvernent par la peur – et les autres : ceux qui résistent. Une minorité peut-être, mais agissante. » Ce livre tombe à pic pour nous rappeler que certains se battent inlassablement pour la paix et la justice malgré les souffrances vécues.

L’auteur développe aussi les exemples d’autres associations pacifiques israélo-palestiniennes. Elle nourrit aussi les analyses avec l’exemple de l’Afrique du Sud, dont Robi Damelin est originaire. Comment ont-ils géré l’après apartheid, peut-on s’inspirer de la Commission vérité et réconciliation, comment éviter la guerre civile entre peuples ennemis…

En plus des rencontres entre familles endeuillées, le Cercle des parents – Forum des familles a d’autres activités. Le Narrative Project a pour but de faire découvrir à chaque camp le passé et les souffrances de l’autre, principalement la Shoah et la Nakba. Ils veulent faire prendre conscience de ces traumatismes collectifs pour ainsi susciter l’empathie et la volonté de paix.

La Peace Square, ou place de la paix, a quant à elle été installée pour la première fois en juillet 2014 pendant la guerre de Gaza. Cette tente se veut un point de rencontre et de dialogue, tous les dimanches soirs devant la cinémathèque de Tel Aviv. Dons du sang israélo-palestiniens pour sauver des vies des deux côtés, page Facebook « Crack in the wall« , rencontres dans les écoles… les membres de l’association ne manquent pas d’idées et persistent, malgré les obstacles.

« Nous ne voulons pas de vous ici. » Cette phrase, trop souvent répétée par les Palestiniens et les Israéliens en parlant de l’autre peuple, a été reprise dans une vidéo saisissante du PC-FF. « Nous ne voulons pas de vous ici… dans ce groupe de familles anéanties par le conflit ».

Un vœu que de Jérusalem nous formulons nous répétons à notre tour.

Voir la vidéo Vidéo du PC-FF cliquez ici 

Site de l’association : Le Cercle des parents – Forum des familles (CP-FF)  

Titre : Nos larmes ont la même couleur

Auteur : Anne Guion

Broché: 160 pages

Editeur : Le Cherche Midi (8 octobre 2015)

Collection : Pour un monde meilleur

ISBN-10: 2749143403

ISBN-13: 978-2749143408

—-

L’Institut du Monde Arabe et le cherche midi vous invitent, pour la sortie du livre Nos larmes ont la même couleur, dans la collection « Pour un Monde Meilleur », dirigée par Frédéric Koskas, à une Rencontre pour la paix, le mercredi 14 octobre 2015 de 10h à 13h, à l’Institut du monde arabe, dans la salle du Haut-Conseil, avec les auteurs du livre :

> la Palestinienne Bushra Awad et l’Israélienne Robi Damelin ;

> Anne Guion, journaliste à La Vie.

Modérateur : Jean-Claude Petit (journaliste et président du réseau Chrétiens de la Méditerranée).

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici