Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Ces 8000 Juifs éthiopiens qui rêvent de rejoindre Israël

Christophe Lafontaine
7 mars 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Ces 8000 Juifs éthiopiens qui rêvent de rejoindre Israël
Durant la fête du Sigd, la communauté juive éthiopienne rappelle l'alliance avec Dieu, le don de la Torah et le lien avec la terre d'Israël. Photo du 16 novembre 2017. © Yonatan Sindel / Flash90

Les Juifs d’Ethiopie s’inquiètent de la suspension des aides d’Israël pour leur immigration dans l’Etat hébreu. Ils ont fait savoir à Benjamin Netanyahu qu'ils voulaient sans conditions préalables s’installer en Israël.


« Cher Monsieur le Premier ministre, nous voulons que vous réalisiez notre souhait, nous vous le demandons au nom de Notre Dieu, le Dieu d’Israël. » Cette aspiration adressée la semaine dernière par courrier à Benjamin Netanyahu est celle de près de 8 000 Juifs éthiopiens qui attendent d’émigrer vers l’Etat hébreu.  Dans leur lettre, indique i24news, les Juifs de la nation est-africaine expliquent qu’ils veulent « immédiatement et sans conditions préalables se rendre en Israël pour rejoindre leurs proches. » Le hic, rapporte i24news, c’est qu’Israël souhaite supprimer les subventions destinées à les aider à immigrer pour rejoindre leurs familles déjà installées en Israël.  Pour mémoire, la plupart des 8 000 Juifs éthiopiens auraient déjà des membres de leur famille en Israël. Certains ont affirmé à l’agence Associated Press qu’ils étaient séparés depuis plus d’une décennie. A savoir aussi que dans certains cas, les familles sont séparées depuis plus de 20 ans, précise le Jerusalem Post, dans son édition anglaise.

Au micro d’i24NEWS, le Rabbin Alemu Yafit, qui milite pour le droit au retour des Juifs éthiopiens, s’étonne : « Partout dans le monde, en Russie, en Europe, l’Etat d’Israël envoie des émissaires pour convaincre les juifs de venir ici. Chez nous non. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’on a fait ? Quel crime avons-nous commis ? Parce qu’on est noirs ? Il est où notre crime ? »

C’est pourquoi, selon le Jerusalem Post, des centaines de personnes se sont rassemblées mercredi 28 février dans une synagogue de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba et dans une synagogue de Gondar (au nord du pays), pour exprimer leurs inquiétudes quant aux menaces qui planent sur le regroupement des familles en Israël. Représentant quelque 8 000 personnes, ils ont menacé d’organiser une grève de la faim massive si ces aides étaient supprimées. L’événement s’est conclu par l’hymne national israélien « Hatikva » et la chanson « Am Yisrael Chai » (le peuple d’Israël vit). Les participants ont brandi des photos de leurs proches en Israël, dont le dossier d’immigration a été approuvé avant eux.

D’après une étude du Bureau central des Statistiques, la communauté juive éthiopienne d’Israël comptait, fin 2016, plus de 144 000 âmes. 85 600 d’entre eux sont nés en Ethiopie alors que 58 000 autres, de parents natifs d’Ethiopie, ont vu le jour en Israël.

En 2008, sur une initiative du ministre Ouri Ariel, la Knesset a adopté une loi reconnaissant le Sigd comme étant un jour férié en Israël durant laquelle l’histoire de cette communauté est enseignée dans les écoles et marquée par des célébrations organisées par l’Etat. Cette fête traditionnelle de la communauté juive d’Ethiopie, célébrée exactement 50 jours après la fête de Kippour célèbre la montée vers Jérusalem et le don de la Thora.

A l’heure actuelle, cette date est marquée par les Olim d’Ethiopie (ceux qui montent en Israël) et le public israélien ne participe que de façon symbolique aux festivités.

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici