Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le chemin de croix d’hier pour les pèlerins d’aujourd’hui

Marie-Armelle Beaulieu
18 mars 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Au XVIIIe siècle les franciscains de la Custodie répondaient à la dévotion européenne en instituant à Jérusalem le chemin de croix dans les rues de la vieille ville (voir article page 32 du dossier). Au XXe, ils inaugurent une salle multimédia pour les préparer à vivre cette même expérience.


De nombreux groupes de pèlerins se pressent dans les rues de la vieille ville de Jérusalem pour vivre le chemin de croix. Une expérience aussi forte que déconcertante quand il s’agit de la vivre dans les ruelles d’une ville où une population bigarrée s’affaire à vivre son quotidien.

Ici il faut laisser passer un tracteur, là un marchand d’icônes harangue les pèlerins, plus loin un triporteur se fraye rudement un chemin parmi les clients du marchand d’épices. Il n’est pas toujours facile de se concentrer quand le groupe est bousculé par des habitants désireux de se rendre au plus vite d’un point à un autre. Si certains pèlerins se servent de cette vie quotidienne en imaginant la foule plus ou moins hostile autour de Jésus alors même qu’il portait sa croix, d’autres sont déroutés.

C’est pourquoi les franciscains ont intégré au projet Terra Sancta Museum (voir encadré: zoom) une salle consacrée au chemin de croix, à son histoire, à sa géographie à l’expérience spirituelle qu’il représente.

Voyage dans le temps

Située à la seconde station, dans le couvent de la Flagellation, une salle multimédia sera donc désormais ouverte. Capable d’accueillir des groupes de 50 personnes, elle sera le lieu de projection et animation d’un film de 15 minutes en trois parties. Intitulé Via Dolorosa la présentation est disponible en huit langues pour satisfaire aussi bien un public local qu’international.

Cette animation offrira un voyage dans le temps dans l’histoire de Jérusalem. Des rues parcourues par Jésus à celles d’aujourd’hui. En revenant à la source, le visiteur pourra ainsi mieux comprendre l’évolution urbaine de la ville sainte. Mais il pourra aussi, en écoutant les témoignages des antiques pèlerins, s’inscrire à son tour dans la tradition de cette prière ancestrale et qui prend à Jérusalem dans la pédagogie d’un pèlerinage un relief saisissant.


Le projet Terra Sancta Museum

Le Terra Sancta Museum a pour ambition de faire connaître au monde les racines du christianisme et l’histoire de la présence chrétienne en Terre Sainte. Il le fera en exposant les extraordinaires collections archéologiques, historiques et artistiques des Franciscains de Terre Sainte.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est très important de faire connaître au monde entier l’histoire de la présence chrétienne en Terre Sainte, pour favoriser la prise de conscience de nos racines, pour contribuer à l’unité de la “famille humaine” et pour diffuser dans le monde un message de paix. Le Terra Sancta Museum vise également à promouvoir le dialogue entre les différentes fois et cultures à travers un musée moderne et dynamique qui racontera l’histoire de cette terre fascinante sur laquelle se trament, de façon mystérieuse et depuis des millénaires, les destins de nombreux peuples qui cohabitent dans les lieux sacrés des trois grandes religions monothéistes.

Visitez le site du projet : www.terrasanctamuseum.org

Informations pratiques

Ouverture tous les jours de 8 heures à 17 heures.

Pour les groupes. Le bureau de votre agence local pourra réserver via le Christian Information Center (CIC) porte de Jaffa. Le prix est alors de 10 shekels (2,5 euros) par personne.

Les groupes (5 personnes et plus) dont les agences ne sont pas enregistrées au CIC pourront réserver un jour et horaire de passage via le site www.terrasanctamuseum.org
Le prix sera de 15 shekels par personne.

Pour les visiteurs individuels, ils pourront tenter leur chance en arrivant à la Flagellation. Prix sur place le ticket est de 15 shekels par personne.

Dernière mise à jour: 07/01/2024 00:05

Mélinée Le Priol

Ossama Hamdan, des mosaïques pour la Palestine de demain

Cet architecte palestinien de 56 ans a mené de nombreux projets de conservation en Terre Sainte. Ce qui compte le plus pour lui, sont pas tant les vieilles pierres que les hommes qui continuent de vivre à proximité.

Marie-Armelle Beaulieu

Les archives historiques préparent leur avenir

C’est le "saint des saints" de la Custodie. Il y est plus difficile d’y entrer que de pénétrer dans le bureau du custode. Ce sont les archives historiques de la Custodie.

Kursi, une guérison et des cochons
Claire Burkel

Kursi, une guérison et des cochons

Un site ancien mais exhumé dans les années 1970. Il ne concerne qu’un seul passage d’évangile. Il a beau être de petite taille on peut néanmoins lui accoler un superlatif : c’est le plus grand ensemble monastique de l’âge byzantin en Terre Sainte.

Marie-Armelle Beaulieu

Fini les trous de mémoire

Oser la paix  au sud Liban
Émilie Rey

Oser la paix au sud Liban

Aujourd’hui complètement hermétique, la frontière entre Israël et le Liban matérialise la nature fermée des relations entre les deux peuples depuis 50 ans. Terre Sainte Magazine vous emmène à la découverte d’un lieu unique au Liban où l’on prie pour la réconciliation des enfants d’Abraham.

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles
Thomas Duclert

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles

La Via Dolorosa est le chemin qu’aurait parcouru Jésus entre le lieu du jugement par Pilate et la crucifixion. C’est un lieu de dévotion majeur pour les pèlerins qui peuvent marcher avec le Christ et revivre dans la foi les dernières heures de sa Passion. Entre tradition, foi et archéologie, l’histoire sinueuse et méconnue de ce parcours vaut le détour.

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate
Thomas Duclert

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate

Janvier 2015, à grand renfort de communication, Amit Re’em, archéologue des Antiquités israéliennes annonce avoir découvert le prétoire où Pilate condamna Jésus. Le chemin de croix est-il remis en question quand la découverte se situe porte de Jaffa à l’opposé de la première station ?

Via Dolorosa, entre foi et archéologie
Thomas Duclert

Via Dolorosa, entre foi et archéologie

Le frère Eugenio Alliata est archéologue, professeur au Studium Biblicum Franciscanum et est directeur du musée de la Flagellation à Jérusalem. Guide lors des excursions des étudiants de l’école, nous lui avons demandé ses lumières sur la Via Dolorosa, le chemin de croix de Jérusalem.

La grande communion des saints
Frans Bouwen, m.afr.

La grande communion des saints

Où l’on apprend que dans le passé, ceux qui voulaient faire connaître ce que la foi dans son unité intrinsèque proclame n’ont pas hésité à faire des péchés véniels.