Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Paul VI en Terre Sainte, souvenirs d’un témoin milanais

Carlo Giorgi
14 novembre 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Paul VI en Terre Sainte, souvenirs d’un témoin milanais
Paul VI à Tabgha sur les rives du lac de Tibériade.

Le 15 novembre prochain, une conférence aura lieu à Milan, à l'occasion des 50 ans du pèlerinage du pape Paul VI en Terre Sainte du 4 au 6 Janvier 1964. Ce voyage de Paul VI fut sans aucun doute un véritable événement historique. Nous avons recueilli le témoignage d'un prêtre milanais qui suivit le pape dans son pèlerinage.


(Milan) – Le vendredi 15 novembre prochain, une conférence aura lieu à l’Auditorium San Fedele de Milan, à l’occasion des 50 ans du pèlerinage du pape Paul VI en Terre Sainte du 4 au 6 Janvier 1964. Une occasion souhaitée par l’archidiocèse de Milan et par la Custodie de Terre Sainte, à laquelle participeront entres autres le cardinal Angelo Scola et le Vicaire custodial, frère Dobromir Jasztal. Lors de cette soirée un documentaire d’époque sera également diffusé; il avait été tourné par une équipe de la Custodie durant le pèlerinage du pape, il a été spécialement restauré pour l’occasion .

Le voyage de Paul VI en Terre Sainte fut sans aucun doute un véritable événement historique : jamais aucun pape, depuis l’époque de saint Pierre, n’était retourné pour visiter les lieux de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus. Un geste d’une grande valeur symbolique et spirituelle qui s’est imposé, après Montini, dans l’agenda papal; il fut répété par les papes Jean-Paul II (2000), Benoît XVI (2009), et peut-être au printemps prochain, par le pape François.

« La chose la plus impressionnante pour moi fut de voir le pape au milieu du peuple, reçu par les chrétiens mais aussi par les juifs et les musulmans, un pape presque écrasé par tous ces gens … » . Don Giovanni Maculan est aujourd’hui un ancien prêtre du diocèse de Milan. En 1964, il était jeune prêtre et eut le privilège de suivre le pape à Jérusalem, en collaboration avec un groupe de pèlerins milanais. « Le voyage – raconte Don Giovanni – avait été tenu secret pour des raisons diplomatiques et d’organisation et ce jusqu’aux dernières semaines avant le départ. J’ai réussi à pouvoir partir, au dernier moment, grâce à la générosité de deux donateurs. Je me souviens que le pape devrait atterrir à Amman, mais il y avait tellement de brouillard que pendant le vol il a été décidé de se diriger vers Beyrouth. Mais il a insisté, il a demandé de tenter l’atterrissage initialement prévu, et le brouillard a disparu à la dernière minute ».

Il y a tant de souvenirs encore gravés dans la mémoire du prêtre : « Une chose dont je me souviens c’est Jérusalem, coupée en deux par des barbelés (la Vieille Ville de Jérusalem en 1964 était encore administrée par la Jordanie – ndlr.) Lorsque nous sommes passés du côté israélien à la fin du voyage, nous ne sommes plus retournés en arrière. En effet, nous avons atterri à Amman et nous sommes repartis de Jérusalem. Je me souviens que j’ai eu l’occasion de célébrer l’Eucharistie avec le Pape Paul VI dans la basilique de Gethsémani dans une grande simplicité ». Parmi les moments les plus passionnants, la visite de Montini au Saint -Sépulcre, que l’on atteint en marchant le long de la Via Dolorosa : « à la porte de Damas, une grande foule s’est constituée, très dangereuse, et heureusement j’ai pu me sauver, je suis parti juste à temps – dit-il – . De fait, le pape a été poussé par la foule au Saint- Sépulcre. Son entourage a été dispersé. Mgr Pasquale Macchi, secrétaire du pape, en a quant à lui perdu ses lunettes. Mgr Angelo Dell’acaqua  apparut dans un atelier arabe en criant : « Sauvez Son Éminence le cardinal Cicognani ». Le Cardinal Eugène Tisserant a tenté en vain de se protéger la tête contre les coups de fouet des soldats bédouins, qui tentaient de rétablir le calme… À un certain stade de l’itinéraire, à la sixième station de la Via Crucis, Paul VI, pour trouver un abri, décida d’entrer chez les Petites Sœurs de Charles de Foucauld, qui furent très surprises de cette visite inattendue. Il a dit : «Je rentre dans cette maison pour prier avec vous, comme un père ». Peu de temps après il sortit et continua à être transporté par la foule … ».

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici