Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Israël : un hôpital de campagne pour les victimes de Syrie

Christophe Lafontaine
20 juillet 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Israël : un hôpital de campagne pour les victimes de Syrie
Clôture qui sépare le plateau du Golan annexé par Israël de la Syrie

Israël envisage d’établir un hôpital le long de la ligne de démarcation avec la Syrie pour soigner des malades et des blessés du conflit dans ce pays. Annonce fut faite mercredi 19 juillet par un officier israélien.


« 70% des docteurs en Syrie ont fui le pays et 75% des installations médicales ne fonctionnent plus », rapporte la chaîne israélienne i24news. Israël qui partage en son nord une frontière avec la Syrie – les deux pays étant techniquement en guerre – a déjà soigné plus de 3 000 blessés au cours des combats depuis le début du conflit syrien en 2011. Tout en assurant ne pas poser de question pour savoir s’il s’agissait de combattants ou de civils, souligne l’AFP. Cependant, aucun traitement médical n’est accordé par Israël aux jihadistes de l’EI ou d’al-Nosra, a précisé un haut-gradé à i24NEWS. A noter que les femmes et les enfants représentent environ un tiers de personnes soignées.

Plusieurs ONG (IFA, We Cannot Be Silent Anymore, Centre Peres pour la paix, Friendship Unlimited, Combat Genocide, Just Beyond Our Border) ont demandé et obtenu la création d’un centre médical de jour à la frontière. De fait, l’armée israélienne a annoncé hier mercredi vouloir établir un hôpital de campagne qui pourra traiter 50 personnes par jour dans la province de Quneitra, en territoire syrien. L’hôpital sera géré par une ONG, dont le nom n’a pas encore été donné. En revanche, la sécurité de l’établissement de santé sera assurée par l’armée israélienne. Par ailleurs, c’est l’Etat hébreu qui a fourni les matériaux de construction et les installations médicales, tandis que les habitants de la région ont construit le site, a indiqué Tsahal.

L’ouverture devrait se faire dans quelques semaines. L’hôpital sera relié directement à la frontière, dans une zone fermée sur le sol israélien, afin de permettre aux Syriens d’y accéder à pied. Il devrait être implanté du côté syrien de la clôture, mais du côté israélien de la ligne de démarcation sur le plateau du Golan conquis par Israël en 1967, a indiqué le lieutenant colonel Tomer Koler lors d’une conférence téléphonique. Pour information, la clôture de sécurité établie par Israël ne suit pas exactement le tracé de la ligne de démarcation. Ainsi, des soins médicaux de base y seront fournis toute la journée, et les patients retourneront en territoire syrien avant la tombée de la nuit. Les cas les plus graves seront transférés vers les hôpitaux de Safed et Nahariya, dans le nord d’Israël, comme c’est actuellement le cas, rappelle i24news.

Ce n’est pas la première fois que l’Etat hébreu – qui n’est pas partie prenante dans la guerre en Syrie – s’engage de cette manière-là dans l’aide apportée aux syriens. En 2013, Israël avait déjà ouvert un hôpital dans ce secteur qui a été ensuite fermé en 2016.


Opération « bon voisinage »

Devant l’enlisement de la guerre civile syrienne qui a commencé en 2011, l’Etat hébreu a commencé à porter assistance aux civils du pays en février 2013, avant de considérablement développer son aide depuis juin 2016 avec la mise en place d’un programme militaire d’assistance médicale et humanitaire, dénommé opération « bon voisinage ».

Israël a traité et soigné lors de la dernière année des centaines de syriens et a envoyé des centaines de tonnes d’aide humanitaire. A titre d’exemple : plus de 360 tonnes de nourriture et de farine, 456 000 litres d’essence, 77 tonnes de vêtements, 12 tonnes de chaussures ainsi que des générateurs et des caravanes mobiles à utiliser comme clinique ou salles de classe ont été donné aux civils syriens avec l’aide de Tsahal.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici