Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Rue de l’Etoile: l’astre déchu de Bethléem

Cécile Lemoine
6 novembre 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Rue de l’Etoile: l’astre déchu de Bethléem
Auparavant toutes peintes de bleu, les portes ouvragées de la rue de l’Etoile ont vu leur vernis reprendre de l’éclat et de la vie à la faveur de travaux de rénovation en 2017 ©Cécile Lemoine/TSM

C’était le cœur battant de la ville. Entrée historique de Bethléem, empruntée par Marie et Joseph puis par des millions de pèlerins ces 2000 dernières années, la rue de l'Étoile a brusquement cessé de briller, désertée par ses commerçants. Vie, mort et renaissance d’une rue dont l’histoire mérite d’être contée.


Jaune, mauve, turquoise. On les a peintes de couleurs vives, les portes de la rue de l’Etoile, à Bethléem. Comme pour faire oublier leurs battants désespérément clos et le silence d’un passé désormais enfoui dans les mémoires. Grands hôtels particuliers, pierre blanche finement sculptée, ferronnerie ouvragée… La rue a du cachet. Mais il n’y a pas un chat.

On nous a pourtant dit que cette route était l’entrée historique de Bethléem, le chemin par lequel la Vierge Marie et saint Joseph sont arrivés jusqu’à la grotte où l’enfant Jésus naîtra. Le chemin probablement emprunté par des mages, qui, suivant une étoile depuis l’Orient, arrivent à Bethléem chargés de cadeaux.

Lire aussi >> Quand un journaliste vit son premier Noël à Bethléem une année de pandémie

Une voie longue de 712 mètres, devenue chemin de pèlerinage, foulée par des millions de visiteurs à travers les âges et par les Patriarches des différentes Eglises de Terre Sainte lors des processions de Noël. Une rue importante, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, avec la basilique de la Nativité, en 2012. Mais une rue éteinte.

D’un geste chaleureux de la main, Saïd, 70 ans, crâne nu mais œil vif, invite à entrer dans son échoppe de babioles touristiques, sur le rond-point de l’Action Catholique, au tout début de la rue. C’est l’une des seules à être ouverte. “Cette rue n’est plus que l’ombre d’elle-même, soupire le vieil homme qui habite le quartier depuis toujours. Jusque dans les années 1980, c’était l’artère principale de la ville avec des commerces, des cafés, des boutiques d’artisanat et de souvenirs. Ah ça oui, il y avait de l’animation !” Il rassemble ses souvenirs, le temps de verser les cafés.[…]


Retrouvez l’article entier dans le numéro 682 de Terre Sainte Magazine (Novembre-Décembre 2022).

Il est encore temps de s’abonner pour le recevoir !

Je le veux !

BD: Et un olivier raconta la ville sainte
Propos recueillis par Karine Eysse

BD: Et un olivier raconta la ville sainte

1350 grammes, 256 pages : les mensurations de cette BD traduisent à elles seules la richesse de son contenu. 4000 ans d’histoire dans lesquels on avance pas à pas, guidé par la voix paisible d’un olivier. Derrière ce narrateur, un historien : Vincent Lemire, directeur du Centre de Recherche Français à Jérusalem. Rencontre.

Profession : chasseur de graffitis
Cécile Lemoine

Profession : chasseur de graffitis

Clément Dussart, archiviste paléographe, enquête sur les inscriptions en caractères latins laissées par des pèlerins venus en Terre Sainte au Moyen-Âge. Du Saint-Sépulcre à la Nativité, plongée dans ce monde encore inexploré, où les histoires individuelles racontent la plus grande.

Dr Rabbin Eliora Peretz : “Mon rabbinat, je le dédie aux femmes”
Propos recueillis par Cécile Lemoine

Dr Rabbin Eliora Peretz : “Mon rabbinat, je le dédie aux femmes”

Née et éduquée dans une famille chrétienne française, Dr Eliora Peretz a été ordonnée rabbin en janvier 2022 à Jérusalem. Une première pour une femme juive orthodoxe convertie. Un parcours entre quête spirituelle et questionnements intimes, le tout coloré d’un féminisme qui promet un vent de fraîcheur dans le judaïsme contemporain. Rencontre.

Si les colonnes du Saint-Sépulcre m’étaient contées
Marie-Armelle Beaulieu

Si les colonnes du Saint-Sépulcre m’étaient contées

Les rues de Jérusalem ont été témoins ces derniers mois de drôles de convois : les colonnes de la basilique byzantine du Saint-Sépulcre, déplacées vers la salle qui leur est consacrée dans la section archéologique du Terra Sancta Museum, et riches d'une histoire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets...

Terre Sainte Magazine, ça cloche où? – TSM 682
Marie-Armelle Beaulieu

Terre Sainte Magazine, ça cloche où? – TSM 682

Je cherche et je ne comprends pas pourquoi la revue ne vole pas encore de ses propres ailes. Comment trouver les 4000 abonnés qui nous manquent ?

Écrire en alphabet latin en Orient, tout sauf anodin
Marie-Armelle Beaulieu

Écrire en alphabet latin en Orient, tout sauf anodin

Terre Sainte Magazine, qui s'intéresse à tout ce qui vit en Palestine-Israël sur le plan culturel, a rencontré Estelle Ingrand-Varenne, spécialiste des langues parlées et écrites dans cette vaste région. Elle ouvre l’œil en particulier sur les graffitis.

Venez et voyez: Avdat, de l’eau au désert
Claire Burkel (Enseignante à l’École Cathédrale-Paris)

Venez et voyez: Avdat, de l’eau au désert

Un seul nom pour deux lieux. Deux sites au désert, l’un en pleine nature, l’autre plus urbain (en ruines). Les pèlerins peuvent dans la même demi-journée se trouver en excursion le long d’un défilé rocheux et en visite dans une ville antique. Tous deux sont austères.

Le numéro en cours
Le numéro en cours

Site officiel de la Custodie

Achetez ce numéro