Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

De la joie à l’ivresse : histoire, rites et traditions de Pourim

Cécile Lemoine
18 mars 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
De la joie à l’ivresse : histoire, rites et traditions de Pourim
Quartier Mea Shearim à Jérusalem, 28 février 2021. Crédits : Olivier Fitoussi/Flash90

Avec son carnaval et ses grands festins, Pourim, célébrée les 17 et 18 mars 2022, est l'une des fêtes les plus joyeuses du calendrier Juif. Une allégresse qui tient aussi dans une coutume respectée au pied de la lettre, celle de boire jusqu'à l'enivrement.


C’est la fête la plus joyeuse du calendrier Juif et l’une des plus populaires en Israël. Pourim se célèbre tous les 14 du mois d’Adar (le 15 dans les villes fortifiées comme Jérusalem), à grand renfort de déguisements, de spécialités culinaires et… d’alcool. Explication d’une fête où le commandement « se réjouir » est appliqué au pied de la lettre.

L’histoire : la reine Esther, sauveuse du peuple juif

L’origine de cette fête est relatée dans le Livre d’Esther. L’histoire se déroule en Perse. Esther est une jeune juive, orpheline, élevée par son oncle Mordechai. Le roi Assuérus, séduit par sa grande beauté, la choisit pour épouse. Suivant les conseils de son oncle, la jeune fille ne dit rien de son identité religieuse. Un jour, un certain Haman est promu grand vizir et le roi impose que tous s’inclinent devant lui. Mordechai refuse. En bon juif, il ne peut s’abaisser que devant le Dieu unique. Furieux, Haman convainc le roi d’exterminer tous les juifs du royaume, prétextant leur dissidence. Le jour du massacre est décidé par tirage au sort (« Pour« ) : il aura lieu le 13 Adar.

Lire aussi >> Bientôt Pourim à Jérusalem

Face à la menace, Mordechai fait appel à sa nièce Esther afin qu’elle obtienne du roi l’annulation du décret qui les condamne. Pendant trois jours, elle prie, jeûne et demande à Dieu le courage d’intervenir auprès du roi.  En s’approchant de lui sans autorisation, elle risque la mort… Après deux festins, Esther parvient à obtenir l’oreille du roi, et lui révèle sa véritable identité. Le roi décide de protéger le peuple juif. C’est un retournement complet de situation : Haman est pendu, Mordechai est promu, les juifs échappent à la mort et obtiennent le droit de tuer leurs ennemis. Ce qu’ils font le 13 Adar, avant de se reposer et de célébrer le 14. Dans la capitale fortifiée, Shushan, les violences durent un jour de plus.

La réalité historique de cet épisode biblique a souvent été mise en doute, et les origines réelles de la fête de Pourim, qui était déjà établie au IIe siècle de notre ère, restent inconnues. Avec Pourim, les juifs célèbrent donc l’espoir face aux épreuves et le retournement de situation, car si tout semblait perdu, tout s’est finalement bien terminé.

Se « cacher » derrière un déguisement

Le carnaval qui se tient à l’occasion de Pourim est l’aspect le plus populaire de cette fête. Grands, mais surtout petits, se déguisent et paradent dans les rues, à l’école ou dans les synagogues, dans une forme de rappel au fait que la reine Esther a caché sa véritable identité.

Lire aussi >> Pourim, le carnaval juif

Dovid Zaklikowski, journaliste juif explique sur le site chabad.org que les déguisements sont une « allusion à la nature du miracle de Pourim, où les détails de l’histoire sont en réalité des miracles cachés dans des événements naturels. »

 

L’origine de la pratique est mal connue, mais elle pourrait avoir été influencée par le carnaval masqué de Venise au Moyen-Âge, selon la Librairie Nationale d’Israël. Il est aussi de coutume de jeûner le jour précédent Pourim, en souvenir de celui réalisé par la reine Esther.

Quatre observations à respecter

A chaque fête juives ses « mitsva« , ses obligations. Lors de Pourim, elles sont au nombre de quatre :

  • Lire le Livre d’Esther. Aussi appelés Méguila, ces rouleaux manuscrits sont lus deux fois : la nuit précédant Pourim, et le lendemain. Le processus, qui tend à devenir de plus en plus vivant, prend environ une demi-heure et le silence n’est interrompu que par les bruits de crécelles censés couvrir le nom de Haman, lorsque celui-ci est prononcé.
  • Donner de l’argent aux pauvres. Ou à toute personne qui tend la main dans la rue. Dans le quartier juif ultra-orthodoxe de Mea Shearim, les enfants sont nombreux à tendre des gobelets en quête de quelques pièces.
  • Offrir de la nourriture. Il s’agit d’offrir des paniers-cadeaux d’au moins deux aliments prêts à manger à une autre personne. L’un des objectifs de cette mitsva est de renforcer les liens d’amitié et d’affection dans le peuple juif.
  • Se réjouir lors d’un festin. Faire la fête est une obligation et elle implique souvent une large consommation d’alcool. Alors que la consommation d’alcool est en général modérée et fortement codifiée, certains milieux ultra orthodoxes suivent la coutume à la lettre, avec son cortège d’excès.

 

Lire aussi >> « Zone interdite » pour les juifs ultra-orthodoxes indisciplinés

La coutume de boire du vin à Pourim découle d’une citation du Talmud attribuée à un rabbin du IVe siècle, Rava : « Il faut boire à Pourim jusqu’à ce que cette personne ne puisse plus faire la distinction entre maudire Haman et bénir Mordechai » (Megillah 7b). C’est à dire qu’il faut boire au point que l’on n’arrive plus à parler correctement et que l’on soit même incapable de dire une phrase très simple. Certains lendemains de Pourim sont rudes, très rudes.

Les Hamantaschen; biscuits star de Pourim sur une étale du marché Mahane Yehuda à Jérusalem. Crédits : Hadas Parush/Flash 90.

Les Hamantaschen et les kreplash

C’est le biscuit star de Pourim. Pâte sablée façonnée en forme de triangle et traditionnellement fourée de graines de pavot, les hamantaschen sont une référence directe à Haman, un des protagnistes du Livre d’Esther. Oreilles ou chapeau de celui qui a ordonné l’extermination du peuple juif de Perse ? Personne n’a vraiment tranché.

Côté salé, on retrouve les cousins des hamantaschen dans les assiettes. Appelés kreplash et aussi triangulaires, ces boulettes de viandes sont enrobées de pâtes et consommées dans un bouillon de poulet.

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don