Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Dans la crise, l’Eglise de Terre Sainte se mobilise pour les plus démunis

Claire Riobé
6 mai 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Dans la crise, l’Eglise de Terre Sainte se mobilise pour les plus démunis
Vicariat Saint-Jacques, le père Rafic en présence de migrants que la communauté hébréophone accompagne et soutient ©Andrea Krogmann

Si l’Eglise de Terre Sainte a nécessairement besoin de dons venus de l’étranger pour traverser le moins douloureusement possible la crise du Covid-19, elle s'est révélée par ailleurs capable, ces jours-ci, de partager ses ressources financières au niveau local... et fait preuve d'une vraie solidarité. Explications


Depuis deux mois maintenant, les habitants de Terre Sainte vivent au rythme du confinement pour tenter de réduire la propagation du coronavirus. Et dans cette région comme dans le reste du monde, la pandémie de COVID-19 a provoqué une situation d’instabilité, d’isolement et de vulnérabilité sans précédent parmi la population. Au delà de la crise sanitaire, c’est à une crise économique et sociale profonde que les plus démunis doivent aujourd’hui faire face. 

Migrants étrangers et réfugiés en première ligne

Parmi les plus touchés par la crise, on trouve d’abord les communautés de réfugiés et de migrants. Israël compte actuellement plus de 30 000 demandeurs d’asile, principalement d’Érythrée et du Soudan. Or, 15 000 d’entre-eux ont perdu leur emploi et leur unique moyen de survie depuis le début de la crise, notamment dans le secteur de la restauration. 

De même, les quelque 100 000 travailleurs migrants originaires de Philippine, de Thaïlande et d’Inde, investis dans le secteur du soin à la personne en Israël, sont une des communautés les plus à risque. La fragilité de leur position sociale et économique dans la société, ainsi que le haut risque d’infection dû à leurs lieux de vie souvent surpeuplés, ont été deux facteurs-clé durant la crise du coronavirus. 

Mobilisation des communautés chrétiennes locales

Parmi les populations les plus plus touchées par la crise se trouvent aussi, on le sait, les chrétiens locaux de Terre Sainte, qui subissent de plein fouet l’arrêt du tourisme et la fermeture prolongée de nombreux commerces du pays. 

A cet égard, il est intéressant de revenir sur les réactions suscitées par la crise du coronavirus au sein des communautés chrétiennes locales. La paroisse franciscaine Saint-Sauveur, située dans la vieille ville de Jérusalem, a mis en place fin avril une “caisse de charité”, destinée à soutenir les familles chrétiennes les plus en difficulté. 

Dans un communiqué diffusé aux congrégations religieuses et paroisses catholiques de Jérusalem, le curé de la paroisse, Frère Amjad Sabara ofm., a sollicité l’aide financière de ces dernières en leur demandant de participer à la collecte à hauteur de 300 shekels par mois (environ 80 euros). L’initiative démontre un réel désir de solidarité au niveau local, ce montant représentant un effort financier non négligeable pour plus d’une communauté religieuse de la ville. 

Tout comme la paroisse Saint-Sauveur, d’autres communautés chrétiennes de Terre Sainte se sont mobilisées en interne, ces dernières semaines, pour venir en aide aux plus démunis. Le vicariat Saint-Jacques, à Jérusalem, a par exemple lancé une collecte pour les demandeurs d’asile et migrants d’Israël. 

Une collecte de dons toujours nécessaire

Ces initiatives locales, pour bénéfiques et louables qu’elles soient, ne rendent cependant pas moins indispensables les collectes de dons faites à l’étranger. Emilie Rey, chargée de communication pour le commissariat de Terre Sainte à Paris, le rappelle : Les campagnes de dons et la Collecte en faveur de la Terre Sainte demeurent capitales pour le maintien et le développement de l’Église locale. Cette dernière ne disposant pas de denier du culte, comme c’est le cas en Europe, les dons permettent de penser le futur de cette terre à travers divers projets sociaux, sanitaires et éducatifs. Les directeurs des écoles chrétiennes le disent souvent : ‘une école, dans la pratique, cela coûte cher et ne rapporte pas grand chose, pour autant faut-il les fermer ?’ L’Église de Terre Sainte porte ce souci du long terme et privilégie l’humain, ce qui rassemble, ce qui met en dialogue là où beaucoup pensent que tout est déjà perdu”, affirme-t-elle. 

Il y a quelques jours, l’Ordre du Saint-Sépulcre en France a annoncé qu’il allait fournir une aide à hauteur de  360 000 euros pour les chrétiens locaux. Un « fonds d’urgence COVID-19 », qui va permettre l’acquisition de matériel de soin pour l’unité Covid-19 de l’hôpital Saint-Joseph de Jérusalem-Est et mettre en place une aide pour les familles chrétiennes touchées par la crise.

Le COVID-19 et ses conséquences ont ainsi mis en avant une double logique dans la région : si l’Eglise de Terre Sainte a nécessairement besoin de dons de l’étranger pour vivre et traverser le moins douloureusement possible cette crise, elle se révèle par ailleurs capable, en ce temps de crise, de partager ses ressources au niveau local et de faire preuve d’une belle solidarité. 

Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici