Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Catholiques en Terre Sainte : apprendre des autres Eglises

Christophe Lafontaine
28 janvier 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Catholiques en Terre Sainte : apprendre des autres Eglises
Photo : « Le pape François a dit et écrit à plusieurs reprises que les catholiques ont beaucoup à apprendre des orthodoxes en ce qui concerne l'exercice de la synodalité », a écrit Mgr Pizzaballa, patriarche latin de Jérusalem, ici en compagnie avec le patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem Theophilos III en 2017 dans la ville sainte © Hadas Parush/Flash90

En Terre Sainte, les Ordinaires catholiques ont écrit hier à tous les chefs des Eglises chrétiennes leur désir de favoriser un partage d’expériences ecclésiales. Notamment de la part des orthodoxes sur la synodalité.


« Nous vous écrivons au cours de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens [ndlr : du 22 au 30 janvier en Terre Sainte] pour vous confirmer notre engagement dans les relations fraternelles, dans le désir de vous faire connaître ce que nous vivons dans nos Eglise. » Aussi, « nous serions heureux de partager avec vous ce que nous apprenons et ce que nous apprenons de vous, en écoutant votre sagesse et votre expérience ». Ces extraits sont tirés d’une lettre adressée à l‘ensemble des chefs des Eglises chrétiennes en Terre Sainte, signée le 26 janvier de la main du patriarche latin de Jérusalem, Mgr Pizzaballa, en tant que Président de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte (AOCTS), doublée de la signature de son Secrétaire Général, le père Pietro Fellet. Ladite assemblée réunit les évêques et les vicaires épiscopaux catholiques en Israël, Palestine, Jordanie et à Chypre, de rite latin et oriental.

Le courrier de l’AOCTS fait référence au « chemin synodal » entamé le 30 octobre dernier par le diocèse catholique de Terre Sainte dans le cadre du Synode général dans l’Eglise de Rome, voulu par le pape François autour des trois mots clefs « communion, participation et mission », en vue de la célébration de la XVIe Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques au Vatican, en octobre 2023.

A l’aune de ce rendez-vous, Mgr Pizzaballa explique aux chefs des autres Eglises chrétiennes en Terre Sainte que la première étape du « chemin synodal » est en train de se vivre au niveau local et qu’elle repose, pour les fidèles catholiques, les paroisses, les congrégations religieuses, sur une écoute mutuelle et sur l’écoute de Dieu. Aussi, « l’objectif de ce synode, dit-il, est de renouveler notre Eglise à un moment où nous sommes confrontés à tant de crises à tous les niveaux. La pandémie a eu des effets tragiques sur la vie de l’Eglise. La situation politique continue à créer d’innombrables obstacles à notre mission et à la vie de nos fidèles. Ces derniers sont épuisés et souvent désespérés, voyant peu ou pas d’avenir pour les chrétiens dans notre région ». Un « rapport complet sur l’état de l’Eglise » sera remis à la fin du « chemin synodal ».

Synodalité : l’expérience des orthodoxes nécessaire

Pour les Ordinaires catholiques, il apparaît opportun qu’un partage de ce qui se vit en ce moment au sein de l’Eglise catholique de Terre Sainte puisse avoir lieu auprès des autres dénominations chrétiennes. Et que ce partage se nourrisse en parallèle de l’expérience ecclésiale de leurs frères orthodoxes et protestants. C’est donc à dessein que la lettre a été diffusée au cœur de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens qui se clôturera dimanche chez les grecs melkites catholiques. « L’écoute étant au centre du processus synodal, nous souhaitons non seulement vous informer de ce processus mais aussi écouter tout ce que vous pourriez avoir envie de nous dire ». Les Ordinaires invitant pour cela les prêtres catholiques latins, grecs melkite catholiques, maronites, arméniens catholiques, syro-catholique et chaldéens à « être en contact avec les prêtres et les pasteurs de toutes les communautés chrétiennes qui vivent dans leur région ». Et la lettre de poursuivre par un appel plus ciblé lancé aux Eglises orthodoxes : « le pape François a dit et écrit à plusieurs reprises que les catholiques ont beaucoup à apprendre des orthodoxes en ce qui concerne l’exercice de la synodalité. Alors que nous nous mettons en route, nous sommes plus conscients que jamais que nous sommes tous ensemble, en tant que disciples du Christ sur cette terre qui est sa maison, appelés à témoigner de lui. Nous nous souvenons que son souhait le plus cher était que nous soyons un (cf. Jean 17) ». Avant de conclure par la « Prière synodale à l’occasion de la semaine pour l’unité des chrétiens » invoquant Dieu de guider l’Eglise catholique « pour qu’elle marche avec tous les chrétiens en ce temps de synode », et d’insuffler le rapprochement des chrétiens « les uns des autres, afin que nous devenions signe de l’unité qu’[il] veut pour [son] Église et pour toute la création ».

Tout le courrier donne finalement un écho à une lettre datée du 26 octobre 2021 et là encore signée par le président de l’AOCTS, qui déclarait : « Si nous voulons travailler pour plus d’unité et une meilleure collaboration, nous devons d’abord promouvoir une vision commune entre nous, ainsi qu’un mode commun de relation avec les autres Eglises ». Le Patriarche latin s’exprimait sur les « Directives pastorales œcuméniques » publiées le 4 novembre dernier à l’intention des Eglises catholiques en Israël-Palestine, en Jordanie, et à Chypre, dont les prêtres catholiques sont depuis le 28 novembre autorisés à accorder les sacrements de la pénitence, de l’eucharistie aux non-catholiques, et à administrer l’onction des malades aux fidèles des Eglises orthodoxes, à condition qu’ils en fassent la demande de leur propre initiative et qu’ils soient « correctement disposés » à les recevoir.

Sur le même sujet

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don