Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Mohamed al-Khatib le palestinien et son rêve olympique

Terresainte.net
12 février 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Mohamed al-Khatib le palestinien et son rêve olympique
Mohamed al-Khatib, 25 ans, originaire d'Hébron, à l'entraînement. ©D.R.

Mohamed al-Khatib, 25 ans, originaire d'Hébron, est préparateur physique et professeur de yoga. Il s’est lancé un défi : se qualifier au 100m et 200m pour les jeux olympiques d’été du Brésil en août prochain. Ce sera la 6e fois que la Palestine enverra une délégation. Avec un record à la clé cette année. La différence avec Mohamed al-Khatib ? Il n’attend pas qu’on salue sa participation après coup, il entend être soutenu tout au long du parcours.


(Jérusalem/N.H.) – Mohamed al-Khatib, 25 ans, originaire d’Hébron, est préparateur physique et professeur de yoga. Si sa journée commence au lever du soleil c’est qu’il s’est lancé un défi et nourrit un espoir : participer aux Jeux olympiques au Brésil, et plus précisément aux épreuves d’athlétisme des 100 mètres et 200 mètres.

Le 5 août 2016, ce pourrait le jour J. Mais avant cela Khatib doit franchir plusieurs obstacles. Le premier parmi tant d’autres c’est celui de la qualification. Pour cela soit il doit suivre un programme de formation olympique, soit il se qualifie lors de courses organisées par le Comité olympique palestinien.

A défaut de structures convaincantes en Palestine, Mohamed préfère la formation. « Le projet est toujours d’actualité. J’irai à Houston au Texas pour me former pendant trois mois. Espérons que ce sera la première étape pour la qualification » a-t-il expliqué. Entre temps, il devait lever près de 10 000 dollars pour payer le coût des entrainements. Aussi, Khatib et ses amis ont lancé une campagne de micro-financement pour réunir les fonds nécessaires. Elle s’achèvera fin février et a dépassé leurs attentes puisque le résultat est non seulement atteint mais dépassé.

Le jeune hébronite n’est pas étranger aux défis. Ayant grandi, dans le sud de la Cisjordanie, il connait les difficultés de l’une des régions les plus instables de Palestine. « À un jeune âge, je voyais mon père se faire harceler par les soldats [israéliens]. Je me souviens avoir vu des soldats venir quotidiennement, fouiller notre maison ; ils nous mettaient dans une seule chambre. Je ne comprenais pas ce qui se passait, j’avais 5 ans » a-t-il confié.

À 16 ans, Khatib séjourne un an à Washington comme étudiant étranger. Il commence à faire du sport, notamment du football américain. Il a fallu attendre les Jeux olympiques de 2012 pour que l’idée des Jeux puisse germer dans son esprit. « Une nageuse lituanienne avait gagnée une médaille d’or, elle avait 15 ans. Je me suis dis que, si elle pouvait gagner une médaille olympique, qu’est-ce qui me retenait de faire de même ? D’ailleurs, qu’est-ce qui empêche quiconque de décrocher n’importe quelle médaille ? ». Un an plus tard, lorsque Mohammed Assaf, le chanteur palestinien de Gaza, a remporté le concours de chant « Arab Idol », Khatib décide de commencer les entrainements. « Imaginez une victoire palestinienne au niveau international aux Jeux olympiques, a-t-il dit. Un mois plus tard, j’étais devant YouTube, pour regarder des séances d’entraînements de sprint. »

Aujourd’hui le sportif s’entraine dans des conditions minimales, avec la rudimentaire structure à sa disposition. Selon lui, participer aux Jeux olympiques est bien plus qu’un objectif personnel. C’est une dynamique qu’il veut mettre en oeuvre toute sa vie et qu’il souhaite à l’ensemble du peuple palestinien.

« Une des choses que je remarque est que nous [les Palestiniens] nous disons que nous ne pourrons jamais réussir parce que… nous sommes Arabes ou parce que nous sommes musulmans ou parce que nous sommes sous occupation. J’entends cela dans la bouche de nombreux Palestiniens dans les rues. Cela n’a pas de sens. Non, je vais prouver que nous pouvons réussir. Il y a de l’espoir. Il ne faut pas réprimer nos énergies et recycler la même mentalité sans cesse ; construisons un paradis de la Palestine. »

Dans le domaine sportif, Mohamed n’est tout de même pas le seul à y croire. La Palestine participe aux Jeux olympiques d’été depuis 1996. Elle était représentée à Londres en 2012 par cinq compétiteurs.

En athlétisme Bahha Al Farra a concouru sur 400m chez les hommes, tandis que Woroud Sawalha, porte drapeau de la délégation, participait au 800m féminin. Maher Abu Remeleh est arrivé en 1/16e de final au Judo dans la catégorie masculine des moins de 73 kilos. Les deux derniers athlètes était des nageurs. Ahmed Gebrel au 400m nage libre et Sabine Hazboun au 50m nage libre.

Quoiqu’il en soit de leurs résultats, le succès de tous fut de participer. Un objectif déjà difficile à atteindre quand on connait le manque d’infrastructures sportives en Palestine.

En 2016, d’après un représentant du le Comité olympique palestinien, la délégation palestinienne pourrait présenter le nombre record de 8 à 10 sportifs. Mais la période des qualifications n’est pas terminée et la liste ne sera définitivement établie que dans deux à trois mois.

Mohamed en attendant enchaîne les tours de piste à la poursuite de son rêve.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici