Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Toujours sans nouvelle du frère Dhiya Azziz, disparu en Syrie il y a quelques jours

Terrasanta.net
28 décembre 2015
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Toujours sans nouvelle du frère Dhiya Azziz, disparu en Syrie il y a quelques jours
Église de la Sainte Famille, Gaza. (Photo: Abed Rahim Khatib / Flash90)

"Nous avons perdu le contact avec le frère Dhiya, le 23 décembre, alors qu’il était en voyage entre la ville de Lattaquié et le village de Yacoubieh, sa paroisse qu’il regagnait ; jusqu'à présent nous ne savons rien...". C’est la voix, remplie d’appréhension, de Mgr. George Abou Khazen - vicaire apostolique latin d'Alep – qui nous est arrivée par téléphone alors que nous demandions des nouvelles du frère Dhiya Azziz, frère de la Custodie de Terre Sainte d'origine irakienne, duquel nous sommes sans nouvelle depuis l’avant-veille de Noël.


(Cg) – « Nous avons perdu le contact avec le frère Dhiya, le 23 décembre, alors qu’il était en voyage entre la ville de Lattaquié et le village de Yacoubieh, sa paroisse qu’il regagnait ; jusqu’à présent, nous ne savons rien…« . C’est la voix, remplie d’appréhension, de Mgr. George Abou Khazen – vicaire apostolique latin d’Alep – qui nous est arrivée par téléphone alors que nous demandions des nouvelles du frère Dhiya Azziz, frère de la Custodie de Terre Sainte d’origine irakienne, duquel nous sommes sans nouvelle depuis l’avant-veille de Noël. Selon la Custodie, qui a décidé de rendre publique sa disparition après quelques jours, le père Azziz a été enlevé par des fondamentalistes islamiques alors qu’il revenait d’un voyage en Turquie où il avait rendu visite à sa famille réfugiée après l’avancée de l’État islamique à Qaraqosh. C’est la deuxième fois en quelques mois que le prêtre subit un enlèvement. La première fois ce fut en juillet, mais à cette occasion le frère Dhiya avait réussi à échapper aux mains de ses ravisseurs après quelques jours seulement.

Le village de Yacoubieh (de la province d’Idlib, district de Jisr al-Chougour) où se trouve la paroisse du frère Dhiya, est situé dans une zone qui se trouve depuis plusieurs mois aux mains des hommes d’Al Nusra. Le village est à seulement 80 kilomètres de Lattaquié, une ville côtière sous contrôle du gouvernement, mais dont la principale route est dorénavant dangereuse en raison des violents affrontements entre l’armée et les rebelles. C’est pour cette raison que le taxi collectif qu’a pris le frère Azziz doit avoir suivi un autre chemin, considéré comme plus sûr : « Nous connaissons le chauffeur de taxi car il est le seul à faire ce chemin entre Lattaquié et Yacoubieh – déclare Mgr. Abu Khazen -. Il a probablement choisi d’aller vers le sud en direction de Hama, mais sans pour autant atteindre Hama, coupant vers le nord avant de l’atteindre ».

Frère Dhiya est né à Mossoul, l’antique Ninive, en Irak, le 10 janvier 1974. Il a interrompu ses études universitaires en médecine pour embrasser la vie religieuse des Frères Mineurs. Après sa première profession le 1er avril 2002, il a déménagé en Egypte en 2003 où il est resté pendant plusieurs années. En 2010, il fut envoyé à Amman et demanda ensuite son transfert en Syrie à Lattaquié. Il s’est ensuite rendu disponible pour aider la communauté de Yacoubieh, dans la région de l’Oronte, devenue particulièrement dangereuse parce que tombée sous le contrôle de la coalition des rebelles Jaish al-Fatah.

Il est aujourd’hui l’unique frère de la paroisse de Yacoubieh qui a passé Noël sans prêtre. Dans le village voisin, Knayeh, demeure encore entre le frère Hanna Jallouf, prêtre de la Custodie – lui aussi victime d’un enlèvement qui a pris fin avec sa libération en octobre 2014. Les chrétiens restant dans les villages de Yacoubieh et Knayeh sont au nombre d’environ 700.

« Priez pour nous – demande Mgr. Abou Khazen -. Ici à Alep la ville a été bombardée la veille de Noël jusqu’à une heure avant la messe, pour des raisons de sécurité nous avons célébré à cinq heures du soir. En raison du bombardement nous avions peur que les gens ne viennent pas… Mais ils sont tous venus, l’église était pleine. No fidèles ont vraiment été formidables ».