Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Ce n’est pas de l’amour ça ?

Marie-Armelle Beaulieu
30 septembre 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

La jeune fille photographiée à l’entrée de l’université hébraïque de Jérusalem se prénomme : Marie-Armelle. Pour ceux qui me connaissent en chair et en chair, non, je n’ai pas rétréci au lavage. Ni fait une cure de jouvence. Autant le premier miracle serait bienvenu, autant je ne souhaite pas le second moi qui aime tellement vieillir (pour l’instant…).
Marie-Armelle Christien est stagiaire pour l’été à Terre Sainte Magazine. Sa jolie lettre de candidature, son assurance discrète et son magnifique prénom (sic) lui ont valu de sortir du lot pour venir découvrir, grandeur nature, le métier auquel elle aspire. Souhaitons-lui bonne chance et tout le courage nécessaire pour les quelques années de formation qu’elle a encore devant elle. Et un grand merci d’avoir accepté la séance de torture.
C’est la seconde fois en deux ans que nous composons une photo de Une. La fois dernière, c’était Hélène, volontaire de la DCC, qui avait posé de dos pour la couverture des pages commémorant le génocide arménien en avril 2015.
Le montage de photo de couverture, l’appel à des figurants ont beau être un usage courant dans la presse. A Terre Sainte Magazine, nous ne le faisons jamais sans vous en informer dans un souci de vérité.
Manque-t-il d’étudiants en christianisme à l’université hébraïque que nous faisions appel à une stagiaire ? Non, bien qu’il n’y ait pas foule non plus, mais au moment de choisir la photo de Une, en plein mois d’août, figurez-vous que la faculté de Sciences Humaines qui accueille le département en question est encore en vacances et ses portes sont closes. Quant aux articles, ils ont été écrits pendant le semestre dernier et nous n’avons pas anticipé sur la question de la couverture de Une. On fera mieux la prochaine fois.
En tous les cas, nous avons déjà notre photo de Une pour le numéro de… janvier 2018 ! Ou plus exactement l’idée. Un numéro qui fera entrer les lecteurs dans le Dôme du Rocher sur l’esplanade. En effet, après plus d’un an de travail pour obtenir les autorisations nécessaires, nous avons pu faire les interviews sur les travaux de restauration et obtenir d’entrer dans les mosquées.
Aujourd’hui Nizar et moi devons aller faire les photos d’un article à paraître en mai 2018. Car d’ici là, le lieu pourrait changer d’allure, voire ne plus être accessible. Il s’agit de la fontaine où selon la tradition saint Philippe aurait baptisé l’eunuque éthiopien. Si l’épisode nous est connu grâce aux Actes des Apôtres (Ac 8, 27-39), l’indication du verset 26 “la route qui descend de Jérusalem à Gaza” est assez vague pour que la fontaine de saint Philippe ait connu plusieurs localisations. Mais l’Église éthiopienne, pour qui le texte revêt une importance particulière, commémore cet événement à cet endroit. Si bien que la communauté éthiopienne y vient chaque année en pèlerinage, après Pâques et cette année nous les accompagnerons pour faire devinez quoi ? De belles photos pour vous pardi ! Ce n’est pas de l’amour ça ?♦

Dernière mise à jour: 24/01/2024 13:43

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651
Septembre Octobre 2017

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651

Dans l'Etat hébreu, des juifs choisissent d'étudier le christianisme pour quoi ? Connaissez-vous Sepphoris? Une crèche au pied du mur ? TSM pour vous découvrir le pays.

Vincent Gelot nous revient avec un livre
Émilie Rey

Vincent Gelot nous revient avec un livre

TSM vous faisait découvrir en 2014 l’épopée de Vincent Gelot. Souvenez-vous, Vincent, sa 4L, ses 60 000 km dans + de 20 pays à la rencontre des chrétiens d’Orient.

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire
Frédéric Manns, ofm

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire

La publication des découvertes sur le site de Magdala fait avancer la connaissance de Jésus dans son contexte historique, sa personnalité de juif et les débuts de sa prédication

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”
Propos recueillis par Amaury Perrachon

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”

Noam Maeir est doctorant au Département des Religions Comparées de l’Université hébraïque et l’un des responsables du Forum for Study of Christianity relié au CSC. Pour Terre Sainte Magazine, il explique ses raisons d’étudier christianisme et islam, en tant que juif.

Textes : Marie-Armelle Christien

En passant par l’esplanade (2e partie)

Les pèlerins visitant l’esplanade le font en commémorant les visites de Jésus au temple. Mais il n’est pas interdit d’observer et découvrir les monuments qui la jalonnent et leurs traditions parfois surprenantes.

Marie-Armelle Beaulieu

La mesure quotidienne du temps

Au commencement était le financement
Texte et photos Amaury Perrachon

Au commencement était le financement

L’imposante Université hébraïque possède depuis l’an 2000 un Centre pour les études du christianisme directement lié au Département de religions comparées, lui même plus ancien. Guy Stroumsa a été le fondateur et premier directeur de ce centre. Pour Terre Sainte Magazine, il raconte la genèse de ce projet d’étude des idées chrétiennes dans une université publique israélienne.

Marie-Armelle Beaulieu

“Mon maître et votre Dieu”