Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Jordanie : le site du baptême en mode «tourisme intégré»

Christophe Lafontaine
28 octobre 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Jordanie : le site du baptême en mode «tourisme intégré»
En 2018, 143 011 visiteurs se sont rendus sur le site du baptême, côté jordanien. Un plan de développement vise à en accueillir beaucoup plus © Jan Smith

Par la volonté du roi de Jordanie, un comité consultatif international a été formé pour suivre la mise en place d’une structure de tourisme intégré sur le site du baptême. En vue d’accueillir des millions de pèlerins.


Ils seront 17, annonce l’agence de presse jordanienne Petra News. Du Dalaï Lama au chinois Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba, en passant par le britannique David Scowsill, ancien président-directeur général du World Travel & Tourism Council, c’est véritablement un comité consultatif éclectique qui vient d’être constitué pour accompagner le développement du site du baptême en Jordanie. Ce comité est né « conformément à l’engagement de Sa Majesté le roi Abdallah II à sauvegarder le site en tant que destination mondiale de tourisme et de pèlerinage », souligne Petra News.

Le conseil regroupe ainsi des experts du monde entier reconnus dans les domaines du développement, du tourisme, du patrimoine culturel, de l’hôtellerie, des affaires religieuses et historiques. Les locaux ne sont pas en reste puisque font partie de ce comité quatre Jordaniens dont Ziad Abu Jaber, président de Jordan Projects for Tourism Development, et Taleb Rifai, ancien secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme.

« Des orientations stratégiques »

« Les membres, indique l’agence de presse, fourniront des conseils et des orientations stratégiques pour soutenir le déploiement de la zone de développement (ndlr : adjacente au lieu saint) du site du baptême en tant que destination mondiale pour une expérience touristique holistique qui englobe les dimensions religieuse, historique et récréative, tout en conservant une teinte spirituelle, pour développer et amplifier le message de la Jordanie comme étant le pays des prophètes et de l’harmonie interconfessionnelle ». A ce titre, le comité comprendra des sous-comités dédiés.

Al-Magthas, également connu sous le nom de Béthanie au-delà du Jourdain, sur la rive orientale du Jourdain en Jordanie, est le cinquième site du royaume hachémite classé au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis le 5 juillet 2015. Sur la rive ouest du fleuve, le lieu du baptême est Qasr el-Yahud, et a rouvert en 2011 après des années de fermeture en raison du conflit israélo-palestinien. Le site jordanien, ainsi que celui de Qasr el-Yahud, ont été désignés par le Vatican comme les deux lieux les plus probables du baptême de Jésus.

Création d’un « village de pèlerins »

L’année dernière, avant la pandémie, Fares Braizat, président de NAMA Strategic Intelligence Solutions, une plateforme d’experts spécialisée dans des études et projets stratégiques de développement socio-économique dans tous les secteurs (privés et publics) du marché jordanien, s’était ému que le site jordanien n’ait reçu que 143 011 visiteurs en 2018. Soit cinq fois moins que de l’autre côté du Jourdain, à Qasr el-Yahud. « Pourquoi un énorme trésor économique national tel que le site du baptême n’est pas suffisamment exploité pour réaliser son énorme potentiel ? », déplorait-il.

Il est clair que le nouveau comité consultatif a pour enjeu de soutenir le pays et la Commission royale du site du baptême pour « faire revivre le site en tant qu’étape de pèlerinage » tel qu’il était dans le passé. Le projet de développement de la zone du site du baptême vise concrètement à améliorer les infrastructures et les équipements existants pour augmenter sa capacité à « attirer des millions de pèlerins supplémentaires et d’autres visiteurs du monde entier », précise avec optimisme Petra News.

Le plan englobe la création d’un village de pèlerins avec entre autres des hôtels, une zone dédiée aux célébrations religieuses, un parc agricole pour approvisionner les espaces de restauration, un jardin biblique arboré notamment de palmiers et d’oliviers. Tout cela se trouvera « en dehors de la zone désignée par l’Unesco » et « prendra en compte les évaluations d’impact sur le patrimoine et l’environnement ».

En parallèle, il s’agira d’englober à partir du site du baptême des itinéraires de pèlerinages chrétiens d’une durée d’un à trois jours vers des lieux saints dans les régions du nord, du centre et du sud de la Jordanie. Les itinéraires comprendraient ainsi le mont Nébo, d’où Moïse observa le Pays de Canaan, la mer Morte, le point le plus bas de la terre et où se trouve la grotte de Loth, Macheronte, où Saint Jean-Baptiste a été tué, et Tell Mar Elias (la colline d’Elie) ou Tishbe, le lieu de naissance du prophète Elie.