Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le Prix Israël décerné à une femme spécialiste du Talmud !

Christophe Lafontaine
12 février 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Le Prix Israël décerné à une femme spécialiste du Talmud !
Professeur à l’Université de Tel Aviv, Vered Noam, est la première femme de toute l’histoire du pays à recevoir le Prix Israël d'études talmudiques © Miri Shimonovic

Pour la première fois, une femme se voit décerner le Prix Israël pour ses études sur le Talmud. La professeur Vered Noam est réputée pour « l’excellence » de ses recherches et ses travaux de vulgarisation.


Dans toute l’histoire de l’Etat hébreu, Vered Noam de l’Université de Tel Aviv est la première femme à se voir attribuer le Prix Israël en études talmudiques. C’est le ministre de l’Education Rafi Peretz qui en a fait l’annonce lundi soir dans un communiqué.

Il y indique que le comité de sélection du prix a considéré que Vered Noam a fait preuve « d’excellence en matière de recherche ». Le ministre a aussi souligné que son travail couvre « un large éventail de sujets allant de la littérature de la période du Second Temple à la littérature talmudique, des traditions anciennes enracinées dans la littérature rabbinique à l’exégèse talmudique des Rishonim (ndlr : principaux rabbins décisionnaires en matière de Loi juive qui ont vécu entre le XIème et le XVème siècle) ».

Le prix Israël est la plus haute distinction décernée chaque année par l’Etat hébreu à des personnalités israéliennes s’étant illustrées durant l’année dans les domaines des études juives, des lettres, des sciences, des sciences sociales, des sciences exactes, de l’art et de la culture.

Instauré en 1953, le prix est remis lors d’une cérémonie nationale annuelle à Jérusalem, le jour précédant l’anniversaire de l’indépendance du pays, Yom Ha’atzmaout. Cette année, ce jour tombe le 29 avril.

Vered Noam est professeure-chercheuse à l’Université de Tel Aviv où elle est présidente de l’école Chaim Rosenberg d’études juives et d’archéologie et professeure titulaire au Département de philosophie juive et de Talmud. Elle jouit d’une « renommée internationale » pour ses recherches et ses publications de premier ordre, indique un communiqué de l’Université. La déclaration souligne que Vered Noam est « une figure et un exemple, pour sa contribution à l’adresse de la communauté scientifique et publique, à rendre accessible la littérature rabbinique et talmudique. »

Conférencière exceptionnelle

Sa carrière universitaire est déjà remplie d’honneurs et de récompenses. Pour n’en citer que quelques-uns : en 2000, elle a reçu le A.S. Rosenthal Prize, du Talmud Department de l’Université hébraïque de Jérusalem et en 2010 le prix Michael Bruno de la Rothschild Foundation (Jeunes chercheurs en Israël). La reconnaissance de l’importance de ses recherches est également éloquente dans les subventions récurrentes qui lui sont affectées par la Israel National Science and Research Foundation, note le communiqué de l’Université de Tel Aviv.

Elle a également été reconnue comme conférencière exceptionnelle, après avoir reçu le Prix du recteur de l’Université de Tel Aviv 2014 pour l’excellence de son enseignement.

Actuellement, elle encadre neuf étudiants et doctorants.

Source d’inspiration pour les femmes étudiant la Torah

Dans son annonce de lundi soir, le ministre de l’Education a fait l’éloge de Vered Noam la qualifiant de « source d’inspiration pour toute une génération de femmes étudiant la Torah. »

Le lendemain, dans une interview au média israélien Kan, Vered Noam, s’est déclarée « surprise, ravie et excitée » d’obtenir la plus prestigieuse distinction israélienne, six ans après avoir été elle-même membre du comité Prix Israel pour l’année 2014.

Cependant, dans la même interview, la lauréate a fait remarquer que les femmes avaient encore du chemin à faire avant d’obtenir l’égalité dans l’étude de la Torah et du Talmud.

« Une femme religieuse, a-t-elle fait remarquer, jouit de la liberté de choix et d’une large liberté d’éducation dans la vie de tous les jours, alors qu’une éducation appropriée de la Torah, en particulier autour des études talmudiques et talmudiques, ne lui est pas encore ouverte ».

Et la chercheuse de conclure : « dans notre monde, les femmes juives ont le droit et le devoir de faire partie de la conversation multigénérationnelle du peuple juif et d’appartenir à l’étude et à la Torah. »

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici