Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La Knesset supprimera-t-elle l’appel à la prière musulmane ?

Nizar Halloun
14 novembre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
La Knesset supprimera-t-elle l’appel à la prière musulmane ?
Une mosquée au coucher soleil à Jaffa © Esther Rubian/Flash90

Le Comité ministériel israélien aux affaires législatives a approuvé le projet de loi interdisant l'appel à la prière musulmane diffusé par des hauts parleurs et chanté par des muezzins.


(Jérusalem/NH) – Quiconque a visité Jérusalem aura apprécié écouter l’appel musulman à la prière répandu sur les toits de la Vieille ville. C’est, avec le sons des cloches des églises et celui qui invite au shabbat ou le son du shofar juifs, l’une des expériences essentielles de la ville.

Lors d’une réunion ministérielle tenue dimanche, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré que le comité devait « examiner un projet de loi visant à limiter l’ampleur du bruit des systèmes de sonorisation des mosquées en Israël ». Les citoyens palestiniens d’Israël ont exprimé leurs craintes que cette législation ne soit une grave violation de la liberté de religion.

L’appel à la prière musulmane, « adhan » en arabe, est lancé cinq fois par jour dans les mosquées ou les centres islamiques et souvent amplifié à l’aide de haut-parleurs.

« Le projet de loi présente une vision du monde selon laquelle la liberté de religion ne doit pas prendre le pas sur la qualité de vie et propose d’interdire aux lieux de culte d’utiliser des haut-parleurs pour appeler des fidèles ou diffuser des déclarations religieuses ou nationalistes, et parfois des incitations à la violence », avait déclaré Motti Yogev, du parti Foyer juif, à l’initiative du projet de loi. À présent, la proposition va être soumise au Parlement pour une lecture préliminaire, après quoi il retournera à la Knesset pour poursuivre le processus législatif.

« Je ne peux pas compter le nombre de fois où les citoyens se sont tournés vers moi de toutes les parties de la société israélienne, de toutes les religions, pour porter plaintes contre le bruit et les souffrances causées par le bruit excessif issu des maisons de prière», a déclaré Netanyahou.

« Israël est un pays qui respecte la liberté de religion pour toutes les religions. Cependant, Israël est également engagé à défendre ceux qui souffrent de l’intensité du bruit excessif de ces appels . Je soutiens la législation et son application dans l’État d’Israël,» a-t-il ajouté.

Alors que Netanyahou a utilisé le terme non-confessionnel « maisons de prière », la question de l’appel à la prière musulmane est sous entendue, mais pourrait également cibler dans le futur le son des cloches des églises. Le projet a été sous les feux de la rampe au cours des dernières semaines, mais il avait déjà été présenté en 2011.

Des Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne ont critiqué le projet le qualifiant de discriminant.

« Si ce projet de loi devait être adopté, ce serait dévastateur pour la démocratie dans cet État », a déclaré Samir Assi, imam de la mosquée al-Jazzar à Saint-Jean-Acre. Ajoutant qu’un tel projet de loi causerait une « dégradation des relations entre les citoyens arabes et juifs » d’Israël.

Ahmad Tibi, de la Liste arabe unifiée, a souligné que le projet de loi était la dernière d’une série de « tentatives de nuire aux sentiments des musulmans, sous le prétexte de prévenir le bruit ». Conseillant aux partisans du projet de « cesser leurs provocations ». Issawi Freij, du parti Meretz, a qualifié le mouvement d’« antisémite », affirmant qu’il n’était pas motivé par des préoccupations sonores, mais plutôt un sentiment anti-musulman, populaire dans la coalition actuelle.

Pendant ce temps, Adnan al-Husseini, le gouverneur de Jérusalem nommé par l’Autorité palestinienne, a déclaré que le son de l’appel à la prière ne dépassait pas d’un trait le décibel convenu. Ajoutant que les colons israéliens ne sont pas gênés par le bruit, mais par l’appel à la prière qui rappel la présence palestinienne à Jérusalem.

Hatem Abd Al-Qader, un responsable du Fatah chargé des affaires de Jérusalem, a déclaré que la protestation des colons israéliens contre l’« adhan » survient au milieu des violations constantes et des raids de la mosquée Al-Aqsa et la démolition des tombes musulmanes à Jérusalem. Selon lui, ces mesures font partie d’un plan israélien plus large visant à détruire les identités musulmane et chrétienne palestiniennes de Jérusalem et à les remplacer par une empreinte juive, visant à transformer le conflit politique en un conflit religieux.

Thabet Abu Rass, coprésident de « Abraham Fund Initiative », s’est également opposé au projet de loi mais semble accepter l’affirmation de Yogev selon laquelle les haut-parleurs sont gênants et injustes. Néanmoins, il a pris l’exemple de Jaffa, ville aujourd’hui mixte, comme un exemple de dialogue. «Personne n’a légiféré sur la question à Jaffa, mais les résidents ont réussi à trouver un terrain d’entente par eux-mêmes, par le dialogue », a déclaré Abu Rass, expliquant que le dialogue était la meilleure manière d’aborder la question, plutôt que d’imposer une la législation unilatérale.

—-

En septembre 2013, Terre Sainte Magazine consacrait un dossier sur le Muezzin et l’appel à la prière. Vous pouvez demander ce numéro en écrivant à mab@terresainte.net

—-

Paroles de l’Adhan

1. Allahou Akbar

Dieu est grand (4 fois)

2. Achhadu an la ilaha illallah Achhadu ana Muhammadan Rasoulullah,

Je proclame qu’il n’y a pas de Dieu en dehors de Dieu

J’atteste que Muhammad est l’envoyé de Dieu.(Une fois à voix haute, une fois à voix basse)

3. Hayya ‘ala s-Salah, Hayya ‘ala s-Salah,

Accourez à la prière (2 fois)

4. Hayya ‘ala-l-falah, Hayya ‘ala-l-falah,

Accourez au salut (2 fois)À l’aube :

As sallâtu khayrun min an-nawm, as salâtukhayrun min an-nawm

La prière vaut mieux que le sommeil

5. Allahou Akbar

Dieu est grand (2 fois)

6. La ilaha illallah

Il n’y a pas de Dieu en dehors de Dieu

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici