Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Sawsan: « L’Eglise de Terre Sainte doit sortir de sa zone de confort »

Cécile Lemoine
2 août 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Sawsan: « L’Eglise de Terre Sainte doit sortir de sa zone de confort »
Sawsan Bitar ©Cécile Lemoine/TSM

Coordinatrice des programmes du centre œucuménique Sabeel à Jérusalem, cette catholique latine de 60 ans estime que pour regagner la confiance de ses fidèles, l’Eglise de Terre Sainte doit les écouter pour répondre à leurs besoins réels.


Diriez-vous que vous êtes impliquée dans l’Eglise ?

Toute ma vie, j’ai été au service de l’Eglise. D’abord à travers les scouts, puis en essayant de faire revivre l’Association des jeunes chrétiens de Jérusalem avec mon mari. L’idée était d’aider les jeunes, notamment les étudiants et les travailleurs, en les réunissant et en travaillant sur leur spiritualité. Je suis également impliquée dans de nombreux comités d’institutions de l’Église. 

Cet engagement, il était important pour vous ?

Ma foi est très importante pour moi. Je ne peux pas voir des gens dans le besoin et rester sans rien faire. C’est aussi la manière dont j’ai élevé mes enfants : toute la famille est impliquée, d’une manière ou d’une autre, dans les institutions de l’Eglise. C’est tout l’enjeu avec la génération qui arrive : la convaincre de s’impliquer. Il est difficile de les atteindre car il y a un manque de confiance causé par ce fossé entre les gens et l’Église. J’espère qu’un jour ils écouteront sérieusement les besoins de leurs fidèles, les prendront en compte et adapteront leurs actions en conséquence. Le changement doit venir en passant des paroles aux actes. C’est ainsi qu’ils regagneront la confiance des gens. Mais nous aussi nous avons besoin d’évoluer, et de changer notre mentalité.

Lire aussi >> Sami: « Les gens aiment critiquer, mais qui se remet vraiment en question? »

L’Église vous donne-t-elle une place, en tant que femme et laïque ?

Nos chefs religieux vont et viennent. Ils sont temporaires. Mais nous restons. Je pense que les laïcs n’ont pas assez d’occasions de servir l’Eglise. Nous avons tellement de personnes intelligentes et dévouées qui sont là et qui aimeraient être utiles. Mais elles ont besoin de savoir qu’on leur fera confiance, qu’on les écoutera, qu’on les impliquera dans les prises de décisions. Peu importe ce que nous faisons ou ce que nous disons, au bout du compte, le prêtre fera toujours ce qu’il voudra.

Qu’est-ce qui vous dérange dans l’Église aujourd’hui ?

Qu’il n’y ait personne pour vraiment écouter les besoins et les préoccupations des chrétiens d’ici. Et c’est l’objectif de ce Synode : transmettre ce que les gens ont dit et le traduire en actions. Il faut réussir à passer ce cap, sinon, les gens continueront à quitter nos églises. L’Eglise pense que ses membres n’ont besoin que d’argent ou de maisons… Quand nous parlons avec les gens, ils ne demandent pas d’argent mais des conseils spirituels. Quand vous allez à l’église le dimanche, les homélies ne sont pas préparées, ou peu connectées à notre vie quotidienne. Si les fidèles s’ennuient à la messe, ils s’éloignent de l’Eglise. Ce qui me préoccupe le plus, ce sont les jeunes, de plus en plus nombreux à quitter le pays.

Vous qui avez des enfants, les incitez-vous à rester ? 

Ma fille aînée a fait une partie de ses études dans une université américaine. Et même s’ils lui ont proposé un poste de professeur, elle a choisi de revenir. Elle disait toujours : « Mes parents m’ont appris à aimer cette terre ». Mais je ne sais pas combien de temps je vais réussir à faire en sorte que mes deux autres enfants restent ici. Je sais qu’ils sont en contact avec la partie de ma famille qui vit aux États-Unis. J’ai demandé à mon frère d’arrêter de les pousser à venir s’y installer. Je ne leur en veux pas de vouloir partir. Il n’y a pas d’avenir dans ce pays. Du moins pas maintenant.

Lire aussi >>  Hanadi Younan: « L’Église devrait élever ses enfants avec l’amour de leur terre »

Quels leviers l’Eglise pourrait-elle utiliser pour initier un changement ?

Jusqu’à présent, je n’ai pas vu de plan clair sur la façon d’atteindre les marginaux, les pauvres, les toxicomanes. Nous devons aller au-delà des gens qui nous entourent, au-delà de notre zone de confort. Mais qui est prêt à le faire ? C’est une grande question, je vais la laisser ouverte. 

Quel est votre rêve pour cette église ?

Il faut rêver grand ! Je voudrais qu’elle soit l’Eglise de tout le monde et qu’un jour les Églises répondent à cette envie d’unité qui anime tant de chrétiens ici. Au moins lors des grandes fêtes comme Noël ou Pâques. J’aimerais aussi que l’Église réfléchisse à une stratégie pour garder ses “pierres vivantes”, pour encourager les jeunes à rester. Notre ancien patriarche, Mgr Michel Sabbah, nous dit toujours que nous ne sommes pas une minorité : nous sommes le sel de la terre. Et tant que nous sommes ici, nous devons donner, nous devons servir.

Sur le même sujet

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don