Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Egypte: deux lieux de culte chrétien et musulman inaugurés

Christophe Lafontaine
7 janvier 2019
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Egypte: deux lieux de culte chrétien et musulman inaugurés
Le président égyptien s'exprimant lors de l'inauguration de la cathédrale de la Nativité du Christ dans la nouvelle capitale administrative de l'Egypte © Coptic Media Center

Le président égyptien Fattah al-Sissi a inauguré dimanche 6 janvier 2019, à la veille du Noël copte, la nouvelle cathédrale de la future capitale administrative de l’Egypte. Ainsi que la plus grande mosquée du pays.


Un geste hautement symbolique. Le même jour en Egypte. A environ 45 km à l’est du Caire. Dans ce qui sera en 2022 la nouvelle capitale administrative du pays, ont été entendus un discours écrit et lu par le patriarche copte orthodoxe pour inaugurer la plus grande mosquée du pays ; un autre texte rédigé et donné par le grand imam d’al-Azhar – la plus haute institution de l’islam sunnite basée au Caire -, pour l’inauguration de la cathédrale de la Nativité. Un chiasme interreligieux qui a voulu faire du dimanche 6 janvier 2019, veille du Noël copte, un jour historique dans le pays des pyramides. Un double événement voulu au nom de l’unité nationale « pour relancer l’image d’un pays fondé sur la coexistence de différentes communautés et identités religieuses, réunies dans le rejet commun du terrorisme et du sectarisme qui menacent sa stabilité politique et sociale », explique l’agence catholique Fides.

C’est dans ce sens que le projet d’urbanisme de la nouvelle capitale administrative annoncée en 2015 par la présidence égyptienne pour désengorger la capitale actuelle, a été conçu pour insérer la construction de la plus grande mosquée du pays aux côtés de la cathédrale dont on dit qu’elle est la plus grande du Proche-Orient. La grande mosquée peut accueillir 17 000 fidèles. La cathédrale de la Nativité dressée sur 7500 m² peut abriter plus de 8 000 fidèles.

Cependant, Abdel Fattah al-Sissi, à la tête de l’Egypte depuis 2014, qui se veut le garant – de manière très médiatisée – d’un bien-vivre ensemble entre musulmans et chrétiens, en combattant le militantisme islamiste, n’a pas encore réussi à enrayer les attaques répétées de la part notamment du groupe Etat islamique contre les chrétiens en Egypte. Le manque de sécurité et les discriminations envers les coptes qui demeurent malgré des lois plus favorables depuis 2016 laissent encore inquiète et en colère la minorité chrétienne d’Egypte.

C’est à ces 10 % de la population égyptienne que le président al-Sissi continue de donner des signes au nom de l’égalité entre les citoyens et c’est ainsi qu’il a procédé à l’inauguration des deux lieux de culte, musulman et chrétien, de la nouvelle capitale administrative, accompagné du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, de nombreux dignitaires arabes nationaux et étrangers, d’une délégation d’al-Azhar menée pas le grand imam, Ahmed el-Tayyeb, et du patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, entouré de nombreux chefs religieux chrétiens.

Protection des lieux de culte chrétiens et juifs au même titre que les mosquées

Le président égyptien participant à la prière du soir à la mosquée al-Fattah al-Alim, l’a inaugurée aux côtés du grand imam d’al-Azhar et du pape copte. Ce dernier a déclaré : « nous célébrons aujourd’hui une occasion sans précédent » déclarant que les minarets de la mosquée « embrassent » les clochers de la cathédrale de la Nativité du Christ, « ouvrant un nouvel horizon pour notre pays bien-aimé. » S’en est suivie la cérémonie d’inauguration de la cathédrale de la Nativité. L’an dernier, le président s’y était rendu à l’occasion de la messe de Noël. C’était la quatrième fois qu’il assistait à la solennité chrétienne, depuis le début de son mandat. Sa présence avait fait office d’inauguration pour les chrétiens. Mais cette année, la cérémonie a été présentée par les moyens de communication égyptiens, comme l’a fait remarquer Fides, « comme une sorte d’inauguration officielle du lieu de culte étant donné que l’an dernier, la veillée de Noël avait été célébrée dans la nouvelle cathédrale alors que les travaux de construction n’avaient pas encore été achevés, l’église constituant encore un chantier ouvert. » Ce Noël donc, la dimension se voulait plus large et interreligieuse. Dans son discours inaugural, le chef de l’Etat égyptien a déclaré que musulmans et chrétiens étaient une seule et même entité citoyenne. Se faisant l’écho du grand imam d’al-Azhar qui avait souligné avant lui l’importance historique de cet événement en le qualifiant de signe « de fraternité et d’amour. » Dans son discours, Ahmed el-Tayeb avait aussi insisté sur le devoir des musulmans de protéger leurs frères chrétiens en précisant que la loi islamique stipulait que les lieux de culte chrétiens et juifs devaient être protégés au même titre que les mosquées.

« Personne ne peut nous diviser »

La double soirée avait commencé au centre des congrès par une minute de silence en mémoire du policier qui, la veille, était mort en désamorçant une bombe posée à proximité d’une église de la banlieue cairote. S’en suivirent des chants et des clips. Un court documentaire sur la construction de la cathédrale et de la mosquée a été présenté au public.  Dans un autre documentaire, des enfants égyptiens, chrétiens et musulmans, garçons et filles, ont énoncé les noms de leurs meilleurs amis et exprimé leur respect pour la religion de chacun sur le thème : « Personne ne peut nous diviser. » Ont alterné des messages vidéo du cardinal Béchara Raï, patriarche de l’Eglise maronite, et du patriarche melkite Joseph Absi ainsi qu’un message du pape François, également diffusé. Le Saint-Père a souhaité que « le Prince de la paix donne à l’Egypte, au Moyen-Orient et au monde entier le don de la paix et de la prospérité. » Adressant « un déférent salut au gouvernement égyptien et à monsieur le Président, Abdel Fattah al-Sissi » et « un salut spécial à [son] si cher frère, Sa Sainteté le pape Tawadros II, et la chère Eglise copte orthodoxe qui a su donner un vrai témoignage de foi et de charité même dans les moments difficiles », le Pape leur a dit son admiration : « Vous avez des martyrs qui donnent force à votre foi. »

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici